​Red Robinson

Animateur de radio et de télévision (né le 30 mars 1937 à Comox, en Colombie-Britannique), Robert Gordon Robinson est un célèbre pionnier et une figure emblématique du paysage médiatique audiovisuel canadien.
Animateur de radio et de télévision (né le 30 mars 1937 à Comox, en Colombie-Britannique), Robert Gordon Robinson est un célèbre pionnier et une figure emblématique du paysage médiatique audiovisuel canadien.


Animateur de radio et de télévision (né le 30 mars 1937 à Comox, en Colombie-Britannique), Robert Gordon Robinson est un célèbre pionnier et une figure emblématique du paysage médiatique audiovisuel canadien. À la radio, il est le premier disque-jockey canadien, et l’un des premiers en Amérique du Nord, à diffuser régulièrement des chansons de rock‘n’roll sur les ondes. Considéré par beaucoup comme le « Dick Clark canadien », il est pendant soixante ans une personnalité incontournable du paysage radiophonique et télévisuel de Vancouver. Red Robinson est récompensé de l’Ordre du mérite de la radiodiffusion canadienne et entre au BC Entertainment Hall of Fame et au Rockabilly Hall of Fame. Il est également intronisé comme disque-jockey de légende au Panthéon du Rock’n’roll (Rock and Roll Hall of Fame).

Jeunesse et carrière

En 1954, Red Robinson, élève à l’école secondaire King Edward de Vancouver et âgé de 16 ans, improvise quelques canulars téléphoniques visant l’émission pour adolescents diffusée l’après-midi sur la station de radio locale CJOR. Grâce à ses imitations humoristiques de Jimmy Stewart et de Peter Lorre, auxquelles s’ajoutent son assurance, son style décontracté et ses talents naturels d’improvisateur, il est invité par le directeur à se joindre à l’émission. Il devient très vite le DJ de l’émission et interprète son premier morceau, Marie, des Four Tunes, le 12 novembre 1954.

Robinson devient l’un des premiers disque-jockeys blancs à diffuser de la musique dite « raciale », incorporant à ses interprétations de la musique dérivée du Rythm and Blues afro-américain et du rockabilly. Il reçoit alors des insultes et des menaces de la part d’auditeurs, car il diffuse la musique d’artistes noirs tels que Ruth Brown et Lloyd Price. Aussi, préfère-t-il traverser la frontière pour aller acheter lui-même la plupart de ses disques dans la ville voisine de Bellingham, dans l’état de Washington, plutôt que d’attendre qu’ils soient disponibles à Vancouver.

Carrière à la radio

Avec une part d’audience locale de 50 %, Red Robinson devient une vedette à part entière, assurant la promotion de la plupart des grands concerts qui ont lieu à Vancouver et fait découvrir à ses auditeurs Bill Haley and the Comets et Elvis Presley et autres groupes et chanteurs du même genre. En 2000, il déclare dans le Globe and Mail : « de nos jours, les gens n’arrivent pas à croire que les gamins sortent de chez eux uniquement pour rencontrer les disque-jockeys et obtenir leurs autographes ». « Nous avons surpassé ces satanées vedettes du disque ». En 1957, Red Robinson est embauché par CKWX, une radio de Vancouver spécialisée dans la diffusion des 40 meilleurs succès de la chanson. Il consolide alors sa popularité en étant le maître de cérémonie au concert d’Elvis à l’Empire Stadium.

Après un bref séjour aux États-Unis, il retourne à CKWX en 1961 puis devient DJ et directeur des programmes à Vancouver’s CFUN Radio en 1962. Il contribue à transformer la station pour en faire l’une des plus grandes radios spécialisées dans le rock du pays, et a été le maître de cérémonie en 1964 lors du concert des Beatles dans une salle comble, celle de l’Empire Stadium. En 1968, il revient travailler à CJOR comme directeur d’exploitation et en fait une station de radio parlée très populaire.

Red Robinson travaille pendant un an dans le service commercial de la station de radio CKLG et devient, en 1971, le DJ d’une émission matinale de CKWX, poste qu’il occupe jusqu’en 1983. Entre 1985 et 1993, il anime une émission, intitulée Reunion, où sont diffusées des vieilles chansons de tout le Canada et à l’occasion d’Expo 86, il organise et présente un spectacle, Legends of Rock‘n’Roll, auquel plus de 40 célébrités participent (p. ex. Ray Charles, the Everly Brothers, Jerry Lee Lewis, Roy Orbison, etc.) et qui dure 13 semaines.

Red Robinson en entrevue avec Roy Orbison, 1968.

