Dennis O'Keefe

Dennis Michael John « Doc » O’Keefe, enseignant, élu municipal et maire de St. John’s de 2008 à aujourd’hui (né le 20 avril 1944 à St. John’s, à Terre-Neuve-et-Labrador). Enseignant à la retraite et conseiller municipal depuis 1997, Dennis O’Keefe milite en faveur des intérêts des consommateurs et du secteur des croisières et est connu pour sa facilité d’approche et ses promenades quotidiennes dans les rues de sa ville.

Jeunesse et carrière

Dennis O’Keefe voit le jour à l’hôpital St. Clare’s à St. John’s, ville où il poursuivra ses études, entamera sa carrière et vivra jusqu’à aujourd’hui. Après ses études au collège St. Bonaventure, il étudie à l’Université Memorial de Terre-Neuve-et-Labrador, d’où il obtient un baccalauréat en histoire et un baccalauréat en enseignement en 1967.

La même année, alors âgé de 23 ans, Dennis O’Keefe commence une carrière d’enseignement qui durera 30 ans, enseignant tour à tour à l’école secondaire Brother Rice, à St. Patrick’s Hall et à l’école secondaire Beaconsfield, établissements situés à St. John’s. Poussant plus loin ses propres études, il reçoit une maîtrise en histoire en 1978. Il prend sa retraite du milieu de l’enseignement au printemps 1997.

Dennis O’Keefe épouse Grace Lahey en 1971. Le couple a deux filles, Carolyn et Denise.

Politique municipale

Quelques semaines seulement après son départ à la retraite, Dennis O’Keefe se porte candidat aux élections municipales de St. John’s de 1997. Avec le soutien de sa famille, de ses amis et d’anciens étudiants qui distribuent pour lui des dépliants, il mène une campagne réussie au terme de laquelle il est élu au nombre des quatre conseillers généraux, le 30 septembre de cette année-là.

St. John
Les p\u00eacheurs européens ont fréquenté le port d\u00e8s le début du XVe si\u00e8cle (photo de Sherman Hines/Masterfile).

Ne tardant pas à acquérir une réputation d’homme sympathique, facile d’approche et calme, Dennis O’Keefe se porte de nouveau candidat pour le poste de conseiller général en 2001, remportant cette fois-ci le plus grand nombre de voix (26 122) parmi tous les candidats. (L’ancien maire de St. John’s, Shannie Duff, est son plus proche rival avec 21 193 voix.)

La popularité de Dennis O’Keefe monte en flèche, si bien qu’il est élu maire adjoint en 2005, remportant 74 % des voix. Son tempérament et sa capacité à bien travailler en équipe font contraste avec le maire de l’époque, Andy Wells, aux propos souvent explosifs. Celui-ci fait régulièrement la une des journaux, tantôt pour les insultes qu’il profère à l’endroit des conseillers, tantôt pour ses réalisations municipales.

Mairie

En 2008, Danny Williams, premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, nomme Andy Wells président-directeur général du conseil provincial des services publics. Celui-ci doit alors démissionner comme maire. C’est ainsi que le 3 mars 2008, Dennis O’Keefe devient maire par intérim. Trois mois après jour pour jour, Dennis O’Keefe remporte l’élection partielle à la mairie et devient officiellement le 14e maire de la ville de St. John’s.

Sous la gouverne de Dennis O’Keefe, les réunions du conseil, à défaut d’être aussi productives que celles tenues du temps de son prédécesseur, se déroulent dans un climat plus calme et respectueux. « J’écoutais tout le monde », raconte Dennis O’Keefe à la CBC en 2008. « Je cherchais à connaître tous les faits et, une fois confiant quant à mes décisions, j’exprimais mon vote. Certains qualifiaient cela d’indécision. »

Dennis O’Keefe réintègre ses fonctions de maire aux élections de 2009 et de 2013, recueillant 57 % des voix à ces deux élections. Le St. John’s Telegram décrit en ces mots son triomphe électoral de 2013 : « La victoire de Dennis O’Keefe était facile à prévoir. Il ne fait pas de vagues et il excelle dans l’art de séduire les citoyens lors de ses promenades régulières en ville. »

Parti conservateur

Membre de longue date du Parti progressiste-conservateur, Dennis O’Keefe dit avoir participé aux campagnes politiques du parti depuis le mandat du premier ministre John Diefenbaker, au début des années 1960. Il déplore toutefois publiquement les actions du premier ministre conservateur Stephen Harper, qui limite la présence et les investissements fédéraux à St. John’s : « Peut-être que cela est arrivé si souvent depuis 1949 (avec la Confédération) que nous sommes simplement habitués à passer en dernier. Je n’en ai pas contre les coupures – elles ne manquent pas ici –, par contre nous n’avons jamais eu assez d’emplois fédéraux dans cette province. C’est évident. », confie-t-il en entrevue à la CBC.

