Arraymusic

Arraymusic (Array jusqu'en 1982). Organisation torontoise fondée en 1972 par les compositeurs Robert Bauer, John Fodi, Clifford Ford, Gary Hayes, Marjan Mozetich et Alex Pauk, tous diplômés de l'Université de Toronto, pour faire connaître les œuvres récentes de jeunes Canadiens.

Arraymusic

Arraymusic (Array jusqu'en 1982). Organisation torontoise fondée en 1972 par les compositeurs Robert Bauer, John Fodi, Clifford Ford, Gary Hayes, Marjan Mozetich et Alex Pauk, tous diplômés de l'Université de Toronto, pour faire connaître les œuvres récentes de jeunes Canadiens. Le premier concert, le 20 avril 1972, comprend des compositions des fondateurs. Par la suite, trois concerts sont présentés chaque année, de 1972 à 1975, puis quatre en 1976 et autant en 1977, toujours à Toronto. Un concert a lieu à Montréal le 4 mars 1973. Plusieurs sont radiodiffusés par la SRC. Les Festival Singers et les York Winds donnent des concerts sous les auspices d'Array en 1976. Des changements au sein du groupe suscitent des orientations nouvelles : à partir de 1977, Array admet toute la musique contemporaine et fait exécuter les oeuvres par son propre ensemble et non plus par d'autres interprètes. En 1973, l'altiste Michael Parker et la soprano Billie Bridgman en deviennent les premiers membres non compositeurs, précurseurs d'un ensemble Array constitué en 1976 : Allen Beard, percussion; Robert Bick, flûte; Henry Kucharzyk, piano; Douglas Perry, alto; Paul Pulford, violoncelle; Cameron Walter, trombone. (Bick, Perry et Pulford sont aussi membres du Galliard Ensemble.) En 1975, les fondateurs Bauer, Ford, Hayes et Pauk ont déjà quitté Array. Robert Daigneault est membre en 1975-1976 et Elma Miller en 1977. Avec le départ de Mozetich en 1977 et celui de Fodi en 1978, le groupe se consacre principalement au concert sous la direction artistique de Douglas Perry (1978-83).

En 1987, l'ensemble monte un spectacle intitulé Modern Electrics, lequel marque un nouvel élargissement de ses horizons. En réponse à l'intérêt croissant des compositeurs, il crée une production entièrement électroacoustique faisant appel à une technologie caractéristique de la musique rock. Ce faisant, il délaisse les salles de concert traditionnelles pour se rapprocher de lieux habituellement fréquentés par les musiciens rock, comme le club Rivoli de Toronto. Le programme, que Robert Everett-Green décrit comme « le résultat naturel du flirt qu'Array entretient depuis un moment avec les courants les plus libres de la musique pop » (Globe and Mail, Toronto, 27 avril 1987), amène au groupe un public nouveau d'amateurs de musique pop. Il connaît un tel succès qu'on le présente en tournée dans l'Ouest canadien en 1989, à Victoria, à Vancouver, à Banff, à Calgary et à Winnipeg. Les tournées se font alors plus nombreuses au calendrier. Après un voyage en Grèce en 1989, Arraymusic fait une tournée en Grande-Bretagne qui comprend des spectacles au festival de musique contemporaine de Huddersfield en Angleterre, au festival de Belfast, à Brighton et à Glasgow.

Arraymusic se produit dans de nombreux festivals, dont le New Music America à Montréal (1991), le North American New Music Festival à Buffalo (1992), le Festival Musiques en Scène à Lyon (1994), le Festival international de musiques actuelles à Victoriaville (1992) et le Debut Atlantic à Halifax (1997). En 1996, l'ensemble fait une tournée européenne qui passe par Vienne, Mannheim et Édimbourg. Depuis 2000, Arraymusic travaille à former des liens avec le consulat général des Pays-Bas. Ces efforts débouchent sur un festival et une tournée internationale en 2006-2007.

