Sandra Birdsell

Sandra Birdsell (nom de naissance Sandra Bartlette), C.M., Mennonite-Métisse, nouvelliste, romancière (née le 22 avril 1942 à Hamiota, au Manitoba). Les histoires de fiction de Sandra Birdsell racontent généralement la vie de personnages, surtout féminins, provenant de petites villes. L’œuvre de l’auteure comprend des romans, des pièces de théâtre, des drames radiophoniques et des scripts de télévision et de film. En plus d’être nommée membre de l’Ordre du Canada en 2010, Sandra Birdsell reçoit trois nominations pour le Prix littéraire du Gouverneur général pour une œuvre de fiction anglophone ainsi qu’une nomination, en 2001, pour le prix Scotiabank Giller.



Sandra Birdsell, Ottawa Writers Fest (Fall 2010).

Jeunesse

Peu de temps après sa naissance, Sandra Birdsell, cinquième d’une famille de onze enfants, quitte Hamiota et déménage avec sa famille à Morris, au Manitoba. Son père, francophone d’origine crie et métisse, vient alors de s’engager dans l’armée. (Voir aussi Deuxième Guerre mondiale.) Sa mère, de son côté, est une Mennonite née en Russie et parlant le bas-allemand.

En 1950, une inondation importante frappe Morris, la ville où grandit Sandra Birdsell. L’événement a un grand effet sur l’écriture de l’auteure à l’âge adulte : les trois premiers récits de son recueil de nouvelles, Night Travellers (1982), sont inspirés de cette catastrophe, tout comme son premier livre pour enfants, qui traite lui aussi d’inondations. (Voir aussi Inondations au Canada.)

Tout comme la majorité de ses personnages, Sandra Birdsell a vécu toute sa vie dans les Prairies. Ayant quitté la maison familiale à 15 ans, elle s’installe d’abord à Winnipeg, puis déménage en 1996 à Regina, en Saskatchewan, où elle habite et travaille encore aujourd’hui.

Formation

Sandra Birdsell participe à un atelier d’écriture avec le professeur d’anglais Rudy Wiebe à l’Université de Winnipeg (autour de 1978-1979) puis, à 35 ans, s’inscrit à un cours de création littéraire avec le romancier canadien Robert Kroetsch à l’Université du Manitoba. Elle étudie également la création littéraire avec l’auteur Jack Hodgins à la Saskatchewan Summer School for the Arts en 1982.

Carrière d’écrivaine

Bien qu’elle ait commencé à écrire dès son enfance, ce n’est qu’après avoir eu trois enfants et plusieurs emplois (notamment comme couturière, comme serveuse de cocktails et comme représentante Avon) qu’elle commence à gagner sa vie comme auteure. À ce jour, elle compte à son actif neuf livres, soit des recueils de nouvelles et des romans, ayant tous connu un succès critique.

Les deux premiers recueils de nouvelles de l’écrivaine, Night Travellers (1982) et Ladies of the House (1984), s’intéressent aux problèmes familiaux et psychologiques de personnages vivant dans des régions rurales et urbaines. Les membres de la famille Lafreniere, présents dans plusieurs des récits, cherchent à obtenir une satisfaction qui leur échappe alors qu’ils vivent dans la ville fictive d’Agassiz, au Manitoba. Les personnages féminins de l’auteure, quant à eux, se sentent souvent piégés dans leur univers familial et dans leur rôle de filles, de femmes et de mères. Les histoires de ces deux volumes sont publiées sous un seul titre, Agassiz Stories, en 1987. Le troisième recueil de l’écrivaine, The Two-Headed Calf, remporte le prix du livre de l’année de la Saskatchewan en 1997. Bien que toutes ces histoires ne se déroulent pas dans le même contexte spatio-temporel, elles partagent un thème commun : le concept de dualité.

Le premier roman de l’écrivaine, The Missing Child (1989), se situe également à Agassiz, qui se trouve alors sur le point d’être inondée par la fonte d’un glacier souterrain. Narré par plusieurs personnages, ce récit naturaliste ponctué de réalisme magique reçoit le prix du premier livre de W. H. Smith/Books in Canada. Dans The Chrome Suite (1992), la scénariste d’âge moyen Amy Barber reconstitue les événements de son passé dans le but de comprendre son sentiment d’insatisfaction par rapport à sa vie alors qu’elle conduit de Toronto jusqu’à sa ville d’origine au Manitoba. The Chrome Suite reçoit une nomination pour un Prix du Gouverneur général et remporte le prix du livre de l’année de McNally Robinson.