En 1993, Red Robinson commence à travailler pour CISL. Il y anime une émission matinale à grande écoute jusqu’en 2000. Bien qu’il parte en retraite en 2001, il continue à présenter une émission hebdomadaire. Adepte de la radio AM durant presque toute sa vie, il anime pour la première fois sur la bande FM, en 2007, une émission sur 104.9 Fun FM, puis finit par retourner sur la bande AM. Il continue de diffuser chaque dimanche, à partir de midi, de vieilles chansons et des entrevues radiophoniques dans l’émission Red Rock Diner, sur CISL.

Carrière à la télévision

En 1959, Red Robinson accepte un emploi chez KGW Radio à Portland, en Oregon, à la condition qu’on lui permette d’animer également une émission de télévision. Son souhait se réalise et il devient animateur de l’émission Portland Bandstand sur KGW TV. Cependant, en vertu des lois de conscription américaines, il se voit obligé de servir pendant six mois dans l’armée des États-Unis, à Fort Ord, en Californie.

Après être retourné au Canada pour travailler à la radio, il devient, en 1963, animateur de l’émission Let’s Go/Music Hop sur CBC TV. Il fait découvrir aux téléspectateurs canadiens des talents locaux tels que les groupes The Guess Who, The Collectors (voir Chilliwack) et Terry Jacks, avant de cesser d’animer l’émission en 1966. Il participe souvent comme animateur invité à l’émission Cross Canada Hit Parade, sur CBC TV, et anime sur la même chaîne l’émission Trivia Challenge (1977–1979). Il anime durant 23 ans l’émission annuelle Timmy’s Christmas Telethon et contribue ainsi à rassembler plus de 100 millions de dollars au profit d’enfants de Colombie-Britannique. Son émission de cinéma dominicale, Red’s Classic Theatre, diffusée aux heures de grande écoute dans les régions du Lower Mainland et du Nord-Ouest Pacifique par la station de Bellingham KVOS TV, est suivie par un public fidèle entre 1989 et 2001.

Carrière dans la publicité

Red Robinson travaille également dans le monde de la publicité et fonde, en 1969, l’agence Trend Advertising (plus tard, Palmer Jarvis Advertising) qui comptera parmi ses clients la société McDonald’s. Il contribue ainsi à l’ouverture des trois premiers restaurants McDonald’s du Canada et apparaît dans la première publicité télévisée canadienne pour l’entreprise de restauration. Il est aussi le cofondateur de Vrlak Robinson Advertising, qui fusionne, en 1987, avec Hayhurst Communications pour former Vrlak Robinson Hayhurst Communications Ltd., une des plus importantes agences de publicité de Vancouver.

Héritage

Lors de l’inauguration, en 1995, du Panthéon du rock and roll à Cleveland, en Ohio, Red Robinson fait partie des nombreux DJ pionniers récompensés pour l’immense influence qu’ils ont exercée sur le rock‘n’roll. Red Rock Diner, une pièce écrite par Dean Regan évoquant la carrière de Red Robinson à la fin des années 1950, est jouée à Vancouver à trois reprises, à Toronto ainsi que dans de nombreuses autres villes canadiennes et à Kansas City.

Le Red Robinson Show Theatre situé au casino Boulevard de Coquitlam, baptisé en l’honneur du célèbre animateur, ouvre ses portes en septembre 2006. Cependant, une polémique éclate à l’automne 2013 lorsqu’on annonce que la salle de spectacle serait rebaptisée Hard Rock Casino – Vancouver, d’après le nom du nouveau propriétaire du casino, à la fin de l’année 2013. Une pétition en ligne, visant à empêcher ce changement de nom, est signée par de grands noms de la scène musicale vancouvéroise, tels que Bruce Allen, Terry David Mulligan et Michael Bublé.

Le Royal BC Museum de Victoria honore Red Robinson en le faisant figurer parmi les 132 personnalités les plus influentes de la Colombie-Britannique. Celui-ci donne une grande partie de sa collection au musée du Rock’n’roll et se fait l’ardent avocat d’un musée qui est dédié à la radiodiffusion canadienne.

Récompenses

Broadcast Performer of the Year, BC Association of Broadcasters (1969)

Quarter-Century Club, Association canadienne des radiodiffuseurs (1981)

Ordre du mérite de la radiodiffusion canadienne, The Record (1991)

100 Distinguished Citizens, North Vancouver Centennial Award (1991)

Médaille d'honneur du 125e anniversaire de la Confédération du Canada, Gouvernement du Canada (1992)

BC Entertainment Hall of Fame (1994)

Canadian Broadcast Hall of Fame (1997)

Rockabilly Hall of Fame (2000)

Bruce Allen/Sam Feldman Legend Award, Vancouver Music Industry Association (2008)

Diplôme honorifique, docteur ès lettres, University of the Fraser Valley (2012)


Liens externes

//