Moshe Safdie

Moshe Safdie, C.C., est architecte, professeur, urbaniste, éducateur, théoricien et auteur (né le 14 juillet 1938 à Haïfa, en Palestine [maintenant Israël]).

Musée des beaux-arts, corridor du
Les vastes édifices publics conçus par Safdie sont remarquables par le nombre considérable de pans vitrés qui permettent de voir à l'intérieur, lançant ainsi une invitation à ceux qui sont à l'extérieur (photo de James Marsh).
Habitat
Safdie a la chance exceptionnelle de réaliser sa thèse en créant Habitat '67 pour l'Expo 67 à Montréal (avec la permission de la Commission canadienne du tourisme).
Library Square de Vancouver
Oeuvre de Moshe Safdie, le Library Square ouvre ses portes en 1995 (photo de James Marsh).

Moshe Safdie, C.C., est architecte, professeur, urbaniste, éducateur, théoricien et auteur (né le 14 juillet 1938 à Haïfa, en Palestine [maintenant Israël]). Parmi les réalisations architecturales de Moshe Safdie, Compagnon de l’Ordre du Canada, on compte des habitations, des galeries, des complexes de beaux-arts, des parcs, des aéroports, des musées, des collèges, des bibliothèques, des édifices gouvernementaux, des monuments, des plans directeurs et des complexes multiusages. Au Canada, il est principalement reconnu pour le complexe résidentiel Habitat 67, à Montréal, le Musée des beaux-arts du Canada, à Ottawa, et le Library Square, de Vancouver. L’influence de Moshe Safdie est énorme, comme l’attestent les près de 100 projets qu’il a réalisés sur 5 continents. Sa firme de Boston a étendu son réseau à Jérusalem, Toronto, Singapour et Shanghai.

Éducation et début de carrière

Moshe Safdie déménage à Montréal avec sa famille en 1953. Il étudie à l’Université McGill, où il obtient son diplôme en 1961. Après un stage chez l’architecte américain Louis Kahn, à Philadelphie, il revient à Montréal en 1964 pour superviser la réalisation de sa thèse d’étudiant : le complexe résidentiel novateur Habitat 67, construit pour Expo 67, qui lui a valu le prix du constructeur de l’année du Engineering News Record et la Médaille Massey pour l’architecture. Habitat 67 a aussi été désigné « monument historique » par le gouvernement du Québec en 2009.

Principales réalisations au Canada

Bien qu’il habite à Boston, au Massachusetts, depuis 1978, Moshe Safdie poursuit la conception de projets au Canada. Son intérêt croissant pour les questions historiques, formelles et contextuelles se révèle dans ses réalisations canadiennes des années 1980, comme l’important agrandissement de l’hôtel de ville d’Ottawa, qui respecte l’édifice antérieur très apprécié réalisé par Rother, Bland, Trudeau en 1958, et le Library Square, de Vancouver, inauguré en 1995. Ce dernier, en particulier, affronte le désordre d’un centre-ville sur son déclin avec une puissante forme elliptique qui rappelle le Colisée romain. Des murs circulaires, doubles et fenestrés forment une enceinte couverte abritant une esplanade, sur laquelle donnent des boutiques, l’entrée de la bibliothèque et l’édifice rectangulaire de la bibliothèque elle-même. Celle-ci, érigée à l’intérieur de l’enceinte elliptique, combine le moderne en verre et en métal avec des colonnes et des bandes horizontales qui articulent ses murs de béton brun circulaires, donnant à l’ensemble un caractère archaïque tout à fait unique. Puisque Moshe Safdie croit que la lumière fait partie intégrante de l’architecture et que sa valeur n’est pas que fonctionnelle, cette collection de grands édifices publics comporte de larges surfaces vitrées se jouant des limites entre l’extérieur et l’intérieur et, de ce fait même, invitant les passants à y entrer.

Parmi ses autres principaux projets au Canada, on trouve le Musée des beaux-arts du Canada, à Ottawa (1988), le Musée de la civilisation, à Québec (pour lequel il a reçu un prix d’architecture du Gouverneur général en 1992), les rénovations et un grand pavillon ajouté au Musée des beaux-arts de Montréal (1991) et la nouvelle aérogare de l’aéroport Lester B. Pearson, de Toronto (2007), entreprise conjointe avec Adamson Associates et Skidmore, Owings & Merrill. Récemment, il a notamment conçu un grand projet résidentiel pour Toronto : le Parkside Residential Development.