En 1986, en plus de jouer de la nouvelle musique, Arraymusic crée un atelier pour jeunes compositeurs d'une durée de quatre semaines, présenté à Toronto, qui constitue une partie importante des efforts du groupe pour encourager la nouvelle composition. Dans les années 1980, l'ensemble commence à produire des événements multimédias qui suscitent des collaborations interdisciplinaires de musique, de danse, de théâtre et d'arts visuels comme Personnal History de Henry Kucharzyk (1985), Fast Forward et Big Pictures de Michael J. Baker (1987) et Nostalgia de Robert W. Stevenson (2000).

En 1999, Arraymusic et Studio Grame, de France, coproduisent Chemin de ronde, une collaboration de musique et de danse de compositeurs de Toronto et de Lyon (Michael J. Baker, Jean-François Estager, James Giroudon, Pierre Alain Jaffrennon, Henry Kucharzyk et Linda Catlin Smith) avec le groupe de danse The Company (chorégraphe : Serge Bennathan). Parmi les autres organisations qui collaborent avec Arraymusic, nommons le Toronto Dance Theatre, Peggy Baker Solo Dance, Dancemakers, Autumn Leaf Performance, New Music Concerts et Soundstreams. En 2003, Arraymusic organise son premier spectacle diffusé en direct en webémission au studio Glenn Gould.

Au début, pendant plusieurs années, l'ensemble varie selon les exigences du répertoire. Aujourd'hui, l'ensemble Arraymusic est un groupe qui rassemble des individus jouant de la clarinette, de la trompette, des percussions, du piano, du violon et de la contrebasse. Une saison typique comprend jusqu'à cinq concerts à Toronto, des tournées, des émissions radio, l'atelier annuel pour jeunes compositeurs et l'utilisation de studios et de bureaux permanents de répétition. Arraymusic présente aussi des Studio Events publics qui incluent des séries de conférences de compositeurs et des concerts privés. Dans le cadre de la saison 2002-2003, la directrice artistique Allison Cameron crée Scratch!, un évènement musical de plusieurs jours consacré à l'exploration d'approches expérimentales de la composition et de l'interprétation.

Arraymusic crée plus de 300 œuvres de compositeurs canadiens et de beaucoup de morceaux de compositeurs internationaux moins connus. Parmi les œuvres commandées, on retrouve des compositions de Bauer (Concerto pour alto), de Christopher Butterfield, de Tomas Dusatko (Nomas II), de Fodi (Iz ist in der Werlt), de Ford (Alliances for Winds), de Peter Hannan (Ground & Stampit), de Christos Hatzis (Spring Equinox), de Kucharzyk (Us and Them), d'Alexina Louie (Cadenzas), de Mozetich (In the Air), de Parker (Cholê), de Rodney Sharman (Dark Glasses), de Southam (Networks) et de Claude Vivier (« Et je reverrai cette ville étrange »). Des œuvres sont aussi commandées à des compositeurs étrangers comme Christopher Fox (Royaume-Uni) et Christian Wolff (États-Unis). Les compositeurs qui écrivent des pièces expressément pour Arraymusic incluent Udo Kasemets, Rudolf Komorous, James Tenney, Gerald Barry, Jo Kondo, Terry Riley, Kevin Volans, Christian Wolff et Walter Zimmerman.

Quatre numéros de l'Array Newsletter sont publiés entre 1972 et 1974. De plus, Arraymusic sort cinq disques compacts sous son nom : Strange City/Ville étrange(1988), Chroma (1991), New World (1993), Music from Big Pictures (1998) et 25 Miniatures (2001).

Discographie

Chroma : Evangelista, Reich, Sharman, Smith, Volans, 1991, Artifact 004 (CD).

Kucharzyk, Co-oposition, Walk the Line : 1982, 1984, Artifact 001.

Ville étrange / Strange City : M.J. Baker, Kucharzyk, Tenney, Vivier, 1988, Artifact 002 (CD).

Vivier, Pulau Dewata : 1983, RCI 584 et Centredisques CMC-1384.

Bibliographie

Murray GEDDES, « Array », Musicworks, 6 (hiv. 1979).

Colin EATOCK, « Arraymusic: the first fifteen years », Three Studies, CanMus Documents no 4 (Toronto 1989).


Lecture supplémentaire

  • Geddes, Murray. "ARRAY," Musicworks, 6, Winter 1979

    Eatock, Colin. "Arraymusic: the first fifteen years," Three Studies, CanMus Documents 4 (Toronto 1989)