Zoo

Les humains ont toujours gardé des animaux en captivité.

Girafes au Metro Toronto Zoo
Girafes au Metro Toronto Zoo (Photo de Barry Dursley/First Light).

Zoo

Les zoos ou jardins zoologiques sont des établissements où l'on expose des animaux sauvages et domestiqués à des fins d'éducation, de loisirs, de conservation et de recherche. Il existe une grande variété de jardins zoologiques allant des plus classiques, où la densité d'animaux est élevée, aux parcs ouverts et aux fermes à gibier. On y trouve parfois des aquariums dans lesquels on expose des poissons et d'autres formes de vie aquatique. Généralement les aquariums et les parcs de vie marine sont des équipements publics indépendants et spécialisés.

Histoire

Les humains ont toujours gardé des animaux en captivité. Les peuples nomades gardent seulement quelques espèces, mais avec l'apparition des sociétés sédentaires, les collections d'animaux s'agrandissent et deviennent de plus en plus communes, par exemple en Égypte, en Assyrie et en Chine entre 3000 av. J.-C. et 1000 av. J.-C. et ultérieurement en Grèce et à Rome. L'empereur Auguste (63 av. J.-C. à 14 apr. J.-C.) possède une ménagerie de plus de 3500 animaux Vertébrés, une collection plus grande que celle de n'importe quel zoo canadien actuel. La célèbre ménagerie du chef aztèque Montezuma II (environ 1480 à 1520) nécessite 600 gardiens. Lorsque les monarchies sont remplacées par des régimes parlementaires, plusieurs collections privées deviennent des zoos publics, entre autres la ménagerie de Louis XVI, à Versailles, que l'on déménage au Jardin des plantes (1794).

Au cours des 200 dernières années, les jardins zoologiques publics ont évolué. Le World Zoo Conservation Strategy (1993) estime qu'il existe 1000 zoos constitués abritant environ un million d'animaux sauvages et que plus de 600 millions de personnes les visitent annuellement. Dans The Roster of Canadian Zoos, Game Farms and Aquariums 1995, publié par l'Association canadienne des jardins zoologiques et des aquariums (créée en 1975), on a répertorié 22 membres-organismes agréés et trois membres associés possédant des collections d'animaux.

Objectifs

Les zoos privés donnent du prestige et du plaisir à leur propriétaire et procurent des loisirs à leurs invités. Dans les premiers zoos publics, on accorde une place prépondérante aux loisirs et ultérieurement on intègre des objectifs modernes d'éducation, de conservation et de recherche. Au cours de la première moitié du XXe siècle, on expose généralement une grande variété d'espèces dans des cages alignées, ce qui donne aux animaux l'allure d'une collection de timbres. Les nombreuses espèces constituent un large éventail de sujets d'études taxinomiques (classification systématique) et, par leur diversité, offrent beaucoup de loisirs aux observateurs. Toutefois, cette façon de faire est dépassée, et l'aménagement des zoos est basé sur une meilleure compréhension de la psychologie et du comportement des animaux et sur une meilleure appréciation de la faune. Dans les programmes éducatifs, on a intégré de nouveaux objectifs de sensibilisation aux écosystèmes, à la biodiversité et à la conscience environnementale. Les milieux urbains contrastent énormément avec les écosystèmes naturels intacts. Les jardins zoologiques créent un lien entre les deux et permettent aux humains de mieux apprécier la nature.

Environnements des animaux

L'environnement artificiel d'un zoo doit répondre aux besoins physiques et psychologiques des animaux. Les enclos doivent permettre aux animaux de s'isoler, de se mettre à l'abri des regards, de se camoufler et d'établir des hiérarchies. Ils doivent aussi fournir des stimuli pour prévenir l'ennui et les comportements répétitifs. Il est important de réduire l'impact visuel des barrières (barreaux et clôtures). Dans plusieurs endroits modernes, on maintient les limites physiques et comportementales des animaux grâce à des fossés humides, des fossés secs, des clôtures électriques, des zones de lumière et autres techniques. Les barrières de verre sont utilisées pour procurer une vue sans obstacle.

Plusieurs zoos sont pourvus d'installations non exposées (par exemple aires de mise bas, cages de repos et enclos de traitement) qui sont généralement équipées de télévisions en circuit fermé pour effectuer des suivis comportementaux.

