L'Arche

L’Arche est un organisme de services sociaux à but non lucratif qui met sur pied et exploite des communautés de soutien pour les personnes ayant une déficience intellectuelle. Fondée en 1964, L’Arche constitue des communautés où ceux qui vivent avec ou sans déficience intellectuelle travaillent, se divertissent, interagissent et apprennent ensemble. L’Arche Canada fait partie de la Fédération internationale des communautés de L’Arche. L’Arche Internationale gère 153 communautés dans 38 pays. L’organisme compte plus de 10 000 membres, avec ou sans déficience intellectuelle, dans le monde entier. Au Canada en 2020, L’Arche gère 31 communautés dans neuf provinces.

L’Arche est un organisme de services sociaux à but non lucratif qui met sur pied et exploite des communautés de soutien pour les personnes ayant une déficience intellectuelle. Fondée en 1964, L’Arche constitue des communautés où ceux qui vivent avec ou sans déficience intellectuelle travaillent, se divertissent, interagissent et apprennent ensemble. L’Arche Canada fait partie de la Fédération internationale des communautés de L’Arche. L’Arche Internationale gère 153 communautés dans 38 pays. L’organisme compte plus de 10 000 membres, avec ou sans déficience intellectuelle, dans le monde entier. Au Canada en 2020, L’Arche gère 31 communautés dans neuf provinces.



Cette image est une capture d’écran de Year in Review: 2018/2019, une vidéo produite par L’Arche Canada.
(L’Arche Canada/YouTube)

Fondation

Jean Vanier fonde L’Arche en 1964 en France. Jean Vanier est le fils du gouverneur général canadien Georges Vanier et de l’infirmière et travailleuse humanitaire Pauline Vanier. Philosophe et théologien, Jean Vanier est un membre actif de l’Église catholique. Après une visite de l’hôpital psychiatrique de Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux en France, Jean Vanier est bouleversé par les mauvaises conditions de vie qu’il y a vues. Il déplore l’absence de liens d’amitié et d’un environnement stable, besoins évidents des patients selon lui. En 1964, il ouvre la première communauté de L’Arche à Trosly-Breuil, en France, se sentant inspiré par Dieu d’inviter chez lui deux hommes ayant une déficience intellectuelle. Il baptise son foyer « L’Arche », d’après l’arche biblique. Jean Vanier dirigera L’Arche, foyer installé dans un petit chalet à l’abandon, pendant 17 ans.

Jean Vanier reçoit le prix Templeton en 2015.


L’Arche arrive au Canada en 1969 avec l’inauguration de la deuxième communauté de L’Arche. Steve et Ann Newroth mettent sur pied L’Arche Daybreak à Richmond Hill, en Ontario, sur une ferme de 13 acres. En 1971, Jean Vanier cofonde également Foi et Lumière, un organisme de bienfaisance ayant pour mission de réunir ceux qui vivent avec et sans déficience intellectuelle.

En 2020, on compte 31 communautés de L’Arche dans neuf provinces canadiennes. L’Arche Canada regroupe la Fondation de L’Arche Canada (FLC), la Fondation des Arches du Québec (FAQ) et l’Association des Arches du Québec (AAQ). L’Arche Canada fonctionne grâce au travail de ses bénévoles et de son personnel rémunéré. L’organisme est financé par des dons de bienfaisance et des subventions du gouvernement fédéral et des gouvernements provinciaux

Vision et objectifs

L’Arche, bien que fondée autour des préceptes de l’Église catholique, accueille des membres de toutes les confessions. Le travail qu’accomplit L’Arche Canada s’appuie sur les valeurs des relations saines, de l’inclusion et de l’égalité. L’Arche préconise un modèle d’interdépendance humaine plutôt que d’indépendance. L’organisme, souhaitant favoriser le développement personnel et la pleine participation de ses membres à la société, encourage ceux-ci à assumer de nombreux rôles, notamment ceux d’employés, d’enseignants, d’artistes, de bénévoles, d’amis et de membres de la famille.

L’Arche sensibilise également le public à l’égalité entre les personnes de tous niveaux d’aptitude. Elle exerce des pressions en faveur de l’intégration et de l’inclusion des personnes, quelles que soient leurs capacités. Les membres de L’Arche renseignent également le public quant aux besoins et aux contributions des citoyens ayant une déficience intellectuelle, en organisant notamment des ateliers dans les écoles et en faisant du bénévolat dans les magasins, les galeries d’art, les refuges et les musées de diverses communautés.

En plus de promouvoir les valeurs que sont l’interdépendance, l’inclusion et l’égalité, le mandat de L’Arche Canada est axé sur le changement. La devise de L’Arche Canada est « Changer le monde, un cœur à la fois ». Son mandat pour 2017 est en cours de révision, afin de l’adapter aux défis à relever tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’organisme. L’Arche Internationale travaille également à la refonte de sa Charte de 1993 pour refléter l’évolution de sa vision.


Programmes et ressources

Les communautés de L’Arche suivent un modèle communautaire à but non lucratif, plutôt qu’un modèle médical centré sur le client. Des personnes avec et sans déficience intellectuelle vivent ensemble dans des maisons et des appartements. Dans un foyer de L’Arche, deux à trois assistants vivent avec quatre à six personnes ayant une déficience. D’autres membres de la communauté, y compris la famille, les amis et les bénévoles, participent en effectuant des visites et en partageant la vie du foyer.

Certains emplacements de L’Arche proposent également des programmes de jour, dans le cadre desquels on acquiert des compétences en matière d’hygiène de vie, avec notamment la préparation des repas, les courses à l’épicerie, la forme physique, les loisirs et l’artisanat. Certains lieux exploitent des studios où le public peut acheter des œuvres d’art. L’Arche Canada fournit également des ressources éducatives gratuites, dont le site Web jai-des-amis.ca qui a pour but d’aider les personnes avec et sans déficience intellectuelle à nouer des liens d’amitié.

Controverse

En 2014, L’Arche Internationale prend connaissance d’allégations d’abus sexuels qui auraient été commis par le Père Thomas Philippe. Le prêtre, mort en 1993, était le guide spirituel du fondateur Jean Vanier; il a joué un rôle central dans la mise en place et le développement de l’organisme.

L’Arche, qui condamne ces actes d’abus, lance une enquête canonique en 2014-2015. Jean Vanier, qui réagit aux conclusions de l’enquête en 2015, se dit « consterné, sous le choc, absolument incapable de comprendre comment cela a pu se produire ». En 2019, L’Arche Internationale ordonne une enquête indépendante afin de mieux comprendre son histoire, d’améliorer ses politiques et procédures et « d’affiner son travail pour prévenir les abus ».

En 2020, la communauté internationale de L’Arche est secouée par de nouvelles informations, concernant cette fois-ci Jean Vanier lui-même, décédé le 7 mai 2019. Une enquête indépendante révèle en effet en février 2020 que l’homme aurait abusé sexuellement de six femmes entre 1970 et 2005. L’Arche Canada condamne publiquement ces actions, voyant une contradiction évidente entre elles et les valeurs de respect et de service défendues avec tant d’ardeur par Jean Vanier. Le président du conseil d’administration national de L’Arche Canada, John Rietschlin, communique cette information bouleversante aux membres de L’Arche, déclarant que « L’Arche et son fondateur sont deux choses bien différentes ».