Matane

Dans les années 50, la fermeture de plusieurs usines de papier mène au chômage généralisé. Dix ans plus tard, cependant, la reconnaissance du port de Matane comme plaque tournante de la région pour le transport et la distribution ravive l'intérêt pour cette ville.


Matane

 Matane, ville du Qc; pop. 14 742 (recens. 2006), 14 948 (recens. 2001); const. en 1937. Matane est située en Gaspésie, sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent, à 100 km au nord-est de RIMOUSKI. Son nom provient d'un mot micmac régional signifiant « étang de castor ». Jacques CARTIER visite l'endroit en 1542 et constate l'abondance de poisson et de gibier. En 1643, des missionnaires jésuites entrent en contact avec les MICMACS, et la première seigneurie est accordée en 1672. Les premières habitations européennes permanentes datent de la construction de camps de pêche en 1688. Le développement agricole débute vers la fin du XVIIIe siècle, mais ce n'est qu'avec la croissance des industries forestières et du bois de sciage que la population augmente véritablement.

Dans les années 50, la fermeture de plusieurs usines de papier mène au chômage généralisé. Dix ans plus tard, cependant, la reconnaissance du port de Matane comme plaque tournante de la région pour le transport et la distribution ravive l'intérêt pour cette ville. On y trouve aujourd'hui une usine de pâte et une usine de papier, qui génèrent de l'emploi. La pêche à la crevette est une autre activité importante pour la ville. La ville est majoritairement francophone, et elle abrite un Cégep.