The Town That Floated Away (1997) est le premier livre pour enfants écrit par Sandra Birdsell. Inspirée par l’inondation qui a marqué son enfance, l’auteure y raconte les aventures de Virginia Potts, une jeune fille laissée seule lorsque sa ville part à la dérive.

Dans The Russländer (2001), Sandra Birdsell s’inspire de ses origines russes mennonites pour raconter une histoire familiale se déroulant lors de l’effervescence chaotique et violente qu’a connue la Russie au début du 20e siècle. C’est à travers les yeux de l’enfant qu’elle a été que la narratrice, Katya Vogt, une vieille dame vivant aujourd’hui à Winnipeg, raconte les événements dévastateurs qui l’ont marquée. Le roman est sélectionné pour recevoir le prix Scotiabank Giller et est nommé livre de l’année de la Saskatchewan. L’histoire de la saga des Vogt se poursuit en 2005 avec la parution du roman Children of the Day. Elle raconte l’histoire de Sara Vogt, qui vit dans une région rurale du Manitoba en tant que femme du Métis Oliver Vandal et mère de dix enfants. Le récit se déroule au cours d’une journée en juin 1953, lorsque des pressions internes et externes s’accumulent et menacent de faire s’écrouler la famille. Tout comme pour les autres œuvres de Sandra Birdsell, ce sont la grande attention portée aux détails et les voix individuelles qui permettent aux lecteurs de s’identifier aux personnages.

Le roman Waiting for Joe, publié en 2010, est nommé pour un Prix littéraire du Gouverneur général pour une œuvre de fiction anglophone. Se déroulant principalement dans le parc de stationnement d’un Walmart de Regina, le récit raconte l’histoire d’un couple ruiné sans-abri dont le VR volé manque d’essence.

Michael Ondaatje considère Sandra Birdsell comme « l’une de nos meilleurs auteurs – sans compromis ni hésitation ». Les œuvres de l’écrivaine sont publiées dans plusieurs anthologies, y compris The Oxford Book of Canadian Short Stories, The Penguin Anthology of Stories By Canadian Women et From Ink Lake.

Enseignement

Sandra Birdsell enseigne la création littéraire et est écrivaine résidente à plusieurs universités et institutions partout au Canada, y compris à la bibliothèque publique de Regina, à l’Université McMaster, à l’Université de Waterloo et à l’Université de l’Alberta. En 2007, elle est l’écrivaine résidente Carol Shields à l’Université de Winnipeg.

Prix et distinctions

  • Prix Gerald Lampert pour Night Travellers, League of Canadian Poets (1984)
  • Prix du premier livre pour The Missing Child, W. H. Smith/Books in Canada (1989)
  • Prix Joseph B. Stauffer pour réalisation méritoire, Conseil des Arts du Canada (1991)
  • Nomination, Prix du Gouverneur général pour The Chrome Suite (1992)
  • Prix Writer’s Trust Engel/Findley —prix décerné à une écrivaine canadienne en milieu de carrière pour l’ensemble de son œuvre (1993)
  • Nomination, prix Juno pour The Child’s Play Collection (1994)
  • Prix de littérature jeunesse de la Saskatchewan pour The Town That Floated Away (1997)
  • Nomination, Prix du Gouverneur général pour The Two-Headed Calf (1997)
  • Livre de l’année pour The Two-Headed Calf, Saskatchewan Book Awards (1997)
  • Nomination, prix Silver Birch pour The Town That Floated Away, Association des bibliothèques de l’Ontario (2000)
  • Nomination, prix Scotiabank Giller pour The Russländer (2001)
  • Livre de l’année de la Saskatchewan pour The Russländer (2001)
  • Nomination, prix littéraire international de Dublin pour Children of the Day (2007)
  • Nomination, Prix du Gouverneur général pour Waiting for Joe (2010)
  • Membre de l’Ordre du Canada (2010)
  • Membre de l’Ordre du Mérite de la Saskatchewan (2012)
  • Médaille du Jubilé de diamant de la reine Elizabeth II (2002)
  • Prix Cheryl and Henry Kloppenburg, Saskatchewan Writers’ Guild (2014)

Guide pédagogique perspectives autochtones

Collection des peuples autochtones

Liens externes