Hispano-Canadiens

La présence espagnole sur les terres que nous appelons maintenant le Canada remonte à plusieurs siècles déjà, au temps des expéditions de pêcheurs basques sur la côte atlantique et de l’exploration espagnole sur la côte pacifique (voir aussi Exploration espagnole). À Red Bay au Labrador, les archéologues ont découvert les vestiges d’une station de chasse à la baleine basque du 16e siècle. Cependant, ce n’est pas avant le 20e siècle qu’une colonisation espagnole importante se produit au Canada. Le recensement de 2016 fait état de 396 460 personnes d’origine espagnole au Canada (70 325 de réponses uniques et 326 130 de réponses multiples).



Premières explorations

On évoque les expéditions basques avec des noms tels que Channel-Port aux Basques, Terre-Neuve et Île aux Basques, une petite île située dans l’estuaire du fleuve Saint-Laurent au Québec. On évoque également de nombreuses explorations espagnoles sur la côte pacifique entre 1542 et 1792 avec des noms tels que Alberni, Laredo Strait, Carmelo Strait, Mazaredo Sound, Mount Bodega, Quadra Rocks et la baie Narvaez (voir aussiÎle Quadra). À une époque, l’île de Vancouver en Colombie-Britannique s’appelait « Quadra and Vancouver's Island » pour commémorer l’amitié entre le navigateur espagnol Juan Francisco de la Bodega y Quadra et le capitaine anglais George Vancouver.

Migration et colonisation

Entre 1913 et 1914, environ 2000 Espagnols arrivent au Canada. Entre 1920 et 1945, on compte seulement l’arrivée de 408 Espagnols. Certains agriculteurs espagnols immigrent au Canada en 1957, en vertu d’un accord entre le Canada et l’Espagne. La plupart des immigrants arrivent dans les années 1960 et 1970 (16 184 immigrants entre 1961 et 1989) et on compte environ 1 300 arrivants pour chaque année record, soit 1966, 1967 et 1968. Après 1977, l’immigration diminue considérablement.

Le recensement de 2016 révèle que 396 460 personnes d’origine espagnole vivent au Canada. La plupart résident en Ontario (171, 145), au Québec (85, 360) et en Colombie-Britannique (64, 475).

Vie sociale et culturelle

La plupart des immigrants espagnols sont officiellement catholiques, mais il existe également un très petit groupe de protestants pratiquants. À Montréal et Toronto, on trouve une forte concentration d’organismes espagnols, soit culturels, sociaux et récréatifs. Très souvent, ils se joignent à d’autres groupes hispanophones et partagent leurs activités. Des groupes de danse, notamment de flamenco, se développent dans plusieurs centres.


Lors du recensement de 2016, 495 090 personnes déclarent l’espagnol comme étant leur langue maternelle (première langue apprise), représentant 1,4 % de la population totale, ainsi que 6,4 % des langues immigrantes comme langue maternelle au Canada.


Lecture supplémentaire


Liens externes