Lethbridge

Lethbridge, ville de l’Alberta constituée en 1906; population 92729 (recensement de 2016), 83517 (recensement de 2011). Lethbridge est située à 215 km au sud-est de Calgary . La ville donne sur les rives escarpées de la vallée de la rivière Oldman .



Origines

Lethbridge se situe sur les terres ancestrales de la Confédération des Pieds-Noirs. La zone fait partie de ce qui était alors leur territoire de chasse estivale. Les Européens ne maintiennent une présence significative dans la région qu’à partir de 1869 lorsque les marchands du Montana construisent le fort Whoop-Up , l’un des plus célèbres entrepôts de whisky dans l’Ouest des Prairies.

Colonisation et développement

Le viaduc de Lethbridge, aussi connu sous le nom de « High Level Bridge » en anglais, enjambe la rivière Oldman à Lethbridge, en Alberta.
(© Indykb/Dreamstime)


En 1882, la North Western Coal and Navigation Company, sous la direction de sir Alexander Galt et de son fils Elliott, ouvre la première mine de charbon à Lethbridge. En 1885, l’exploitation du charbon à grande échelle est rendue possible lorsque le chemin de fer du Canadien Pacifique étend son réseau de Dunmore, près de Medicine Hat, jusqu’au camp minier. Nommée Lethbridge en 1885, d’après le premier président de la North Western Coal, William Lethbridge, la ville est constituée en 1890.

Un deuxième tronçon de chemin de fer menant à la frontière du Montana est terminé en 1890. Le CP commence à exploiter la voie ferrée Lethbridge-Dunmore en 1897 et il la prolonge vers l’ouest jusqu’aux mines de charbon dans le col Crowsnest . Lethbridge est constituée à titre de ville en 1906. En 1909, le CP construit un imposant viaduc à voie simple à travers la vallée de la rivière Oldman. Mesurant tout juste plus de 1,6 km de long et situé à 96 m au-dessus du plancher de la vallée, il est probablement le pont le plus long et le plus élevé de son genre dans le monde et un des paysages les plus spectaculaires. Les investissements effectués dans le chemin de fer font de Lethbridge le principal centre de marketing et de distribution entre Calgary et la frontière des États-Unis.

L’irrigation joue un rôle important dans le développement de Lethbridge lorsque l’agriculture déloge le charbon en tant que ressource stratégique locale. De 1898 à 1900, les immigrants mormons d’Utah construisent un réseau de canaux de 185 km pour dévier la rivière St. Mary, le premier système d’irrigation sur une grande échelle dans l’Ouest du Canada. Le territoire approvisionné par l’eau d’irrigation se développe entre les deux guerres mondiales et double de 1965 à 1985.

Économie

La majorité des terres sous irrigation dans la région de Lethbridge sont destinées au fourrage et aux cultures céréalières qui sont cultivés principalement comme aliments pour le bétail. Cependant, l’irrigation favorise également la production de canola , de betteraves à sucre, de légumineuses à graines et de légumes qui sont traités dans la région de Lethbridge. Le secteur manufacturier, quant à lui, compte plusieurs industries de transformation des aliments, ainsi que certaines usines de production lourde.

L’eau d’irrigation est également vitale pour les nombreuses exploitations d’élevage intensif sur une grande échelle que l’on trouve à moins de 20 km au nord de la ville. Ces exploitations ont une sérieuse incidence sur l’économie locale, créant de l’emploi dans le commerce du bétail et le transport, ainsi que dans les sociétés qui fournissent le secteur agricole en équipement (voir aussi Agriculture animale ).

La ville joue le rôle de centre de services pour les milieux agricoles environnants, mais depuis quelques années, l’économie de l’information est aussi devenue importante. Cette situation est manifeste au Lethbridge Community College, au Lethbridge Research and Development Centre (qui accueille les installations de recherche agricole fédérales et provinciales) et à l’Université de Lethbridge . L’université et le collège sont tous deux de grands employeurs de la ville.

Depuis quelques années, Lethbridge est devenue une destination de retraite et elle compte une population anormalement forte de personnes âgées. Les copropriétés et les résidences pour adultes qui offrent divers niveaux de soins pour les aînés sont devenues une caractéristique bien en vue du paysage urbain et de sa structure économique.

Paysage urbain

Jusqu’en 1968, la ville est entièrement située sur le côté est de la rivière Oldman . Le maillage des rues est divisé traditionnellement par le CP en un secteur nord (district de la classe ouvrière situé près des mines de charbon) et un secteur sud (marchands de la classe moyenne et professionnels). Lethbridge, qui est une ville minière, n’a jamais été riche. Les rues ombragées des quartiers résidentiels, qui remontent au tournant du 20esiècle, s’alignent sur de modestes maisons à ossature de bois; la brique et la pierre étaient des matériaux rares pour la construction d’habitations. La dernière mine de charbon de la ville cesse ses activités en 1957; cependant, son culbuteur, son château d’eau et ses bâtiments destinés à la machinerie existent encore et sont un rappel du patrimoine minier de la ville.

