Accident d'autobus des Broncos de Humboldt

L’une des tragédies routières les plus médiatisées de l’histoire canadienne s’est produite le 6 avril 2018, lorsqu’un autobus, transportant 28 membres de l’équipe de hockey junior des Broncos de Humboldt, entre en collision avec un camion de transport à une intersection routière près de Tisdale en Saskatchewan. L’accident a fait 16 victimes parmi les membres de l’équipe : 10 joueurs et 6 membres du personnel administratif et d’encadrement. Il a également abouti à la mise en place de nouvelles réglementations en matière de formation des chauffeurs routiers et d’octroi de permis, et à l’exigence que les ceintures de sécurité soient obligatoires sur les autobus.



Séries éliminatoires de 2018

Les Broncos de Humboldt jouent dans la Ligue de hockey junior de la Saskatchewan (SJHL), une ligue de catégorie junior A réservée aux joueurs amateurs de la province. Au printemps 2018, les Broncos disputent un deuxième tour de série éliminatoire face aux Hawks de Nipawin. À l’issue des quatre premiers matchs, menés 3 à 1 après avoir perdu le quatrième match à Humboldt en troisième période de prolongation, ils se préparent à retourner à Nipawin pour le cinquième match de la série.

La quasi‑totalité des 6 000 résidents de Humboldt suit les matchs de leur équipe. À l’instar de ce qui se passe dans d’autres petites villes de Saskatchewan, le hockey joue un rôle central dans la vie sociale de la localité. La patinoire où l’équipe locale dispute ses matchs à domicile, l’Elgar Petersen Arena, est l’un des bâtiments les plus en vue de la ville à l’entrée ouest de la localité. Depuis 2003, les Broncos ont été sacrés champions du Canada dans la catégorie junior A à deux reprises. Les résidents de Humboldt se montrent fiers de leur équipe, non seulement à cause de son histoire et de ses exploits sur la glace, mais aussi parce que sa gestion est assurée par des bénévoles locaux qui hébergent également les joueurs des Broncos, la collectivité tout entière participant à la mission d’éduquer et d’aider ces jeunes athlètes à l’orée de leur vie adulte. Kevin Garinger, président des Broncos, expose ainsi le projet de son équipe : « L’objectif des Broncos de Humboldt n’est pas tant de former des joueurs de hockey, que de donner naissance à des jeunes gens exceptionnels. Et c’est bien d’hommes exceptionnels que notre organisation était composée! »

Accident

Photo de l’épave de l’autobus ayant transporté des membres de l’équipe de hockey des Broncos de Humboldt après l’accident mortel d’Armley Corner.

Épave de l’autobus ayant transporté des membres de l’équipe de hockey des Broncos de Humboldt après l’accident mortel survenu à Armley Corner, près de Tisdale, en Saskatchewan. Photo prise le 7 avril 2018.

(THE CANADIAN PRESS/Jonathan Hayward)

Dans l’après‑midi du vendredi 6 avril, 28 membres des Broncos, joueurs, entraîneurs et autres membres du personnel de l’équipe, montent à bord d’un autobus pour un voyage de plus de deux heures vers le nord jusqu’à Nipawin. Glen Doerksen, le chauffeur de l’autobus spécialement affrété qui avait déjà conduit les Broncos à d’autres matchs dans les régions rurales de la Saskatchewan, est au volant, souhaitant la bienvenue aux membres de l’équipe lorsqu’ils montent dans son véhicule garé sur le stationnement de l’aréna de Humboldt.

À 17 h, il fait encore plein jour lors de cette journée ensoleillée et le temps est clair. Après avoir dépassé Tisdale, l’autobus roule vers le nord sur la route 35, se rapprochant de l’intersection avec la route 335 qui traverse, d’est en ouest, les vastes terres agricoles au relief monotone de l’est de la Saskatchewan. À la jonction entre les deux voies, connue sous le nom d’Armley Corner, un panneau indicateur d’arrêt clignotant impose aux véhicules circulant sur la 335 de s’arrêter pour laisser passer ceux qui roulent sur la 35. Cependant, lorsque l’autobus des Broncos s’engage à l’intersection, il heurte un camion de transport roulant vers l’ouest, transportant des balles de mousse de tourbe en direction de l’Alberta. Jaskirat Singh Sidhu, le conducteur et seul occupant du camion, un jeune homme de 29 ans, ne s’est pas arrêté comme il l’aurait dû.

