Lutte

L'homme préhistorique lutte d'abord pour sa survie, puis cette activité devient une sorte de sport, comme en font foi des peintures rupestres représentant une forme de lutte libre. Les fresques de tombeaux égyptiens remontant à 3400 av. J.-C.

Igali, Daniel
Le lutteur Daniel Igali aux Jeux Olympiques de Sydney de 2000. Il remporte la médaille d'or devant le Russe Arsen Gitinov dans la catégorie des 69 kg. Pour souligner sa victoire, Daniel Igali porte le drapeau du Canada comme une cape, puis l'étend soigneusement sur le tapis et s'agenouille pour l'embrasser, ce qui lui vaut d'occuper une place particulière dans le c\u009cur des Canadiens. (photo de J. Pat Carter; avec la permission des archives de la Presse canadienne).
Lutte
Combat de lutte aux Jeux d'été du Canada (Corel Professional Photos).
Huynh, Carol

Lutte

La lutte est tellement ancienne qu'il est impossible d'en retracer précisément l'origine. C'est un sport qui demande de la force, de la vitesse et l'application scientifique des deux. À présent, on parle généralement de « lutte amateur » pour distinguer le sport en tant que tel de la lutte professionnelle.

Histoire

L'homme préhistorique lutte d'abord pour sa survie, puis cette activité devient une sorte de sport, comme en font foi des peintures rupestres représentant une forme de lutte libre. Les fresques de tombeaux égyptiens remontant à 3400 av. J.-C. montrent des combats dont les mouvements ressemblent étonnamment à ceux de la lutte moderne. L'Iliade d'Homère décrit un combat de lutte entre Ulysse et Ajax pendant des jeux funèbres, au cours de la guerre de Troie (vers 1200 av. J.-C.), et des documents attestent que la lutte fait partie des premiers sports OLYMPIQUES.

Il semble y avoir eu à l'origine autant de styles et de formes de lutte que de villes et de villages. La compétition moderne en a établi les règles et codifié les formes. De nombreux styles populaires continuent d'être pratiqués, mais l'instance dirigeante internationale, la Fédération internationale de lutte amateur (FILA), reconnaît trois styles officiels aux championnats du monde : la lutte gréco-romaine, où seules les prises au-dessus de la ceinture sont permises; la lutte libre, où les lutteurs utilisent toutes les parties du corps; et le sambo, qui comporte beaucoup de mouvements inspirés des arts martiaux.

Les points ne sont accordés que pour l'attaque, pas pour la défense, et uniquement si le lutteur montre qu'il domine l'adversaire. Les points varient de un à quatre selon la maîtrise démontrée. Un combat de lutte comprend deux reprises de trois minutes séparées par une minute de repos. Le combat se termine avant les six minutes réglementaires en cas de chute, si un lutteur a 12 points d'avance sur son adversaire ou en cas de disqualification ou de forfait.

Compétition au Canada

Au Canada, la compétition est régie par Wrestling Canada Lutte, qui a remplacé l'Association canadienne de lutte amateur, fondée en 1970.

Depuis les premiers championnats canadiens de lutte amateur, qui ont eu lieu à l'Argonaut Rowing Club de Toronto en 1901, le sport a pris un essor considérable au Canada. En 1969 naît l'Association canadienne de lutte amateur. À l'époque, ce sport est considéré comme le plus en vogue dans le pays. Les lutteurs canadiens se classent régulièrement parmi les meilleurs dans ce sport très compétitif. Le Canada est également réputé pour l'excellence de ses arbitres, juges et administrateurs et a de plus accueilli deux championnats du monde de lutte, témoignage de la haute estime qui lui est attribuée.

La première Coupe du Canada de lutte internationale remonte à 1980 soit après la décision prise par le Canada de boycotter les Jeux olympiques de Moscou, qui ont lieu la même année.

Compétition internationale

Comme les règles qui régissent la lutte libre sont appliquées dans les compétitions universitaires et scolaires, il n'est pas surprenant que les Canadiens se distinguent généralement dans cette discipline au niveau international. Depuis 1901, Ils se classent bien dans les championnats du monde depuis 1901.

Lors de plusieurs Jeux Olympiques, les lutteurs canadiens ont brillé par leurs performances. À partir de 1928, on retrouve parmi les médaillés canadiens D. Stockton, qui remporte l'argent, et Jim Trifunov, le bronze; D. McDonald (argent, 1932); Joe Schleimer (bronze, 1936); Bob Molle, l'argent et Chris Rinke, le bronze (1984); et Jeff Thue (argent, 1992). Gia Sissaouri remporte une médaille d'argent en lutte libre aux Jeux olympiques d'Atlanta en 1996. En 2000, le Canadien d'origine nigériane Daniel IGALI décroche la toute première médaille d'or du Canada en lutte libre. La lutte féminine fait ses débuts olympiques en 2004 et en 2008, la Canadienne Carol HUYNH remporte l'or.

Les Canadiens sont aussi fidèles à eux-mêmes pour d'autres compétitions internationales, y compris les JEUX DU COMMONWEALTH. En 1930, les lutteurs canadiens remportent les sept médailles décernées. Par la suite, on comptera parmi les médaillés d'or des Jeux du Commonwealth Igali (2002) et Huynh (2010), ce dernier ayant également décroché l'or aux JEUX PANAMÉRICAINS de 2007 et 2011.

Voir égalementLUTTE PROFESSIONNELLE.


En savoir plus

Lecture supplémentaire

  • Glynn A Leyshon, Of Mats and Men: The Story of Canadian Amateur and Olympic Wrestling from 1600 to 1984 (1984).