Première Armée canadienne

La Première Armée canadienne est une armée de campagne formée en 1942, pendant la Deuxième Guerre mondiale . Elle devient une force internationale en 1943, lorsque des unités alliées y sont intégrées pour maintenir ses effectifs. La Première Armée canadienne est commandée par A.G.L. McNaughton et H.D.G. « Harry » Crerar.
La Première Armée canadienne est une armée de campagne formée en 1942, pendant la Deuxième Guerre mondiale . Elle devient une force internationale en 1943, lorsque des unités alliées y sont intégrées pour maintenir ses effectifs. La Première Armée canadienne est commandée par A.G.L. McNaughton et H.D.G. « Harry » Crerar.


Débarquement en Normandie
Vue ouest-est de la plage \u00ab Nan White \u00bb et du personnel de la 9e Brigade d'infanterie canadienne débarquant de l'engin de débarquement d'infanterie (large) no 299 de la 2e Flotille canadienne (262e MR), le jour J (photographie de G. Milne, avec la permission de Bibliothèque et Archives Canada, PA-137013).
Henry Duncan Graham Crerar, officier de l
Crerar reçoit le commandement du premier corps d'armée canadien en Grande-Bretagne qu'il conduit en Italie en novembre 1943 (avec la permission du ministère de la Défense nationale/Bibliothèque et Archives Canada/PA-166584).

Des militaires canadiens sont envoyés, pour la première fois, outre‑mer en décembre 1939, peu de temps après le déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale . À mesure que leur nombre augmente, il devient nécessaire de réorganiser les Forces canadiennes servant à l’étranger. La Première Armée canadienne est formée en 1942, sous les ordres du Lieutenant‑général A.G.L. McNaughton . Elle comprend environ 170 000 hommes organisés en deux corps : le 1er Corps expéditionnaire canadien et le 2e Corps expéditionnaire canadien.

La Première Armée canadienne passe la majorité de l’année 1942 à s’entraîner en Angleterre, en vue de se préparer à une invasion. L’objectif d’A.G.L. McNaughton est de garder l’Armée canadienne réunie pour mener l’assaut au nord‑ouest de l’Europe, en traversant la Manche. Cependant, en 1943, le gouvernement fédéral détache le 1er Corps expéditionnaire canadien pour qu’il puisse prendre part à la campagne d’Italie, avec pour objectif que les troupes canadiennes puissent participer à l’action. Compte tenu de l’importance que revêt au pays l’existence d’une force militaire canadienne distincte, on y intègre des unités alliées, afin d’en maintenir les effectifs.

H.D.G. Crerar et la Première Armée canadienne

Le Général H.D.G. Crerar, officier général commandant en chef de la Première Armée canadienne, coupant le ruban pour inaugurer le pont Walsh, le plus long pont Bailey canadien au monde (1286 pi ou 392 m), construit par le Corps royal du génie canadien à Mook, aux Pays‑Bas, 26 février 1945.
(Photo par le Lieutenant Barney J. Gloster / ministère de la Défense nationale, avec la permission de Bibliothèque et Archives Canada / PA‑145699.)


En 1944, la Première Armée canadienne (désormais commandée par le Lieutenant‑général H.D.G. « Harry » Crerar) se lance dans la bataille sur le flanc gauche du front, en France, en Belgique et aux Pays‑Bas, dégageant la côte de la Manche, après le débarquement en Normandie . À ce moment‑là, elle compte, dans ses rangs, un plus grand nombre de soldats alliés que de soldats canadiens, notamment des contingents britanniques, polonais, américains et néerlandais d’infanterie et de blindés. L’équilibre se rétablit en mars 1945, suite à la campagne du Rhin , lorsque les troupes canadiennes ayant combattu en Italie rejoignent la Première Armée pour la libération des Pays‑Bas.

Commandants

A.G.L. McNaughton (6 avril 1942 au 26 décembre 1943)
Kenneth Stuart (commandant intérimaire du 27 décembre 1943 au 20 mars 1944)
H.D.G. Crerar (du 20 mars 1944 au 30 juillet 1945)
Guy Simonds (commandant intérimaire du 27 septembre 1944 au 8 novembre 1944)


Défilé de la victoire

Passage en revue, lors du défilé de la victoire, par des fanfares de cornemuses, de la Première Armée canadienne, La Haye, Pays‑Bas, 21 mai 1945.
(Photo par le Lieutenant Donald I. Grant / ministère de la Défense nationale, avec la permission de
Bibliothèque et Archives Canada / PA‑135978.)