Kylie Masse | l'Encyclopédie Canadienne

article

Kylie Masse

Kylie Jacqueline Masse, nageuse (née le 18 janvier 1996, à Windsor, en Ontario). Kylie Masse, l’une des meilleures spécialistes au monde de la nage sur le dos, a remporté deux médailles d’argent et deux médailles de bronze aux Jeux olympiques d’été. Avec cinq victoires, elle partage avec Penny Oleksiak le record du plus grand nombre de médailles remportées par une Canadienne aux Championnats du monde de la FINA. En 2017, elle a établi un record du monde sur 100 m dos, en 58,10 sec, et est devenue la première Canadienne à remporter l’or aux Championnats du monde. Elle détient également le record canadien du 200 m dos. Elle a répété son exploit aux Championnats du monde 2019, remportant une nouvelle médaille d’or. Elle a été nommée nageuse de l’année de Natation Canada en 2017, 2018 et 2019.

Enfance

Kylie Masse est l’enfant du milieu de Louie et Cindy Masse. Elle a un frère aîné, Daniel, et une sœur cadette, Natalie. Enfant, Kylie déménage, avec sa famille, à LaSalle, juste au sud de Windsor, en Ontario, où elle apprend à nager. Cindy Masse encourage ses enfants à pratiquer la natation; elle se souviendra, ultérieurement, de la facilité et de la rapidité avec laquelle Kylie a traversé cette période d’apprentissage. La petite fille pratique également le soccer et le hockey.

Début de carrière en natation

Dans la piscine, il faut un certain temps à la jeune Kylie Masse pour réussir à impressionner son entraîneur de l’équipe de natation de Windsor Essex, Andrei Semenov, qui, bien qu’elle ait commencé à nager à trois ans, estime qu’elle n’a pas un potentiel très important. Selon Jim Parker, du Windsor Star, il aurait déclaré : « Elle était si petite… c’était l’une des plus petites des filles que j’entraînais »; mais la jeune fille va finalement grandir, jusqu’à mesurer près de 1,73 m (5’ 8’’).

Kylie Masse fait partie de l’équipe de natation de Windsor Essex de 8 ans à 18 ans. Elle concourt pour la première fois pour cette équipe aux Jeux internationaux des enfants de 2009, à Athènes, en Grèce, et ce, en dépit du fait qu’elle n’a jamais réussi au Canada à se classer parmi les 50 athlètes, dans une épreuve quelconque, dans sa catégorie d’âge.

En 2011, Kylie Masse participe à nouveau aux Jeux internationaux des enfants, dans le Lanarkshire, en Écosse, remportant cinq médailles. Cette même saison, elle établit un record des Championnats provinciaux juniors de l’Ontario, au 100 m papillon, dans la catégorie des moins de 15 ans. Elle gagne également l’or au 50 m papillon, toujours dans la catégorie des moins de 15 ans, aux Championnats canadiens groupes d’âge, à Montréal.

À 16 ans, Kylie Masse se classe première au 50 m dos, aux Championnats de l’Est 2012. Elle met également la main sur cinq médailles aux Jeux du Canada de 2013, à Sherbrooke, au Québec.

Réussite universitaire

Alors qu’elle poursuit ses études secondaires, Kylie Masse est suivie de très près par des recruteurs d’universités, aussi bien canadiennes qu’américaines. L’entraîneur de natation de l’Université de Toronto, Byron MacDonald, l’un des meilleurs au Canada, manifeste notamment un intérêt marqué pour les performances de la jeune fille et l’invite chez lui, à Toronto, pour un repas de l’Action de grâce, à l’issue duquel la future championne olympique est favorablement impressionnée par l’entraîneur. Elle décide alors de s’inscrire à l’Université de Toronto, où elle suit un programme de kinésiologie.

En tant qu’étudiante en première année, Kylie Masse remporte quatre médailles d’or lors des Championnats des Sports universitaires de l’Ontario (SUO) de 2015; elle est également nommée recrue de l’année des SUO et reçoit la bourse commémorative du Dr Jeno Tihanyi. Ultérieurement, cette année‑là, elle remporte l’or au 100 m dos, aux Universiades 2015, à Gwangju, en Corée du Sud, avec un temps de 59,97 sec. Elle se classe également première au 200 m dos, avec un temps de 2 min et 9,70 sec, aux Championnats nationaux canadiens de natation de 2015, à Pointe‑Claire, au Québec.

Jeux Olympiques d’été de 2016

Dans la période qui précède ses premiers Jeux olympiques d’été, Kylie Masse gagne trois médailles d’or dans des épreuves individuelles de nage sur le dos, aux Championnats nationaux de Sport interuniversitaire canadien (SIC) de 2016, à Québec. Elle est également nommée nageuse de l’année du SIC, en 2016, la première de quatre années consécutives qui la voient remporter cet honneur.

