Herb Carnegie

​Herbert H. Carnegie, OC, O. Ont., joueur de hockey, philanthrope, est né le 8 novembre 1919 à Toronto, en Ontario, et est mort le 9 mars 2012 à Toronto, en Ontario.

Herbert H. Carnegie, OC, O. Ont., joueur de hockey, philanthrope, est né le 8 novembre 1919 à Toronto, en Ontario, et est mort le 9 mars 2012 à Toronto, en Ontario. On pourrait soutenir que Herbert H. Carnegie était la première vedette afro-canadienne du hockey, membre des Black Aces, le premier trio de hockey afro-canadien (à part dans la Coloured Hockey League of the Maritimes). Herbert H. Carnegie a joué au hockey compétitif pendant les années 1940 et 1950, surtout dans les ligues junior A et senior du Québec et de l’Ontario. Il est réputé être le meilleur joueur noir qui n’a jamais joué dans la Ligue nationale de hockey (LNH) (Willie O’Ree serait le premier joueur noir de la LNH en 1958). Ayant pris sa retraite du hockey en 1954, il a établi la Herbert H. Carnegie Future Aces Foundation. Il était aussi un golfeur senior accompli. Il est récipiendaire de l’Ordre du Canada et a été intronisé dans le Temple de la renommée des sports du Canada.

Enfance

Herbert H. Carnegie naît à Toronto aux immigrants jamaïcains Adina James Mitchell et George Nathaniel Carnegie. Il est le cinquième de sept enfants. Il grandit à North York, où il participe à des sports comme la balle molle, le golf et le hockey. Dès l’âge de huit ans, alors qu’il chausse une paire de patins et embarque sur la glace pour la première fois, il rêve de devenir joueur de hockey professionnel. À partir de ce moment, le hockey est sa vocation. Son frère aîné, Ossie, ambitionne également de devenir joueur de hockey professionnel.

Carrière dans le hockey amateur

Selon les normes du hockey, Herbert H. Carnegie, qui mesure 173 cm et pèse environ 77 kg, est considéré comme petit. Néanmoins, il est décidé à jouer au hockey professionnel. Pendant les années 1930, il s’inscrit dans des ligues amateurs locales et joue avec les Observers de Toronto, l’équipe de l’école secondaire Earl Haig et celle de Toronto Vocational. Selon Cecil Harris, auteur de Breaking the Ice, Herbert H. Carnegie gagne le surnom « Swivel Hips » pendant cette période, grâce à son habileté de faire des feintes pour déjouer les joueurs opposants. Patineur et manieur de rondelle adroit, il est également meneur de jeu créatif et instinctif.

En 1938, il se joint à l’équipe junior A des Young Rangers de Toronto. Cette même année, Conn Smythe, le propriétaire des Maple Leafs de Toronto, est présumé dire qu’il recruterait Herbert H. Carnegie « le lendemain » s’il pouvait « en faire un blanc » (une autre version est qu’il dit qu’il paierait 10 000 $ à quiconque pouvait faire de Herbert H. Carnegie un blanc). Lors d’une entrevue en 2002, Herbert H. Carnegie rappelle avoir été dérouté par les propos de M. Smythe. Cependant, sa passion pour le hockey n’affaiblit jamais.

Black Aces

De 1940 à 1942, Herbert H. Carnegie joue pour les Buffalo Ankerites de Timmins, qui voyagent à travers le nord de l’Ontario et du Québec. Pendant la saison 1941, les Buffalo Ankerites sont le premier organisme semi-professionnel à avoir un trio uniquement noir, qui consiste de Herbert H. Carnegie, de son frère, Ossie, et de Vincent Churchill (Manny) McIntyre. Les journalistes sportifs et les partisans se réfèrent au trio comme les « Brown Bombers », les « Dusky Speedsters » et les « Dark Destroyers », mais finalement, ils sont connus comme les « Noirs » ou les « Black Aces ». Herb (le meneur de jeu) joue au centre, alors que Ossie (le tireur) et Manny (l’exécutant) couvrent les ailiers. Pendant deux saisons avec les Buffalo Ankerites (1940-1941 et 1941-1942), ils aident l’équipe à gagner deux championnats de ligue. Les Black Aces deviennent l’un des trios les plus habiles et respectés du hockey mineur pendant les années 1940, et jouent ensemble dans diverses équipes, y compris les Saints de Sherbrooke.

