Gwyn, Richard John Philip Jermy

Richard John Philip Jermy Gwyn, O.C., journaliste, auteur, fonctionnaire (né le26 mai 1934, à Bury St. Edmunds, en Angleterre; décédé le 15 août 2020, à Toronto, en Ontario). Richard Gwyn était l’un des analystes politiques les plus éminents de son époque. Il a passé 30 ans, en tant que chroniqueur, au Toronto Star, remportant deux prix du Concours canadien de journalisme et un Prix du magazine canadien. Il était régulièrement invité dans le cadre d’émissions débattant des affaires publiques et il a publié plusieurs livres primés, notamment des biographies, faisant autorité, devenus des classiques, de Joey Smallwood, de Pierre Trudeau et de sir John A. Macdonald. En 2002, il a été nommé officier de l’Ordre du Canada et, de 2002 à 2007, il a occupé les fonctions de chancelier de la St.Jerome’s University, à l’Université de Waterloo.

Richard John Philip Jermy Gwyn, O.C., journaliste, auteur, fonctionnaire (né le26 mai 1934, à Bury St. Edmunds, en Angleterre; décédé le 15 août 2020, à Toronto, en Ontario). Richard Gwyn était l’un des analystes politiques les plus éminents de son époque. Il a passé 30 ans, en tant que chroniqueur, au Toronto Star, remportant deux prix du Concours canadien de journalisme et un Prix du magazine canadien. Il était régulièrement invité dans le cadre d’émissions débattant des affaires publiques et il a publié plusieurs livres primés, notamment des biographies, faisant autorité, devenus des classiques, de Joey Smallwood, de Pierre Trudeau et de sir John A. Macdonald. En 2002, il a été nommé officier de l’Ordre du Canada et, de 2002 à 2007, il a occupé les fonctions de chancelier de la St.Jerome’s University, à l’Université de Waterloo.


richard-gwyn


Jeunesse et famille

Richard Gwyn naît en Angleterre, dans une famille privilégiée. Son père, le brigadier Philip Jermy‑Gwyn, officier dans l’armée, a servi en Inde. Le jeune Richard est scolarisé dans un pensionnat jésuite, le Stonyhurst College, avant de sortir diplômé du Royal Military College Sandhurst.

Début de carrière dans le journalisme

Plutôt que de suivre les traces de son père, Richard Gwyn émigre au Canada, en 1953. Là, il se lance dans le journalisme, débutant à la radio, à Halifax, avant de décrocher un emploi chez United Press International, en tant que correspondant parlementaire à Ottawa. Il travaille également pour le magazine Time, pour Maclean‑Hunter et pour Thomson Newspapers.

En 1965, il publie son premier livre, The Shape of Scandal: A Study of a Government in Crisis, portant sur le gouvernement de Lester B. Pearson. Son deuxième ouvrage, Smallwood: The Unlikely Revolutionary, à propos du premier ministre de Terre‑Neuve, Joey Smallwood, sort en 1969.

Carrière de fonctionnaire

En 1968, Richard Gwyn abandonne le journalisme pour devenir chef de cabinet d’Eric Kierans, alors ministre des Communications à Ottawa. En 1970, il est nommé directeur général de la planification sociale et économique au ministère des Communications, poste qu’il occupe jusqu’en 1973.

Carrière de journaliste

En 1973, Richard Gwyn reprend sa carrière de journaliste, en tant que chroniqueur affilié responsable des affaires nationales au Toronto Star. L’un des premiers chroniqueurs de la presse écrite à participer fréquemment à des émissions d’affaires publiques, à la radio et à la télévision, il s’impose rapidement comme l’un des analystes politiques les plus éminents au pays. En 1985, il est nommé à Londres, au poste de correspondant européen, avant de revenir à Toronto, en 1992. Il coanime, avec Robert Fulford, le programme de TVO, Realities, et il est régulièrement invité à débattre dans les émissions Studio 2, Diplomatic Immunity et The Agenda with Steve Paikin. Il publie également plusieurs livres primés, notamment des biographies, faisant autorité, devenus des classiques, de Joey Smallwood, de Pierre Trudeau et de sir John A. Macdonald.

Vie personnelle

Richard Gwyn est marié à Sandra Fraser Gwyn de 1958 jusqu’au décès de celle-ci, en 2000. Sandra Fraser Gwyn était une journaliste ayant obtenu de nombreux prix, originaire de Terre‑Neuve. Chaque année, le couple passe ses vacances à Terre-Neuve, ce qui fait naître chez lui une passion pour la province. Sandra et Richard travaillent souvent ensemble, remportant un Prix du magazine canadien pour un article qu’ils coécrivent, sur le plan de paix de Pierre Trudeau, publié dans Saturday Night, chacun relisant, par ailleurs, régulièrement le travail de l’autre.

Après la mort de Sandra, Richard Gwyn épouse l’historienne de la danse Carol Bishop‑Gwyn. Au cours de ses dernières années, il souffre de la maladie d’Alzheimer et décède à l’âge de 86 ans.

Autres activités

De 2002 à 2007, Richard Gwyn est chancelier de la St. Jerome’s University, à l’Université de Waterloo. Il siège également au conseil d’administration de Journalistes canadiens pour la liberté d’expression et gère le prix annuel BMO Winterset, créé par le Newfoundland and Labrador Arts Council.

Ouvrages

  • The Shape of Scandal: A Study of a Government in Crisis(1965)
  • Smallwood: The Unlikely Revolutionary (1969)
  • The Northern Magus: Trudeau and Canadians (1980)
  • The49th Paradox: Canada in North America (1985)
  • Nationalism Without Walls: The Unbearable Lightness of Being Canadian (1995)
  • Pierre Elliott Trudeau (2006)
  • John A: The Man Who Made Us (2007)
  • Nation Maker: Sir John A. Macdonald: His life, Our Times (2011)

Récompenses et distinctions

  • Prix du meilleur dossier de fond, Concours canadien de journalisme (1980)
  • Meilleures chroniques, Concours canadien de journalisme (1984)
  • Prix du meilleur journaliste d’investigation (partagé avec Sandra Fraser Gwyn), Concours canadien de journalisme (1984)
  • Doctorat honoris causa en lettres, Université de Lakehead (1997)
  • Doctorat honoris causa en sciences juridiques, Université Brock (1997)
  • Officier, Ordre du Canada (2002)
  • Doctorat honoris causa en lettres, Université de Waterloo (2007)
  • Prix Charles Taylor pour un essai littéraire (John A: The Man Who Made Us) (2008)
  • Doctorat honoris causa en lettres, Université Memorial (2009)
  • Prix Shaughnessy Cohen pour un ouvrage politique (Nation Maker: Sir John A. Macdonald: His Life, Our Times), Société d’encouragement aux écrivains du Canada (2012)
  • Prix littéraire J.W.Dafoe (Nation Maker: Sir John A. Macdonald: His Life, Our Times), Fondation J.W. Dafoe (2012)
  • Prix national du leadership, École secondaire catholique Our Lady of Lourdes (2012)
  • Médaille du jubilé de diamant de la reine ÉlisabethII (2012)


//