Villes canadiennes les plus peuplées

Depuis la Deuxième Guerre mondiale, un grand nombre de Canadiens se sont urbanisés et vivent principalement dans de grandes cités. Pour garder le coût du logement abordable, les municipalités ont dû maintenir un équilibre entre la croissance périphérique et la densité urbaine. Les dix plus grandes villes du Canada témoignent de la diversité des approches et des enjeux.

Les populations indiquées sont celles des villes elles-mêmes et non des régions métropolitaines. Les données proviennent du recensement canadien de 2021.

Depuis la Deuxième Guerre mondiale, un grand nombre de Canadiens se sont urbanisés et vivent principalement dans de grandes cités. Pour garder le coût du logement abordable, les municipalités ont dû maintenir un équilibre entre la croissance périphérique et la densité urbaine. Les dix plus grandes villes du Canada témoignent de la diversité des approches et des enjeux. Les populations indiquées sont celles des villes elles-mêmes et non des régions métropolitaines. Les données proviennent du recensement canadien de 2021.


1. Toronto : 2 794 356 habitants


Cette mégapole a été créée en 1998 par la fusion de six municipalités de la région urbaine de Toronto. Capitale de l’Ontario, Toronto a détrôné Montréal au titre de ville la plus populeuse du Canada dans le recensement de 2001, et cette tendance se maintient.

2. Montréal : 1 762 949 habitants


Montréal a longtemps été la plus grande ville du Canada. Bien qu’elle ait connu un déclin économique graduel tout au long du 20e siècle, un grand nombre d’entreprises l’ont quittée dans les années 1970, en partie à cause de la montée du mouvement souverainiste et des lois linguistiques.

3. Calgary : 1 306 784 habitants


Calgary est une des villes qui se développent le plus rapidement au Canada, ayant connu une croissance de plus de 20 % entre 2009 et 2019. On prévoit que la région qui s’étend du sud d’Edmonton à Calgary accueillera 80 % de la population de l’Alberta vers 2046.

4. Ottawa : 1 017 449 habitants


Quand elle a été choisie pour devenir la capitale nationale en 1857, Ottawa était une petite ville isolée. Sa croissance est attribuable surtout à la fonction publique fédérale. En 2020, 127 092 employés du gouvernement fédéral vivaient dans la région de la capitale nationale.

5. Edmonton : 1 010 899 habitants


Pour accroître leur population, les villes annexent souvent des terres agricoles voisines. Depuis 1892, Edmonton a annexé des territoires à plus de 30 reprises, la dernière en 2019. La ville s’est aussi tournée vers le développement intercalaire afin d’accroître la densité urbaine dans les quartiers existants.

6. Winnipeg : 749 607 habitants


Lorsque la population d’une ville s’accroît, il peut en résulter une augmentation de la demande en transport collectif. Pour relever ce défi, Winnipeg expérimente le transport en commun à la demande, où le trajet des autobus s’ajuste en temps réel grâce à la technologie GPS et aux applications mobiles. Ceci permet d’assurer un service adéquat hors des heures de pointe, un des principaux défis du transport collectif.

7. Mississauga : 717 961 habitants


Mississauga, à l’ouest de Toronto, présente des exemples remarquables d’accroissement de la densité urbaine. Au bord du lac Ontario, deux anciens sites industriels totalisant 101 hectares sont en voie d’être transformés en nouveaux quartiers résidentiels. Plus au nord de ces sites, on vient de lancer un projet central considéré comme le plus important de l’histoire du Canada en matière d’aménagement à usage mixte.

8. Vancouver : 662 248 habitants


Depuis quelques décennies, des investisseurs étrangers achètent beaucoup de propriétés résidentielles à Vancouver. À cause de la hausse des prix, il est devenu difficile pour les habitants de trouver une résidence dans leur propre ville. En 2016, le gouvernement provincial a introduit une taxe de 15 % sur les transferts de propriété, et la municipalité a imposé une taxe sur les logements inoccupés.

9. Brampton : 656 480 habitants


La population de Brampton a beaucoup augmenté au cours des dernières décennies, passant de 103 459 résidents en 1976 à 234 445 résidents en 1991. Une partie de cette croissance provient de l’agrandissement des frontières de la ville dans les années 1990, mais les appartements en sous-sol (aussi appelés « unités secondaires ») ont aussi joué un rôle important. Plus de 7 000 unités secondaires ont été enregistrées à Brampton, mais on estime qu’il en existe entre 30 000 et 50 000 de plus qui n’ont pas été déclarées. Depuis 2012, toutes les municipalités de l’Ontario doivent autoriser et réglementer les appartements en sous-sol.

10. Hamilton : 569 353 habitants


D’ici 2051, on prévoit que la population d’Hamilton augmentera d’un quart de million de nouveaux résidents. En 2021, des représentants de la municipalité ont recommandé d’ajouter 1 340 hectares de terres cultivées à la « zone de croissance urbaine » de la ville. Les planificateurs ont reçu à peu près 19 000 réponses du public à la proposition. Les municipalités d’Ontario ont jusqu’en juillet 2022 pour accroître leurs frontières, avant que cela leur soit imposé par la province.