Carrière dans le hockey semi-professionnel

Pendant qu’ils jouent pour les Buffalo Ankerites, les frères Carnegie et Manny McIntyre attirent l’attention des équipes de la Ligue provinciale du hockey du Québec (LPHQ). En 1944, Herbert H. Carnegie commence sa carrière au sein de la LPHQ comme membre des célèbres Cataractes de Shawinigan, mais ne joue avec eux que pendant une seule saison. La saison suivante, il se joint aux Randies de Sherbrooke, qui est renommé les « Saint-François » (ou Saints) de Sherbrooke. Pendant la saison 1947-1948 avec Sherbrooke, Herbert H. Carnegie compte le nombre étonnant de 127 points (48 buts, 79 aides) en 56 parties. Cet exploit lui attire l’attention des recruteurs de la LNH.

En 1948, les Rangers de New York l’invitent à leur période d’entraînement, lui offrant l’occasion de se qualifier pour leur liste officielle de joueurs. Cependant, Herbert H. Carnegie n’est pas sélectionné pour leur équipe de la LNH. Il est plutôt recommandé aux ligues mineures. Les Rangers manifestent un intérêt à détenir ses droits, mais, selon Herbert H. Carnegie, il aurait gagné moins d’argent dans les ligues mineures qu’au Québec. Il refuse l’offre des Rangers et retourne à Sherbrooke pour la saison 1948-1949. À ce moment-là, cette équipe s’est jointe à la Ligue de hockey senior du Québec (LHSQ). C’est la dernière saison de jeu pour les Black Aces. Ils comptent un nombre combiné de 142 points en 63 parties, aidant Sherbrooke à atteindre la deuxième place de la ligue.

Pour la saison 1949-1950, Herbert H. Carnegie se revêt d’un nouveau chandail d’équipe et transfert aux Aces du Québec (à Québec), sous l’entraîneur George « Punch » Imlach. Il jouera avec l’équipe durant quatre saisons. Pendant la saison 1950-1951 avec les Aces, il joue aux côtés de Jean Béliveau, la future vedette des Canadiens de Montréal et intronisé du Temple de la renommée du hockey. Selon Jean Béliveau, Herbert H. Carnegie est « un super joueur de hockey, avec un beau style, un bon patineur, un grand meneur de jeu. À cette époque-là, les jeunes apprenaient des anciens. Moi, j’apprenais de Herbie. »

Herbert H. Carnegie passe sa dernière saison avec les Mercurys d’Owen Sound, dans l’Association du hockey senior A de l’Ontario (AHSO), et prend sa retraite du hockey en 1954, à l’âge de 34 ans.

Préjugés et occasions manquées

Herbert H. Carnegie ne réalise jamais son rêve de devenir joueur de la LNH et croit, comme le croient plusieurs, d’ailleurs que son héritage africain est la seule raison pour laquelle il est incapable de s’introduire dans la ligue. Au cours de plusieurs entrevues, il rappelle avoir été anéanti par les propos allégués (et très répandus) du propriétaire des Maple Leafs, Conn Smythe, selon lesquels il recruterait Herbert H. Carnegie seulement si quelqu’un pouvait « en faire un blanc » (les historiens ont débattu les vrais propos de Conn Smythe et ce qu’il en entendait). Dans son autobiographie, Herbert H. Carnegie écrit également que les partisans et les entraîneurs opposants lui lançaient, ainsi qu’aux autres joueurs noirs, des insultes et des termes péjoratifs, tout au long de sa carrière en tant qu’amateur et semi-professionnelle. Pendant une entrevue avec la CBC en 2009, il pleure ouvertement en discutant des préjugés qu’il a subis pendant sa carrière de hockey.

