Catherine (SAR la duchesse de Cambridge)

Son Altesse Royale (SAR) la duchesse de Cambridge, née Catherine « Kate » Middleton le 9 janvier 1982 à Reading au Royaume-Uni, est l’épouse de Son Altesse Royale le duc de Cambridge (le prince William), qui est second en ligne pour la succession des trônes du Canada, du Royaume-Uni et de quatorze autres royaumes du Commonwealth. Kate est devenue célèbre dans le monde entier pour son engagement dans diverses œuvres de bienfaisance et son sens de la mode, et est étroitement liée à la modernisation de la monarchie. William et Kate ont trois enfants, le prince George de Cambridge (né le 22 juillet 2013), la princesse Charlotte de Cambridge (née le 2 mai 2015) et le prince Louis de Cambridge (né le 23 avril 2018).

Famille

Kate est la première femme provenant de la « classe moyenne » à épouser un héritier direct du trône britannique depuis 1660, lorsque le futur roi Jacques II épouse Anne Hyde. Son père, Michael Middleton, était agent de régulation des vols à l’aéroport Heathrow de Londres, tandis que sa mère, Carole Goldsmith, était agente de bord. En 1987, les Middleton fondent Party Pieces, une entreprise de vente par correspondance spécialisée dans les fournitures de fêtes pour enfants.

Le grand-père paternel de Kate, Peter Middleton, sert dans la Royal Air Force pendant la Deuxième Guerre mondiale, y compris deux ans de formation à l’École de pilotage militaire n° 37 à Calgary, en Alberta (qui fait aujourd’hui partie de l’aéroport international de Calgary). Sa grand-mère paternelle, Olive Lupton, est issue d’une riche famille de fabricants de laine, membre de l’aristocratie terrienne de Leeds. La fiducie familiale des Lupton permet de financer l’enseignement privé de Kate et de ses frères et sœurs.

Enfance et éducation

Catherine Elizabeth Middleton voit le jour le 9 janvier 1982 à l’hôpital Royal Berkshire de Reading. Elle est l’aînée de trois enfants. Sa sœur Philippa Charlotte, surnommée Pippa, est née le 6 septembre 1983; son frère, James William, voit le jour le 15 avril 1987. Kate passe une partie de son enfance à Amman, le travail de son père au service de British Airways l’amenant à vivre en Jordanie de 1984 à 1986. À son retour au Royaume-Uni, la famille s’installe dans le Berkshire.

Kate entame son éducation dans une école maternelle de langue anglaise à Amman, avant de fréquenter une série d’écoles primaires et secondaires privées du Royaume-Uni. Elle termine ses études primaires à l’école St. Andrew à Pangbourne, un village près de Berkshire, vivant en pension durant les jours de semaine à partir de l’âge de neuf ans. Dans le cadre de son éducation secondaire, Kate fréquente ensuite le pensionnat du Marlborough College dans le Wiltshire. Kate s’adonne à différents sports tout au long de son enfance, en particulier le hockey sur gazon. Après une année sabbatique à étudier l’art à l’Institut britannique à Florence, en Italie, et à faire du bénévolat au Chili, en 2001, Kate s’inscrit à l’Université de St. Andrews d’Écosse. En 2005, elle décroche une maîtrise de premier cycle en histoire de l’art avec mention honorable. Sa thèse porte sur la photographie de Lewis Carroll, l’auteur d’Alice au pays des merveilles.

Relation avec le prince William

William et Kate fréquentent tous deux l’Université de St. Andrews et se lient d’amitié après s’être inscrits au programme d’histoire de l’art. Kate devient l’une des colocataires de William lors de sa deuxième année universitaire; ils vivent dans les mêmes maisons pour le reste de leurs études, ce qui leur permet d’entreprendre une relation loin du regard des médias. Ils commencent à se fréquenter en 2003, mais leur relation n’est rendue publique qu’en 2004. Après l’obtention de son diplôme à St. Andrews, Kate déménage à Londres, où elle travaille en 2006 et 2007 comme acheteuse d’accessoires pour la chaîne de vêtements Jigsaw, puis à titre de conceptrice de catalogues et photographe pour l’entreprise des Middleton jusqu’en 2011. William et Kate se séparent brièvement en 2007, mais se réconcilient peu de temps après, ce qui donne lieu à de nombreuses spéculations dans la population à propos d’un futur mariage.

