AES-90

Le système de traitement de texte AES-90 est une innovation lancée en 1972 par la société de technologie Automatic Electronic Systems Inc., basée à Montréal. Cette nouvelle machine, pionnière de sa génération, ne révolutionne pas seulement la bureautique, mais ouvre aussi la voie à la conception de systèmes de traitement de texte dans le monde entier.

Le système de traitement de texte AES-90 est une innovation lancée en 1972 par la société de technologie Automatic Electronic Systems Inc., basée à Montréal. Cette nouvelle machine, pionnière de sa génération, ne révolutionne pas seulement la bureautique, mais ouvre aussi la voie à la conception de systèmes de traitement de texte dans le monde entier.

Ancienne publicité présentant l’AES-90

Création

Le traitement de texte, soit la création de documents dactylographiés à l’aide de machines d’édition de texte automatisée, s’adapte à l’évolution des exigences du travail de bureau (voir aussi Bureautique). Au début des années1970, des machines de composition de texte, comme la machine à écrire «Mag Card Selectric» d’IBM, règnent en maître au sein des environnements de travail. L’AES-90 transforme la bureautique.

L’AES-90 est conçue par Stephen Dorsey, diplômé en ingénierie électrique du MIT. En 1967, Stephen Dorsey crée Automatic Electronic Systems Inc. (AES). Établie à Montréal, cette société de haute technologie conçoit des systèmes de télécommande et de contrôle. Tout en concevant la nouvelle vague de dispositifs électroniques industriels, l’équipe de Stephen Dorsey met au point l’éditeur de texte AES-90 CRT. Lancé en 1972, l’AES-90 se compose d’un clavier, d’un terminal sur un bureau et d’un processeur muni d’un lecteur de disque dans un compartiment distinct. Une publicité d’AES qualifie cette nouvelle machine de «pas de géant au sein d’une nouvelle ère de communications écrites rentables».

Caractéristiques

Si les machines à écrire haut de gamme de l’époque sont en mesure d’enregistrer des données sur des cartes magnétiques, l’AES-90 vient transformer la façon dont on compose, révise et stocke les documents. En un seul endroit, on retrouve une machine à écrire, un écran vidéo, un clavier, un disque mémoire, un microprocesseur et un bloc d’alimentation. À l’aide du clavier, l’utilisateur tape des mots qui apparaissent sur le terminal de visualisation à écran cathodique (CRT) de l’AES-90. Dans les médias, on qualifie l’affichage de l’AES-90 de «médium idéal d’interaction synthétique.»

Page from an AES-90 CRT Text Editor Brochure

L’AES-90 escompte augmenter la productivité de l’utilisateur de 300%, sur la base d’une cadence de frappe de 175 mots par minute. Grâce à des commandes à bouton-poussoir, il est possible de changer l’ordre des mots, d’effacer les mots mal orthographiés, de déplacer des lignes et de modifier des paragraphes. Ce modèle est doté de nombreuses caractéristiques qui font partie d’un processus d’édition standard réalisé à l’aide d’un ordinateur personnel, dont le centrage automatique des titres, le retour à la ligne, l’alignement automatique des nombres et la possibilité de justifier le texte.

Environ 100 pages de texte peuvent être stockées sur une disquette de 8po, laquelle permet d’enregistrer, de répertorier et de récupérer des documents ultérieurement.

L’AES-90 est également révolutionnaire en raison de sa facilité de programmation. Avant l’invention de cette machine, modifier la fonctionnalité d’un ordinateur – soit sa capacité à exécuter une tâche particulière – réclame la fabrication d’une autre machine. C’est un processus de fabrication coûteux et laborieux qui peut sonner le glas des modèles courants ou retarder les améliorations. L’AES-90, lui, permet d’améliorer les fonctionnalités grâce à l’actualisation du logiciel de traitement de texte. L’édition de texte peut être réalisée en concevant un logiciel, en le stockant dans des puces de mémoire en lecture seule, en retirant les anciennes puces de mémoire et en les remplaçant par les nouvelles. La capacité de modifier le logiciel signifie que le processus de fabrication en série n’est pas compromis. Cette nouvelle fonctionnalité est installée dans les ordinateurs personnels; le logiciel de traitement de texte peut alors y être remplacé par une version plus récente sans besoin de remplacer l’ordinateur ou de l’améliorer considérablement.

Répercussions

La modernité de cette machine ne passe pas inaperçue dans les médias du Canada et des États-Unis. Dans un article de 1974, on peut lire: «Un “éditeur” électronique qui fait sensation.» L’AES-90, dont le coût s’élève à 14900$, est un franc succès pour AES. La société compte bientôt une filiale dans le Vermont, ainsi que des bureaux aux États-Unis. En 1978, AES est en concurrence avec IBM et s’inscrit comme le plus important fournisseur de matériel de traitement de texte au Canada. La conception de l’AES-90 est copiée par d’autres entreprises qui dominent le secteur du matériel de traitement de texte à la fin des années 1970. On qualifie l’AES-90 de «premier système de traitement de texte programmable à écran vidéo au monde».