Chirurgie cardiaque

Le 31 mars 2011, le personnel médical se voit forcé d’utiliser la réanimation cardiorespiratoire et d’administrer un choc par défibrillateur à Dennis O’Keefe, qui s’effondre durant un examen de routine. Il doit alors subir une chirurgie à cœur ouvert le 6 avril pour retirer trois obstructions dans une même artère. Sa convalescence est rapide, ce qu’il attribue à un mode de vie sain.

De retour à l’hôtel de ville en juin, il offre ce sage conseil à qui veut bien l’entendre : « Il est important de tout mettre en perspective. Profitez de la beauté de la vie, car elle peut changer si rapidement. »

Défense des intérêts de l’industrie des croisières

Vers la fin des années 1990, Dennis O’Keefe met sur pied le Consumer Group for Fair Gas Prices (groupe de consommateurs pour des prix plus équitables du carburant) et Consumer Power, se faisant un défenseur des intérêts des consommateurs et militant pour des prix réglementés du carburant. Des règles sont mises en œuvre à cet égard à Terre-Neuve-et-Labrador en 2001.

Dennis O’Keefe joue aussi un rôle de premier plan dans l’encouragement de la présence de l’industrie des croisières à St. John’s. Il agit à titre de président de Cruise Newfoundland and Labrador et, depuis 1998, à titre de président du comité de Cruise St. John’s. Il fait l’objet de certaines critiques relativement au financement municipal des déplacements liés à l’industrie des croisières. Dennis O’Keefe et son personnel dépensent en effet près de 150 000 $ lors de leur participation à divers salons et réunions entre 2005 et 2015.

Héritage en tant que maire

Dennis O’Keefe est connu comme le candidat du statu quo; c’est bien la stabilité qu’il offre – et non pas la vision – qui lui vaut d’être réélu. À ce titre, il vit un mandat peu mouvementé, bien que certaines situations notables retiennent l’attention. On se rappellera notamment son changement d’opinion sur le déneigement des trottoirs : début 2008, Dennis O’Keefe vote contre un plan de déneigement de 180 000 $, invoquant un financement disponible insuffisant. Pourtant, quelques mois plus tard – soit à peu près à l’époque où Andy Wells démissionne de ses fonctions –, il propose son propre plan de déneigement des trottoirs, s’élevant, lui, à 500 000 $.

St. John
Sc\u00e8ne de rue \u00e0 St. John's (photo de Sherman Hines/Masterfile).

Durant les premières années du mandat de Dennis O’Keefe à la mairie, son approche flegmatique convient parfaitement à l’économie pétrolière, alors en plein essor dans la région de St. John’s. En 2016, cependant, le conseil municipal présente un budget peu flexible qui prévoit d’importantes coupures dans le financement des programmes et des arts, de même qu’une forte hausse d’impôts fonciers qui désavantage les propriétaires (12,7 % en moyenne) et, surtout, les petites entreprises (14,3 % d’augmentation moyenne des impôts commerciaux). L’opposition du public, du milieu des arts et des communautés des affaires est vive. Les protestations qui s’ensuivent mènent au rétablissement du financement des arts.

En février 2016, Ron Ellsworth, maire adjoint, demande des comptes de Dennis O’Keefe. Celui-ci, dans ses fonctions de commissaire aux mariages, a empoché les frais perçus, tout en utilisant les immeubles et le personnel de la Ville pour présider les cérémonies. Dennis O’Keefe s’engage alors à annuler les frais de mariage pour toute union future.

La prochaine élection municipale est prévue pour septembre 2017. En date de mars 2017, Dennis O’Keefe n’avait toujours offert aucune déclaration publique quant à son intention de se présenter comme candidat.