Mariage

William et Kate se fiancent lors d’un voyage au Kenya en octobre 2010. Le 16 novembre 2010, Clarence House procède à l’annonce officielle des fiançailles. Le mariage, célébré le 29 avril 2011, comporte des éléments traditionnels avec une touche de modernité. Le couple royal personnalise l’intérieur de l’abbaye de Westminster, ajoutant huit arbres de 20 pieds de hauteur à la nef en vue de la cérémonie. Parmi les invités au mariage se trouvent de nombreux amis du couple ainsi que des membres de familles royales étrangères, des chefs de gouvernement et des gouverneurs généraux du Commonwealth. La famille de Kate joue un rôle de premier plan dans la cérémonie. Michael offre la jeune femme en mariage, Pippa est demoiselle d’honneur et James lit un passage de la Bible.

Le choix de la robe de mariée de Kate, qui est resté secret jusqu’à la cérémonie, suscite un grand intérêt. Conçue par Sarah Burton, directrice de la création d’Alexander McQueen, la robe de couleur ivoire est en satin décoré de dentelle appliquée sur tulle de soie, œuvre de la Royal School of Needlework. Elle s’apparente à celle portée par l’actrice Grace Kelly lors de son mariage avec le prince Rainier III de Monaco en 1956. La robe de mariée de Kate est exposée au palais de Buckingham durant l’été 2011.

Plutôt que de soumettre une liste de cadeaux, le couple encourage ses invités à faire un don à l’un des organismes de bienfaisance recommandés. Le gouverneur général David Johnston représente le Canada au mariage et à la réception qui suit au palais de Buckingham. Celui-ci offre également un fonds pour le Duke and Duchess of Cambridge Award, une bourse d’enseignement octroyée à l’Université de Waterloo et créée en l’honneur du mariage. Le premier ministre Stephen Harper fait don de 50 000 $ à la Garde côtière auxiliaire canadienne « au nom de tous les Canadiens » en l’honneur du mariage, et offre à titre personnel de l’équipement de camping au couple royal.

Quelques heures avant la cérémonie, la reine accorde au prince William les titres de duc de Cambridge, comte de Strathearn et baron de Carrickfergus. Kate devient ainsi duchesse de Cambridge, comtesse de Strathearn et baronne de Carrickfergus plutôt que princesse William, le titre qui lui aurait été autrement conféré. (Elle n’aurait pas été appelée par son prénom, puisque seules les princesses nées dans la famille royale sont appelées princesses, suivi de leur prénom).

Visite au Canada en 2011

De la fin juin au début juillet 2011, William et Kate visitent le Canada; c’est leur première visite royale en tant que couple marié. Le mariage et la tournée royale qui s’ensuit contribuent à un regain d’intérêt populaire pour la monarchie au Canada, après des décennies de déclin. La couverture de la visite sur les médias sociaux permet de faire connaître la famille royale à une nouvelle génération.

La tournée, qui comprend des passages à Ottawa, Montréal, Québec, Charlottetown, Summerside, Yellowknife et Calgary, combine tradition et modernité. Comme lors des précédentes visites royales au Canada, William et Kate célèbrent la fête du Canada sur la Colline du Parlement, assistent aux revues militaires et rendent visite à des organismes de bienfaisance. William et Kate démontrent leur intérêt pour le sport, se livrant à une course en bateaux-dragons sur le lac Dalvay à l’Île-du-Prince-Édouard.

Le duc et la duchesse de Cambridge au lac Blatchford dans les T.N.-O. en 2011. Image prise par Nathan Denette

Ils prennent également le temps de s’entretenir longuement avec plusieurs Canadiens issus de différentes couches de la société. Kate est particulièrement encensée pour sa tendresse envers Diamond Marshall, une enfant de six ans atteinte du cancer, qui l’accueille avec des fleurs et un câlin à Calgary. Le style vestimentaire de Kate suscite également un grand intérêt de la part du public, et l’on salue la jeune femme pour son incorporation des couleurs et des symboles du Canada dans ses vêtements. Sa tenue lors de la fête du Canada sur la Colline du Parlement attire particulièrement l’attention – une robe blanche sertie d’une broche en forme de feuille d’érable et un chapeau rouge décoré de fioritures du même motif.

Enfants du couple

En décembre 2012, le palais de Buckingham annonce que Kate attend son premier enfant. La nouvelle est rendue publique très tôt dans la grossesse, parce que Kate doit être hospitalisée à cause de nausées et de déshydratation sévères. Le prince George de Cambridge voit le jour le 22 juillet 2013 à l’hôpital St. Mary.

