Imperial Order Daughters of the Empire

L'Imperial Order Daughters of the Empire est fondé en 1900 à Fredericton par Margaret Polson Murray, une Montréalaise, qui conçoit le projet d'un organisme regroupant des femmes vouées au rayonnement de l'impérialisme.

Imperial Order Daughters of the Empire

L'Imperial Order Daughters of the Empire est fondé en 1900 à Fredericton par Margaret Polson Murray, une Montréalaise, qui conçoit le projet d'un organisme regroupant des femmes vouées au rayonnement de l'impérialisme. Son mandat initial est de faire la promotion de la Grande-Bretagne et de ses institutions dans les écoles. L'organisme s'engage activement dans les deux guerres mondiales en appuyant les efforts de guerre du Canada en faveur de la Grande-Bretagne et des Alliés. En 1979, on adopte officiellement le nom IODE. Les chapitres de l'IODE sont constitués de femmes de toutes les couches de la société qui partagent un intérêt commun : celui de consacrer bénévolement de leur temps à améliorer la qualité de vie d'enfants, de jeunes et de personnes dans le besoin par l'entremise de programmes éducatifs, de services sociaux et de programmes de citoyenneté. Ses autres centres d'intérêt comprennent l'immigration, la protection de l'enfance, la santé communautaire et les services sociaux. L'Ordre a récemment concentré ses actions dans le domaine communautaire, en soutenant l'essor de l'éducation et de la culture et la société canadiennes. Bien que son effectif soit en baisse, il demeure un organisme actif avec, en 1999, ses 8000 membres réparties dans 400 sections.


Lecture supplémentaire

  • Nancy M. Sheehan, "Philosophy, Pedagogy and Practice: The IODE and the Schools in Canada," Historical Studies in Education II, 2 (1990).