La collision arrache l’avant de l’autobus et projette les deux véhicules hors de la route où ils se retrouvent renversés sur le côté. Un champ couvert de neige aux côtés de l’intersection offre une vision d’enfer, celle de deux véhicules démantelés, de centaines de balles vertes et blanches de mousse de tourbe jonchant les lieux de l’accident et des membres de l’équipe des Broncos gisant, morts ou blessés, sur le sol glacé ou parmi les morceaux restants de leur autobus.

Le défenseur Ryan Straschnitzki se souvient avoir perdu connaissance, puis avoir retrouvé ses esprits sur la neige à l’extérieur de l’autobus, tentant d’appréhender le paysage apocalyptique qui l’entourait. Il témoigne :« Je n’ai cessé d’appeler les gars et de demander s’il y avait quelque chose que je pouvais faire. Tout ce que je souhaitais, c’était aider mes coéquipiers, mais je ne pouvais pas bouger les jambes… Nick Schumlanski [le centre des Broncos] avait du sang sur le visage et gémissait de douleur et Logan Boulet [un défenseur] gisait à ses côtés. »

Victimes

Ryan Straschnitzki et Nick Schumlanski ont tous deux survécu à l’accident, le premier étant toutefois resté paralysé du bas du corps à partir de la poitrine. Logan Boulet est l’une des 14 victimes décédées sur les lieux de l’accident. Treize passagers de l’autobus ont été emmenés à hôpital, où deux autres Broncos ont ultérieurement succombé à leurs blessures. Parmi les 16 victimes, on compte 10 jeunes hockeyeurs, le chauffeur de bus Glen Doerksen, l’entraîneur principal et un entraîneur adjoint, ainsi que le statisticien de l’équipe, sa thérapeute sportive et son commentateur. Le défenseur Adam Herold, âgé de 16 ans, est la plus jeune victime de l’accident. Jaskirat Singh Sidhu, le conducteur du camion de transport, n’a subi aucune blessure.

Le fait que les joueurs se soient tous teint les cheveux en blond et qu’ils portent également la barbe pour les séries éliminatoires rend difficile l’identification des cadavres. Étant donné qu’ils vont disputer un match, la plupart d’entre eux n’ont emporté avec eux ni portefeuille ni papiers d’identité. Dans ce contexte, le défenseur Xavier Labelle, âgé de 18 ans, vivant et inconscient, souffrant de graves blessures au visage, est identifié par erreur, dans les heures qui suivent l’accident, comme étant le gardien Parker Tobin, également âgé de 18 ans. C’est seulement lorsque Xavier Labelle reprend connaissance à l’hôpital et déclare qu’il n’est pas Parker Tobin que l’on réalise l’erreur commise, laissant les familles Labelle et Tobin, fortement secouées sur le plan émotionnel, aux prises avec les nouvelles réalités auxquelles elles doivent désormais faire face.

Photo de Ryan Straschnitzki, survivant de l’accident d’autobus, lors d’une séance de physiothérapie.

Ryan Straschnitzki, survivant de l’accident d’autobus des Broncos de Humboldt, participe à une séance de physiothérapie à Calgary en Alberta le 20 août 2018.

(THE CANADIAN PRESS/Jeff McIntosh)

Chagrin et réactions

Cette tragédie et son terrible bilan humain provoquent une onde de choc et une vague de chagrin dans tout le Canada. Les dix jeunes joueurs décédés sont pleurés non seulement par leurs proches en Saskatchewan et en Alberta, mais également par les familles de Humboldt qui les ont hébergés et ont pris soin d’eux pendant la saison de hockey. Dans un pays où le soutien aux équipes de hockey amateur en déplacement est profondément intégré au tissu social et culturel, le drame des Broncos fait vibrer une corde sensible. Comme l’a déclaré, après l’accident, le président de la SJHL, Bill Chow, lors d’une conférence de presse à Saskatoon, au cours de laquelle les larmes ont abondamment coulé : « Notre pire cauchemar s’est réalisé. »