Au Canada, la naissance du bébé royal est marquée par l’émission de pièces commémoratives par la Monnaie royale canadienne. Le gouvernement canadien envoie à George une couverture faite à la main et verse 100 000 dollars à un organisme caritatif canadien voué aux enfants.

Le bébé royal a une influence sur la popularité des prénoms au Canada. George, 127e nom le plus populaire pour les garçons canadiens en 2011, passe au 36e rang en 2014.

En septembre 2014, on procède de nouveau à l’annonce précoce d’une grossesse. Le deuxième enfant du couple royal, la princesse Charlotte de Cambridge, naît le 2 mai 2015. Leur troisième enfant, le prince Louis de Cambridge, naît le 23 avril 2018.

William et Kate sont très impliqués dans l’éducation de leurs enfants et emploient moins de personnel pour s’en occuper que les générations précédentes de la famille royale. George les accompagne lors de leur visite en Australie et en Nouvelle-Zélande en 2014.

Image publique

Grâce à son image publique, on attribue à Kate un rôle important dans la modernisation de la monarchie. Contrairement à la regrettée Diana, princesse de Galles, et aux cousines de William, les princesses Beatrice et Eugenie, Kate choisit des styles plus simples et accessibles dont les femmes de divers milieux sociaux peuvent s’inspirer. Selon Newsweek, « l’effet Kate sur l’industrie de la mode au Royaume-Uni pourrait être de l’ordre d’un milliard de livres », puisque les femmes cherchent à imiter sa garde-robe, allant des robes-manteaux aux talons compensés.

Les choix vestimentaires de Kate permettent de faire connaître le travail de dessinateurs de mode du Royaume-Uni et du Commonwealth, dont certains designers canadiens. Lors de son deuxième anniversaire de mariage, Kate porte un manteau couleur pêche conçu par la designer Tara Jarmon, née au Canada. Au cours de sa visite au Canada, Kate arbore les vêtements du designer Erdem, né à Montréal, et choisit une robe d’été Erdem pour un engagement public alors qu’elle est enceinte de George.

Malgré leur notoriété, William et Kate sont déterminés à maintenir leur vie privée pour leurs enfants et eux-mêmes; en contraste avec d’autres membres de familles royales, ils réduisent également l’importance de leur ménage. Depuis leur mariage, le couple royal réside dans une ferme à Anglesey tandis que William travaille comme pilote de recherche et de sauvetage. Outre les agents chargés de leur protection, le couple n’emploie qu’une personne pour l’entretien ménager, et Kate est souvent aperçue en train de faire ses emplettes dans les épiceries locales. Lorsque le couple royal visite le Canada en 2011, il voyage avec une équipe de seulement sept personnes, un nombre bien moindre que celles des visites royales précédentes. En dépit des conventions, Kate voyage sans habilleur ou dame de compagnie.

Lorsque William quitte l’armée de l’air en 2013, le couple s’installe à Londres et reprend un rythme de vie davantage marqué par les apparitions publiques. Kate supervise un vaste projet de rénovation de l’appartement du couple au palais de Kensington, ce qui soulève des critiques dans la presse britannique. Peu de temps après la naissance de la princesse Charlotte, le deuxième enfant, la famille prend domicile à Anmer Hall dans le domaine royal de Sandringham, situé dans le comté de Norfolk. Un désir d’anonymat ainsi que le nouvel emploi de William avec East Anglian Air Ambulance sont cités comme motifs de déménagement. La famille royale fait entreprendre un important programme de plantation d’arbres à Sandringham, tandis que la police distribue des lettres aux médias leur demandant de respecter la vie privée du couple.

Critiques

L’image publique de Kate, en sa qualité de personnalité bien en vue, est critiquée par divers journalistes et auteurs. La presse britannique émet un jugement négatif sur les engagements royaux de Kate, avançant qu’elle ne fait pas autant d’apparitions publiques et n’appuie pas autant de causes que les autres membres de la famille royale.

Cependant, les nombreux admirateurs de Kate réagissent avec fureur aux critiques (réelles ou imaginées) formulées à l’égard du style ou de la personnalité de la duchesse. Lors d’une conférence publique en 2013, Hilary Mantel, auteure du roman historique Wolf Hall, décrit Kate comme une femme qui « semble avoir été conçue par un comité et construite par des artisans, avec un sourire en plastique parfait et les broches de ses membres tournées à la main et brillantes de vernis ». Le commentaire, qui en réalité fait partie d’un plaidoyer pour une plus grande sympathie de la part des médias à l’égard de Kate et de la famille royale, provoque la colère des admirateurs de Kate.