Aux Jeux olympiques d’été de 2016, à Rio de Janeiro, au Brésil, Kylie Masse termine à égalité, pour le bronze, avec Yuanhui Fu, de Chine, au 100 m dos, avec un temps de 58,76 sec. Après les Jeux olympiques, elle concourt aux 13e Championnats du monde de natation de la FINA, en piscine de 25 m, dans sa ville natale de Windsor. À cette occasion, elle remporte des médailles d’argent au 100 m dos et au relais 4 × 100 m quatre nages.

Championne du monde

Kylie Masse lance sa saison 2017 avec quatre médailles individuelles aux Championnats de natation U Sports (anciennement Sport interuniversitaire canadien), à Sherbrooke, au Québec. Après avoir battu son record canadien au 100 m dos, avec un temps de 58,21 sec, lors des qualifications canadiennes de 2017, elle participe aux Championnats du monde de la FINA de 2017, à Budapest, en Hongrie, comme candidate aux médailles. De fait, elle décrochera une médaille d’or au 100 m dos, en 58,10 sec, devenant ainsi la première nageuse canadienne à s’approprier le plus précieux des métaux aux Championnats du monde. Avec les autres filles du relais 4 × 100 m quatre nages, elle met la main sur le bronze et établit un nouveau record canadien. Elle est également, cette année‑là, nommée nageuse de l’année de Natation Canada pour la première de trois années consécutives.

Championne du Commonwealth

En 2018, Kylie Masse débute l’année avec trois médailles d’or en nage sur le dos, lors d’une rencontre internationale à Uster, en Suisse. Cette performance est suivie par l’obtention de quatre médailles d’or dans des épreuves individuelles (trois en nage sur le dos et une en papillon) aux Championnats de natation U Sports de 2018, dans la piscine où tout a presque commencé, à l’Université de Toronto. Lors des jeux du Commonwealth de 2018, à Gold Coast, en Australie, elle reçoit le prix d’excellence du Commonwealth canadien, après s’être classée première aux 100 m et 200 m et deuxième au 50 m, en nage sur le dos. À la fin de l’année, elle remporte également l’or au 100 m dos, aux Championnats panpacifiques, à Tokyo, au Japon.

Défense du titre mondial

À l’orée de la saison 2019, Kylie Masse s’est imposée comme l’une des meilleures nageuses mondiales sur le dos. Elle décroche trois autres médailles d’or dans cette discipline, aux Championnats U Sports 2019, à Vancouver, portant à 20 le nombre total de ses médailles individuelles : 13 en or, 6 en argent et 1 en bronze. Aux Championnats du monde de la FINA 2019, à Gwangju, en Corée du Sud, elle remporte sa deuxième médaille d’or consécutive au 100 m dos, dans un temps de 58,60. À cette occasion, elle décroche également des médailles de bronze au 200 m dos et au relais 4 × 100 m quatre nages.

Jeux Olympiques d’été de 2020

Alors que les Jeux olympiques de 2020, à Tokyo, ont été retardés d’une année entière, en raison de la pandémie de COVID‑19, Kylie Masse peut, à l’instar des autres athlètes, profiter de cette période pour peaufiner sa préparation olympique; elle l’exploite parfaitement pour devenir encore plus forte, mettant la main sur six médailles d’or lors de la Ligue internationale de natation, en Hongrie, à l’automne 2020 et remportant deux autres victoires, sur 100 m et 200 m dos, lors des épreuves de qualification canadiennes de natation pour les Jeux olympiques, à Toronto.

Kylie Masse arrive aux Jeux olympiques avec l’étiquette de multimédaillée potentielle. Elle repart avec deux médailles d’argent et une médaille de bronze. Elle se classe deuxième du 100 m dos et du 200 m dos et troisième du relais 4 × 100 m quatre nages. Avec un temps de 57,72 sec au 100 m dos, il ne lui manque que deux petits centièmes pour égaler son propre record canadien de 57,70 sec, établi lors des épreuves de qualification olympiques canadiennes de natation de 2021. Au 200 m dos, elle établit, lors du gain de sa deuxième médaille d’argent à Tokyo, un record canadien, en 2 min et 5,42 sec. Elle accomplit également le parcours en nage sur le dos du relais 4 × 100 m quatre nages, avec Sydney Pickrem, Maggie Mac Neil et Penny Oleksiak, contribuant à la 3e place, et à la médaille de bronze, du Canada.

Voir aussi Gagnants canadiens de la médaille d’or aux Jeux olympiques d’été