Des expressions d’infinie tristesse et de solidarité affluent en Saskatchewan, de partout au Canada et du monde entier, émanant, notamment, d’icônes du hockey comme Wayne Gretzky et de dirigeants politiques tels que le premier ministre Justin Trudeau et le président américain Donald Trump qui publie ses condoléances sur Twitter. Après l’accident, plusieurs équipes de la Ligue nationale de hockey remplacent leurs chandails, portant habituellement leur propre nom, par des maillots floqués au nom des Broncos. En Ukraine, l’équipe nationale de hockey rend hommage aux victimes en plaçant des fleurs à l’extérieur de l’ambassade canadienne à Kiev (voir également Canadiens d’origine ukrainienne). À Ottawa, les députés, portant des chandails de hockey à l’intérieur de la Chambre des communes, observent une minute de silence et rendent hommage aux victimes de la tragédie de l’autobus des Broncos de Humboldt.

Le saviez‑vous?
Une campagne GoFundMe en soutien aux Broncos et à leurs familles est devenue la campagne lancée sur ce site ayant remporté le plus grand succès au Canada. La semaine ayant suivi l’accident, plus de 10 millions de dollars avaient été collectés, une somme qui atteignait 15 millions de dollars à la fermeture de la campagne.


Dimanche 8 avril, deux jours après l’accident, des milliers de personnes se retrouvent à la Elgar Petersen Arena, une enceinte qui compte 1 800 places, à Humboldt, pour une vigile de prière en l’honneur des victimes. Ce soir‑là, alors que les Broncos auraient dû jouer leur sixième match contre Nipawin, il ne reste plus un siège de libre dans la patinoire. Les personnes n’ayant pas réussi à trouver de place dans l’aréna se rassemblent à la patinoire municipale de curling, dans une école et également dans une église, où elles regardent la veillée sur des écrans de télévision. Dans son adresse à la foule, Sean Brandow, le pasteur de l’équipe des Broncos, s’écrie :« Pourquoi est‑ce arrivé? J’aimerais être ici, jouant mon rôle de chef spirituel, et vous dire que j’ai toutes les réponses, mais ce n’est pas le cas. Je n’ai pas d’explication! » Il ajoute, s’adressant aux familles en deuil : « Je veux juste que vous sachiez que nous souffrons avec vous! »

Photo du site commémoratif sur les lieux de l’accident

Site commémoratif sur les lieux de la collision, près de Tisdale, en Saskatchewan. Photo prise le 30 janvier 2019.

(THE CANADIAN PRESS/Ryan Remiorz)

Changements en matière de sécurité

La tragédie suscite de nombreuses demandes d’amélioration de la sécurité routière. Une étude de l’intersection où s’est produit l’accident, à l’initiative du gouvernement de la Saskatchewan, aboutit à la conclusion que la fréquence des collisions y est plus faible par rapport aux autres intersections de la province. Il n’en demeure pas moins qu’elle a été le théâtre d’un autre accident mortel en 1997, lorsque six membres d’une même famille ont été tués après que leur camionnette eut traversé le carrefour sans s’arrêter, heurtant un semi‑remorque. En décembre 2018, le gouvernement provincial annonce son intention d’améliorer la sécurité des lieux en plaçant des messages d’avertissement avancé d’arrêt obligatoire, en installant des ralentisseurs sonores sur les voies qui conduisent à l’intersection et en supprimant une rangée d’arbres obstruant la vue des conducteurs qui s’en approchent.

Vue aérienne de l’intersection où l’accident mortel s’est produit

Vue de l’intersection entre les routes 35 et 335 (connue sous le nom de Armley Corner) et de l’épave de l’autobus après l’accident mortel survenu près de Tisdale en Saskatchewan. Photo prise le 7 avril 2018.

(THE CANADIAN PRESS/Jonathan Hayward)

L’accident des Broncos incite également des parents de victimes à demander une formation et des règles d’octroi de permis plus strictes pour les conducteurs de camion, ainsi qu’une généralisation de l’utilisation de la ceinture de sécurité dans les autocars et les autobus au Canada (voir également Réglementation du transport). Le chauffeur du camion impliqué dans l’accident des Broncos était nouveau dans l’industrie du camionnage. En janvier 2019, les ministres des Transports fédéral et provinciaux conviennent d’élaborer une norme de formation nationale pour les conducteurs de semi‑remorques débutants. Une formation des camionneurs, qui n’était obligatoire, au moment de la collision des Broncos, qu’en Ontario, doit être mise en œuvre en Saskatchewan et en Alberta en 2019.