En 2015, l’auteure Margaret Atwood suscite une controverse semblable lorsqu’elle déclare : « Je ne pense pas qu’elle soit devenue l’icône de la mode que Diana était, et je crois que cela est intentionnel ». Tout comme Hilary Mantel, Margaret Atwood émet ce commentaire au cours d’une conférence publique, cette fois lors d’une allocution au sujet des vêtements au Victoria and Albert Museum. Dénués de leur contexte, ces propos sont condamnés par les admirateurs de Kate au Canada et au Royaume-Uni.

Philanthropie

En 2011, Kate, William et le frère de celui-ci, le prince Harry, mettent sur pied la Royal Foundation of The Duke and Duchess of Cambridge and Prince Harry, qui se consacre à trois causes principales : le soutien des forces armées, la conservation et les jeunes. En 2012, Kate donne son appui officiel à quatre organismes : Action on Addiction, East Anglia’s Children’s Hospices, The Art Room et le National Portrait Gallery. En 2013, Kate accorde son appui à Place2Be, à SportsAid et au Musée d’histoire naturelle. L’année suivante, elle décide d’appuyer 1851 Trust, donnant à de jeunes gens issus de divers milieux l’occasion d’apprendre la voile. Kate fait également la promotion d’une approche misant davantage sur la compassion dans les soins palliatifs pour les enfants en phase terminale ainsi que sur les traitements et les ressources pour les enfants atteints de maladies mentales.

Visite du Canada en 2016

Du 24 septembre au 1er octobre 2016, Catherine visite la Colombie-Britannique et le Yukon en compagnie de William et de leurs enfants. Le couple loge à la résidence officielle du gouverneur à Victoria (à l’exception d’une nuit à Whitehorse), lui permettant ainsi de consacrer ses soirées à ses enfants après ses engagements publics durant le jour.

Un des éléments clés de la philanthropie de Catherine en tant que duchesse de Cambridge est le bien-être des enfants et des familles, des intérêts qui se reflètent dans les engagements publics de la visite. À Vancouver, Catherine et William visitent le Sheway Pregnancy Outreach Program dans le quartier centre-est, un programme de sensibilisation pendant la grossesse pour les mères aux prises avec des problèmes de toxicomanie. Catherine, William et leurs enfants assistent aussi à une réception en plein air pour les familles des militaires à la résidence du Gouverneur général, où George et Charlotte font des tours de poneys et s’amusent avec des ballons en forme d’animaux avec d’autres enfants. Tout comme William, Catherine démontre un grand intérêt envers l’athlétisme pour jeunes et le couple assiste à une démonstration de volleyball à l’UBC Okanagan et une démonstration d’habiletés en vélo de montagne grâce au projet En route pour la gloire! au mont Montana à Carcross, au Yukon. Avec la Sail and Life Training Society, ils naviguent aussi à bord d’un grand voilier dans le port intérieur de Victoria et voyagent en canot haïda dans l’archipel de Haida Gwaii.

Catherine met en valeur l’œuvre de créateurs de mode canadiens pendant sa visite. À Haida Gwaii, elle porte une veste dessinée par l’entreprise canadienne Smythe. À Bella Bella, Catherine porte des boucles d’oreilles en or en forme de cerf-volant de la conceptrice de bijoux montréalaise Pippa Small. Pendant la visite, les accessoires de mode de Catherine incorporent les couleurs et les images canadiennes, y compris une broche en forme de feuille d’érable portée par la reine Elizabeth (la Reine-Mère) lors de sa visite au pays avec le roi George VI en 1939.

La visite de 2016 est bien accueillie et le couple royal est loué, notamment pour avoir pris le temps de discuter avec des Canadiens de toutes les couches de la société, de présenter ses enfants à la population canadienne et de sensibiliser le public aux institutions et organismes philanthropiques canadiens. En l’honneur de la visite royale, le premier ministre Justin Trudeau a fait deux dons de 50 000 $, le premier aux Œuvres de bienfaisance du prince au Canada, un organisme qui fait la promotion de l’éducation dans les communautés autochtones, et le second à l’ISS of BC, un organisme qui offre des services d’hébergement, de l’aide à l’emploi et des cours de langue aux nouveaux arrivants.


En savoir plus