Bien que le Sino-Canadien Larry Kwong brise la barrière raciale de la LNH en 1948, ce ne sera qu’en janvier 1958 qu’un joueur noir embarquera sur la glace, quand Willie O’Ree joue avec les Bruins de Boston.

Retraite après le hockey

Après sa retraite du hockey, Herbert H. Carnegie se joint au Groupe Investors en 1964 et devient le premier conseiller financier noir de l’entreprise, poste qu’il occupera pendant 32 ans.

Il continue sa carrière de sportif en tant que golfeur senior et gagne de nombreux championnats locaux et nationaux. Il remporte trois fois le championnat senior du club de golf Whitevale (1963, 1964 et 1968), deux fois la tournée senior canadienne (1977 et 1978) et trois fois la tournée senior de l’Ontario (1975, 1976 et 1982).

Future Aces

En 1955, Herbert H. Carnegie fonde la Future Aces Hockey School, la première école de hockey inscrite au Canada. En 1987, il établit la Herbert H. Carnegie Future Aces Foundation avec sa femme, Audrey, et sa fille, Bernice, dans le but d’aider les jeunes à se développer pour devenir des citoyens responsables et compétents. Depuis sa formation, l’organisme a offert plus de 630 000 $ en bourses. Pendant les années 1990, Herbert H. Carnegie et les Future Aces paraissent dans le rôle de héros dans deux numéros spéciaux de la bande dessinée The Amazing Spider-Man, dont les titres sont « Skating on Thin Ice! » et « Double Trouble ».

Héritage et reconnaissance

Herbert H. Carnegie meurt le 9 mars 2012 à l’hôpital Sunnybrook, à Toronto, âgé de 92 ans. Il laisse derrière lui ses quatre enfants : Goldie, Dale, Bernice et Rochelle. Son épouse, Audrey Redmon, est morte en 2003, après 63 ans de mariage.

Malgré qu’il n’a jamais joué dans la LNH, Herbert H. Carnegie est intronisé dans plusieurs temples de la renommée, y compris le Temple de la renommée des sports du Canada (2001), l’Ontario Sports Hall of Fame (2014), le Owen Sound Sports Hall of Fame (1997), l’International Afro-American Sports Hall of Fame and Gallery (1997) et le Senior Hockey Hall of Fame Immortal (2004).

Il est aussi le récipiendaire de nombreux prix communautaires et honoraires. Il reçoit l’Ordre de l’Ontario en 1996, l’Ordre du Canada en 2003, la Médaille commémorative du règne de la Reine en 1977, la Médaille du jubilé en 2002 et la Médaille du jubilé de diamant en 2012 (posthume). Il reçoit également le prix du bénévole de l’année de la Ville de North York (1989), le prix de distinction des bénévoles (1997), le prix du service spécial de modèle de comportement d’Apple Creek (2009), le prix de reconnaissance de l’ensemble de ses réalisations de Planet Africa (2007), ainsi que beaucoup d’autres reconnaissances de service communautaire et de reconnaissance de l’ensemble de ses réalisations.

Le Groupe Investors institue leur prix Herbert H. Carnegie en 2003, décerné aux employés qui font preuve d’excellence professionnelle et démontrent un dévouement à leur communauté. En juin 2006, Herbert H. Carnegie reçoit un doctorat honorifique en droit de l’Université York. Une école publique du district Maple de Toronto est nommée en son honneur. L’aréna de hockey anciennement connu sous l’appellation « North York Centennial » est renommé « Herbert H. Carnegie Centennial Centre » en 2001.


En savoir plus

Liens externes