Le gouvernement fédéral annonce également qu’il entend exiger que tous les autobus routiers nouvellement construits soient équipés de ceintures de sécurité d’ici septembre 2020. Mais, sans attendre, certains parents qui pleurent leurs enfants victimes de l’accident d’autobus des Broncos lancent des campagnes, médiatiques ou par voie légale, pour que tous les autobus routiers soient impérativement équipés de ceintures de sécurité munies de sangles d’épaule que les passagers auraient l’obligation de boucler.

Accusations criminelles et peine prononcée

Photo de Jaskirat Singh Sidhu arrivant au tribunal pour les audiences de détermination de la peine.

Jaskirat Singh Sidhu, le conducteur du camion qui est entré en collision avec le bus transportant l’équipe de hockey des Broncos de Humboldt, arrive pour la deuxième journée des audiences de détermination de la peine le 29 janvier 2019 à Melfort en Saskatchewan.

(THE CANADIAN PRESS/Ryan Remiorz)

Après une enquête criminelle de la GRC, le chauffeur du camion de transport, originaire de Calgary, Jaskirat Singh Sidhu, est inculpé de nombreux chefs d’accusation, notamment de conduite dangereuse ayant entraîné la mort. Un examen a également permis d’établir qu’il avait enfreint de nombreux règlements en matière de sécurité liés au camionnage, notamment en ce qui concerne les limites de temps de conduite, dans les jours ayant précédé l’accident. Son employeur, la société Adesh Deol Trucking Ltd., est également accusé d’avoir enfreint différents règlements fédéraux et provinciaux en matière de camionnage, notamment en ayant omis de tenir un registre des heures de travail des camionneurs.

En janvier 2019, le chauffeur plaide coupable à tous les chefs d’accusation. Pendant plusieurs journées empreintes d’une forte charge émotionnelle, il écoute, devant un tribunal de Melfort en Saskatchewan, les familles endeuillées lire des « déclarations sur les répercussions sur la victime ». Certains expriment de la colère contre lui, tandis que d’autres déclarent lui avoir pardonné. Toby Boulet qui a perdu son fils de 21 ans, Logan, dans l’accident, témoigne en ces termes devant le tribunal : « Je dois dire à M. Sidhu que je ne crois pas qu’il se soit réveillé ce matin‑là pour provoquer l’accident qui a causé la perte de mon fils Logan. Je suis convaincu qu’il souhaite de tout son être que cette tragédie ne se soit jamais produite. C’est également mon vœu le plus cher, mais, lui comme moi, savons que ce n’est malheureusement pas possible! »

Le 22 mars 2019, Jaskirat Singh Sidhu est condamné à huit années de prison. À la fin de cette période, il est probable qu’il sera déporté en Inde, où il est né. En effet, la loi fédérale stipule qu’un résident permanent reconnu coupable d’un crime grave peut perdre son statut de résident.

Croquis, réalisé dans la salle d’audience, de Tanya et Paul Labelle faisant une déclaration sur les répercussions sur la victime.

Croquis, réalisé dans la salle d’audience à Melfort en Saskatchewan le 30 janvier 2019, de Tanya et Paul Labelle faisant une déclaration sur les répercussions sur la victime.

(THE CANADIAN PRESS/Cloudesley Rook-Hobbs)

Victimes de l’accident de l’autobus des Broncos de Humboldt

Nom

Âge

Poste

Tyler Bieber

29 ans

Commentateur

Logan Boulet

21 ans

Défenseur

Dayna Brons

24 ans

Thérapeute sportive

Mark Cross

27 ans

Entraîneur adjoint

Glen Doerksen

59 ans

Chauffeur d’autobus

Darcy Haugan

42 ans

Entraîneur‑chef

Adam Herold

16 ans

Défenseur

Brody Hinz

18 ans

Statisticien

Logan Hunter

18 ans

Ailier droit

Jaxon Joseph

20 ans

Centre

Jacob Leicht

19 ans

Ailier gauche

Conner Lukan

21 ans

Ailier gauche

Logan Schatz

20 ans

Centre

Evan Thomas

18 ans

Centre

Parker Tobin

18 ans

Gardien de but

Stephen Wack

21 ans

Défenseur


Liens externes