Plongeon

Le plongeon de compétition voit le jour en Allemagne dans les années 1880 et, en 1904, il devient une discipline OLYMPIQUE. Au Canada, c'est seulement au cours des années 20 qu'il fait son apparition sous les auspices de la Canadian Amateur Swimming Association. En 1969, à l'initiative de Vaughn L.

Bernier, Sylvie
La plongeuse Sylvie Bernier, médaillée d'or au tremplin de 3 m. Aux Jeux Olympiques de 1984, elle remporte la premi\u00e8re médaille d'or du Canada en plongeon et la premi\u00e8re médaille décernée \u00e0 une athl\u00e8te féminine du Québec (avec la permission du Panthéon des sports canadiens, www.cshof.ca).

Plongeon

  Comme en font foi des dessins sur des vases égyptiens et romains, le plongeon, sport qui consiste à se jeter dans l'eau, tête première à partir d'une plateforme, remonterait à 400 av. J.-C. Du VIIIe au Xe siècle, en Suède, les Vikings plongent dans l'océan à partir des falaises, une pratique qu'on retrouve aussi, dans les années 1770, chez les Indiens d'Acapulco au Mexique. Entre 1800 et 1820, de nouvelles façons de plonger apparaissent en Allemagne et en Suède. Les figures acrobatiques exécutées au-dessus de l'eau marquent le début des mouvements complexes du plongeon que l'on connaît aujourd'hui.

Le plongeon de compétition voit le jour en Allemagne dans les années 1880 et, en 1904, il devient une discipline OLYMPIQUE. Au Canada, c'est seulement au cours des années 20 qu'il fait son apparition sous les auspices de la Canadian Amateur Swimming Association. En 1969, à l'initiative de Vaughn L. Baird, l'Association canadienne de plongeon se joint à la Fédération des sports nautiques du Canada, une affiliation qui contribuera à l'essor de ce sport aujourd'hui pratiqué dans neuf provinces.

Le plongeon de compétition regroupe les épreuves masculines et féminines de tremplin et de haut vol. Les plongeurs doivent exécuter un nombre déterminé de plongeons qui sont notés sur une échelle de 1 à 10 par un jury formé de 5 à 7 juges ; on établit ensuite le score final.

Alfie Phillips est la première plongeuse canadienne à se distinguer en gagnant 10 championnats canadiens consécutifs (1926 à 1935) et en se classant septième aux Olympiques de 1928 et de 1932. Au cours des années 40 et 50, George Athans, Bill Patrick et Irene MacDonald représentent le Canada lors de compétitions internationales. MacDonald remporte une médaille de bronze (tremplin) aux Olympiques de Melbourne (1956) et termine sixième à Rome en 1960. Beverley Boys gagne 4 médailles d'or à des Jeux du Commonwealth et se classe septième aux Olympiques de 1968, cinquième au tremplin en 1972 et quatrième à la tour en 1968. Cindy Shatto termine cinquième à la tour aux Olympiques de Montréal (1976).

La performance canadienne par excellence reste celle de SylvieBERNIER, gagnante d'une médaille d'or aux Olympiques de Los Angeles en 1984. Aux Jeux panaméricains tenus en août 1987, le Canada obtient 3 médailles  : l'argent au 10 m, le bronze au tremplin et le bronze à la tour. Les plongeurs canadiens ont moins de succès aux Olympiques de Séoul (1988) où ils occupent les neuvième et dixième rangs au classement final. Aux Olympiques de Barcelone (1992), ils finissent avec une huitième place (Mary De Piero au tremplin de 3 m). De Piero et Anna Dacyshyn remportent des médailles d'or dans leurs épreuves respectives aux JEUX DU COMMONWEALTH de 1990 et Annie Pelletier enlève le bronze (tremplin) aux Olympiques d'Atlanta en 1996. Aux Jeux Olympiques de Sydney, après trois présences aux Jeux, Anne Montminy monte finalement sur le podium en remportant le médaille d'argent au plongeon de 10m synchro (avec Emilie Hymens, 18 ans) et la médaille de bronze au 10m plate-forme. Montminy fut la seule canadienne à remporter deux médailles aux Jeux Olympiques de Sydney.


En savoir plus

Liens externes