Programmes de conservation

Les zoos collaborent à divers programmes internationaux de conservation. On a établi une liste internationale de plus de 150 espèces menacées. En 1981, l'American Zoo and Aquarium Association a élaboré le Species Survival Plan (plan de sauvegarde des espèces) qui bénéficie du soutien engagé des zoos participants. Les zoos sont désormais des producteurs de faune et non plus des utilisateurs comme par le passé. Aujourd'hui, on ne capture plus beaucoup d'animaux dans la nature pour les zoos. La majorité des établissements dirigent d'importants programmes de sauvetage et d'accueil d'animaux. Les individus rétablis sont réintégrés dans leur habitat naturel, sont exposés dans le zoo ou envoyés dans d'autres zoos.

Avec la disparition des milieux naturels, d'innombrables espèces animales sont menacées de disparition ou s'éteignent. Les zoos assurent la reproduction de diverses espèces en captivité, et la survie de certaines espèces dépend maintenant de ces établissements. Peu d'espèces se reproduisent en captivité : environ seulement 9 p. 100 d'espèces de Mammifères connues ont produit des générations multiples continues en captivité. Dans le cadre du Programme de rétablissement des espèces du Service canadien de la faune et du US Department of the Interior, le Calgary Zoo et le Metro Toronto Zoo ont mis sur pied, à l'extérieur de leurs établissements, des programmes de reproduction de grue blanche d'amérique (Calgary) et de putois d'amérique (Toronto). Les zoos assurent la reproduction des animaux de façon à protéger leur patrimoine génétique et à les réintroduire dans leur milieu.

Les objectifs des jardins zoologiques se concentrent désormais sur la conservation générale, l'établissement de populations autosuffisantes, les programmes éducatifs spécialisés et la présentation d'animaux dans leur habitat naturel.

Gestion des zoos

L'exploitation d'un zoo est aujourd'hui une affaire complexe qui inclut l'élevage, la recherche et le développement, l'éducation et l'interprétation, la médecine vétérinaire, les relations publiques, le financement, les services alimentaires, l'horticulture, l'entretien, la sécurité, la mise en marché, l'administration générale et les finances. Plusieurs zoos obtiennent des subventions municipales ou provinciales, mais le financement fédéral direct est moins commun. Certains établissements sont exploités commercialement, et lorsque les frais d'exploitation et les coûts de développement des investissements sont couverts, les associés reçoivent des profits. Les zoos bénéficient souvent du soutien de sociétés zoologiques, des organismes bénévoles à but non lucratif généralement exonérés de taxes, dont l'aide prend diverses formes allant d'une affiliation intéressée à une autorité de gestion.

Les plus importants jardins zoologiques sont situés dans les grande villes. Le premier zoo du Canada, le Riverdale Zoo de Toronto, est fondé en 1887. Le plus grand, le Metro Toronto Zoo, a ouvert ses portes en 1974. Parmi les autres jardins zoologiques du pays, on compte le Stanley Park Zoo, à Vancouver, fondé en 1888 (on prévoit sa fermeture); l'Assiniboine Park Zoo, Winnipeg, 1905; le Calgary Zoo, 1917; le Moose Jaw Wild Animal Park, 1929; le Provincial Wildlife Park, Shubenacadie, Nouvelle-Écosse, 1947; le Vancouver Aquarium, 1956; le Jardin zoologique de Montréal, 1957; le Valley Zoo, Edmonton, 1959; l'Aquarium de Québec, 1959; l'Aquarium de Montréal, 1967; l'African Lion Safari, Rockton, Ontario, 1969; le Parc safari africain, Hemmingford, Québec, 1972; et le Salmonier Nature Park, près de Holyrood, Terre-Neuve, 1978. Parmi les zoos canadiens, il y a des établissements très modestes et d'autres comptant plus de 3000 animaux de plus de 400 espèces (excluant les Invertébrés). En raison des coûts élevés reliés aux besoins en bâtiments l'hiver, le nombre d'espèces tropicales est parfois limité. On estime que plus de 15 millions de personnes visitent les zoos annuellement au Canada.


En savoir plus