Réalisations internationales

Moshe Safdie and Associates est devenue une firme d’architectes internationale majeure. Elle poursuit des projets dans de nombreux pays, en particulier en Israël, où Moshe Safdie a conçu le Musée d’histoire de l’holocauste Yad Vashem, à Jérusalem (2005), et l’aéroport international Ben Gurion, à Tel-Aviv (2004). Il est le concepteur d’un bon nombre de bâtiments aux États-Unis, dont le siège de l’United States Institute of Peace, à Washington, D.C. (2011), le Crystal Bridges Museum of American Art, à Bentonville, en Arizona (2011), et le Kauffman Center for the Performing Arts, à Kansas City, au Missouri (2011).

Sur la scène mondiale, on lui connaît des projets tels que le Khalsa Heritage Centre, à Anandpur Sahib, en Inde (2011), et l’éblouissant design du Marina Bay Sands Integrated Resort, de Singapour (2011). Ce complexe polyvalent, que l’on compare à une immense Stonehenge, abrite un hôtel de 55 étages, un centre de congrès et des installations d’exposition. Aussi, son profil donne l’impression d’un immense canot ou traîneau courbé qu’on aurait niché au sommet de trois tours curvilignes non traditionnelles.

Moshe Safdie a aussi œuvré à Jérusalem, à Mexico City, à Singapour, à Téhéran, en Inde, en Chine et à Porto Rico. Son portfolio international lui a permis de mettre en œuvre ses idées à une échelle sans précédent.

Approche caractéristique

Dès Habitat 67, puis dans des versions plus simples et économiques, Moshe Safdie s’intéresse à la création de complexes d’habitation modulaires en béton précontraint. L’agencement des modules répétés forme des regroupements irréguliers, sans forme précise, qui rappellent les villes médiévales européennes construites en montagne, et les villes densément peuplées d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Moshe Safdie améliore ce type de construction pour un aménagement résidentiel à haute densité destiné à abriter des familles de classe moyenne à Qinhuangdao, en Chine. Le projet, baptisé « Golden Dream Bay », devrait être achevé à la fin de 2014. Un jardin fait partie intégrante de chaque unité d’habitation, comme dans Habitat 67. Toutefois, le projet, par sa complexité, est beaucoup plus raffiné que ce dernier.

Enseignement

Moshe Safdie écrit beaucoup à propos de ses réalisations, enseigne à l’Université McGill, à l’Université Ben Gurion du Néguev, à Beer-Sheva, en Israël, et à l’Université Yale. De 1978 à 1984, il dirige le programme d’urbanisme à Harvard, où il occupe ensuite la chaire Ian Woodner d’architecture et d’urbanisme jusqu’en 1989. Moshe Safdie reprend constamment ses idées ayant trait aux personnes et aux lieux, à la planification et au contexte du site, et au processus de création. Son livre, For Everyone a Garden (1974), constitue encore aujourd’hui un ouvrage de référence dans sa firme.

« Citoyen du monde »

Une exposition de 2010-2011 inaugurée au Musée des beaux-arts du Canada et présentée ensuite aux États-Unis représente Moshe Safdie comme un « citoyen du monde ». Ses projets démontrent à quel point il désire comprendre les cultures et les personnes pour créer une architecture plus humaine. Il a fait l’objet d’un documentaire de Donald Winkler, Moshe Safdie: The Power of Architecture (2004), qui souligne les réussites visionnaires de sa carrière. Le nombre de projets de Moshe Safdie et leur diversité inspirent l’observation suivante à un commentateur : « Ceux qui disent qu’on s’assagit avec l’âge n’ont sûrement pas rencontré Moshe Safdie. L’architecte israélo-canadien continue de travailler sur de grands projets à un rythme prodigieux, tout en critiquant haut et fort les insuffisances et les lacunes de la pratique actuelle de l’architecture. »

Distinctions

Moshe Safdie est nommé « officier » de l’Ordre du Canada en 1986 et élevé au rang de « compagnon » en 2005. L’Institut royal d’architecture du Canada (IRAC) l’accueille dans les rangs de son Collège des fellows en 1982 et lui décerne la médaille d’or en 1995, année où il devient membre de l’American Institute of Architects (AIA). Il reçoit d’autres distinctions de l’AIA, notamment un prix honorifique en 1993 pour la chapelle des finissants de 1959 de la Harvard Business School et un prix honorifique, en 2004, pour la bibliothèque publique de Salt Lake City. Le Prix du XXe siècle de l’IRAC, qui reconnaît l’excellence durable en architecture d’importance nationale, lui est décerné en 2007 pour son concept d’Habitat 67. Ses documents architecturaux sont conservés aux Archives de l’Université McGill.


Liens externes