En 1971, l’université déménage sur un nouveau campus sur la rive ouest de la rivière. Jusqu’à ce moment, l’ouest de la rivière est un espace rural peu peuplé. Ce nouvel investissement provoque un déplacement vers l’ouest dans l’orientation de la ville. Avec la construction de l’université vient un nouveau pont routier et de nombreux voisinages résidentiels dans l’ouest de Lethbridge.

En 1985, les gares de triage du CP sont déplacées à l’extérieur de la ville, ce qui rend disponible une grande parcelle cadastrale au cœur de la ville pour du réaménagement. Conséquemment, le centre-ville connaît un investissement massif dans les années 1980 et 1990, incluant un mélange de réaménagement et de construction dans les secteurs commercial, résidentiel et public.

La vallée de la rivière Oldman divise la ville en deux parties égales et une chaîne de parcs s’étend du sud au nord à travers le plancher de la vallée. L’Indian Battle Park commémore la défaite d’une expédition guerrière des Cris par les guerriers des Kainai (Gens-du-Sang) et des Piikani (Peigans) en 1870. Le Galt Gardens, un parc de grande ville couvrant 4 îlots, forme le cœur du centre-ville, alors que les parcs Henderson Lake et Nicholas Sheran offrent des lacs artificiels dans des régions suburbaines. Le jardin japonais Nikka Yuko, un aménagement saisissant que l’on trouve sur les rives du lac Henderson, attire l’attention sur la communauté japonaise de la ville.

Vie culturelle

Lethbridge est dotée d’un mélange inhabituel de groupes culturels et ethniques. Les mormons occupent une place dominante dans la vie économique et les rapports sociaux de la ville. Bien qu’ils vivent en colonies à l’extérieur de la ville, les Huttérites se distinguent dans le paysage urbain, en particulier les jeudis lorsqu’ils se présentent dans les vieux quartiers pour magasiner et échanger. La réserve des Gens-du-sang, la plus grande réserve du Canada pour ce qui est du territoire, s’étend juste à l’ouest de la ville et un nombre croissant d’autochtones sont attirés vers le mode de vie urbain de Lethbridge et ses nombreuses possibilités d’emploi. Plusieurs églises mennonites et temples bouddhistes, ainsi qu‘une mosquée islamique ajoutent encore de la variété à la vie culturelle de Lethbridge.

Beaucoup d’activités sportives se pratiquent dans les patinoires intérieures, les piscines intérieures, les terrains de baseball et de balle molle et un complexe de soccer intérieur, entre autres. Le Henderson Stadium a été l’hôte de plusieurs équipes de baseball semi-professionnel au fil des ans, alors que le Centre ENMAX accueille les Hurricanes de Lethbridge de la Western Hockey League.

Le Yates Memorial Centre accueille le Leathbridge Symphony Orchestra et plusieurs compagnies théâtrales. Le Centre for the Arts de l’université présente les pièces de théâtre des étudiants et invite des artistes de très loin. La galerie d’art primée Southern Alberta Art Gallery est l’hôte de plusieurs expositions itinérantes dans le centre-ville, alors que l’Université de Lethbridge jouit d’une des plus grandes collections d’objets d’art de toutes les universités au Canada. Casa, centre d’arts interdisciplinaire, comprend un espace d’exposition, des salles de classe et des studios pour les arts visuels et la performance.

Dans la plaine alluvionnaire, une réplique du fort Whoop-Up offre aux visiteurs une évocation vivante du commerce du 19esiècle dans les Territoires du Nord-Ouest . Dominant la vallée fluviale, le Sir Alexander Galt Museum and Archives accueille des expositions permanentes et itinérantes qui illustrent l’histoire de la région. Situé dans une réserve naturelle, le Helen Schuler Coulee Centre fournit des occasions d’explorer l’histoire naturelle et l’écosystème de la vallée de la rivière Oldman.


    Lecture supplémentaire

    • A.A. den Otter, “Coal town in Wheat Country: Lethbridge, Alberta, 1885-1905," Urban History Review 1 (1976), "Lethbridge: Outpost of a Commercial Empire, 1885-1906," Town and City: Aspects of Western Canadian Urban Development (1981) and Civilizing the West: The Galts and the Development of Western Canada (1982); Alex Johnston and A.A. den Otter, Lethbridge: A Centennial History (1985, revised 1991); Ian MacLachlan and Bruce MacKay, "Lethbridge and the Trans-Canada Airway," Alberta History 48 (2000).