Jean Cuthand Goodwill

Jean Cuthand Goodwill, O.C., infirmière, fonctionnaire, et défenseure de la santé et de l’éducation autochtones (née le 14 août 1928 sur la réserve de la Nation Crie Poundmaker, en Saskatchewan; décédée le 25 août 1997 à Regina, en Saskatchewan). Jean Cuthand Goodwill a été l’une des premières infirmières autorisées autochtones au Canada. En 1974, elle a cofondé Indian and Inuit Nurses of Canada (maintenant la Canadian Indigenous Nurses Association). Tout au long de sa vie, elle a été organisatrice, écrivaine et éducatrice, et a travaillé à la promotion de la santé et de la culture des Premières Nations.

Jean Cuthand Goodwill, O.C., infirmière, fonctionnaire, et défenseure de la santé et de l’éducation autochtones (née le 14 août 1928 sur la réserve de la Nation Crie Poundmaker, en Saskatchewan; décédée le 25 août 1997 à Regina, en Saskatchewan). Jean Cuthand Goodwill a été l’une des premières infirmières autorisées autochtones au Canada. En 1974, elle a cofondé Indian and Inuit Nurses of Canada (maintenant la Canadian Indigenous Nurses Association). Tout au long de sa vie, elle a été organisatrice, écrivaine et éducatrice, et a travaillé à la promotion de la santé et de la culture des Premières Nations.


Photo de Jean Cuthand Goodwill portant son uniforme d'infirmière

Jean Cuthand Goodwill, infirmière en chef au poste de soins infirmiers à La Ronge, en Saskatchewan. Photo prise en 1958.

(avec la permission des Provincial Archives of Saskatchewan/R-B6085)

Jeunesse et éducation

Le père de Jean Cuthand Goodwill est John Tootoosis, un chef Cri et organisateur politique des Premières Nations. Sa mère est décédée peu de temps après sa naissance. Elle est adoptée par Harriet et Jose Cuthand, qui l’élèvent sur la réserve de la Première Nation Little Pine, en Saskatchewan. Cet endroit est voisin de la Nation Crie Poundmaker, où Jean Cuthand Goodwill est née.

Harriet Cuthand est sage-femme et guérisseuse. Elle effectue de nombreux accouchements sur la réserve de la Première Nation Little Pine et de la Nation Crie Poundmaker. Elle sert de modèle pour sa fille adoptive et est source d’inspiration pour sa future carrière de travailleuse de la santé et de guérisseuse. 

Jean Cuthand Goodwill fréquente la Little Pine School (maintenant appelée Chief Little Pine School) jusqu’en secondaire 2. Elle déménage plus tard à Saskatoon où elle fréquente le Bedford Road Collegiate. Elle doit cesser ses études lorsqu’elle est atteinte de la tuberculose. Elle passe trois ans au sanatorium de Prince Albert, où elle obtient son diplôme d’études secondaires.

Jean Cuthand Goodwill étudie en soins infirmiers au Holy Family Hospital de Prince Albert, et elle obtient son diplôme en 1954. Ceci fait d’elle la première infirmière autorisée autochtone de la Saskatchewan, et l’une des premières au Canada. Bien que ce soit une étape importante, ce n’est pas inhabituel pour la famille Cuthand. Jose Cuthand, qui était un enfant réfugié de la rébellion du Nord-Ouest, croit au pouvoir de l’éducation. Il encourage ses enfants dans leurs études. Les deux frères aînés de Jean Cuthand Goodwill sont enseignants et membres du clergé anglican.

Début de carrière en soins infirmiers

Jean Cuthand Goodwill commence sa carrière à l’hôpital indien de Fort Qu’Appelle, avant de déménager ensuite plus au nord, au poste de soins infirmiers de La Ronge. Elle y travaille avec une aide-infirmière et un chauffeur et supervise une vaste région rurale de la Saskatchewan. Le trio est le premier personnel entièrement autochtone d’un poste de soins infirmiers du département fédéral des services de santé des Indiens. Jean Cuthand Goodwill passe la majeure partie de son temps à effectuer des accouchements, à vacciner les enfants et à répondre aux urgences. Elle s’occupe également de blessures mineures, comme par exemple traiter des enfants ou des touristes pour leur retirer des hameçons accrochés.     

Après plusieurs années, elle se retrouve épuisée par ce travail acharné. Elle déménage aux Bermudes, où elle travaille dans un hôpital pendant environ deux ans.

Carrière au gouvernement

À son retour au Canada, Jean Cuthand Goodwill décide que la prestation de services de soins de santé pour les gens pauvres ne peut être une fin en soi. Influencée par le chef Métis Jim Brady, elle décide de travailler de manière plus proactive afin d’améliorer les conditions des peuples autochtones. Elle assume le rôle de directrice générale du Centre d’amitié des Indiens et des Métis à Winnipeg (voir Centres d’amitié). 

C’est à cet endroit qu’elle rencontre Ken Goodwill de la Première Nation Standing Buffalo Dakota, de la Saskatchewan. Le couple se marie en 1965 et déménage à Ottawa l’année suivante afin de commencer leurs nouveaux emplois dans la fonction publique fédérale. Ken Goodwill travaille pour le ministère du Secrétariat d’État, et Jean Cuthand Goodwill se joint au ministère des Affaires indiennes et du Nord. Elle devient coéditrice du Indian News, un périodique publié par le ministère des Affaires indiennes et du Nord. Elle contribue également à développer Tawwow, un magazine qui couvre les arts et la culture des Premières Nations

Retour aux soins de santé autochtones

Après plusieurs années passées au ministère des Affaires indiennes et du Nord, Jean Cuthand Goodwill ressent le besoin d’effectuer un retour au domaine des soins de santé. Plus précisément, elle veut offrir du soutien aux jeunes infirmières et répondre au besoin d’avoir davantage de professionnels de la santé autochtones.

En 1974, elle cofonde Indian and Inuit Nurses of Canada (maintenant la Canadian Indigenous Nurses Association). Elle est présidente de cet organisme de 1983 à 1990. En 1978, elle devient conseillère en soins infirmiers pour la division des soins médicaux de Santé Canada, ainsi que conseillère du sous-ministre adjoint Lyall Black, des Affaires autochtones. En 1981, elle est nommée conseillère spéciale de Monique Bégin, ministre de la Santé et du Bien-Être social.

Le saviez-vous?
En 1982, Jean Cuthand Goodwill a collaboré avec l’autrice Norma Sluman sur le livre John Tootoosis : A Biography of a Cree Leader. Pour ce livre, elle a transcrit des enregistrements de son père lui racontant l’histoire de sa vie.

Jean Cuthand Goodwill participe également à la mise sur pied du programme Native Access Program to Nursing à l’Université de la Saskatchewan. Le programme est maintenant connu sous le nom de University of Saskatchewan Community of Aboriginal Nursing. À la suite de sa retraite du gouvernement fédéral, Jean Cuthand Goodwill et son mari déménagent sur la réserve Standing Buffalo près de Fort Qu’Appelle, en Saskatchewan. Elle continue à travailler pour un changement systémique en tant que chef du département des études en santé autochtone de l’Université des Premières Nations du Canada.

Distinctions et prix

  • Prix inaugural Jean Goodwill pour ses contributions exceptionnelles au domaine de soins de santé des peuples autochtones, Manitoba Indian Nurses Association (1981)
  • Doctorat honorifique en droit, Université Queen’s (1986)
  • Officière, Ordre du Canada (1991)
  • Prix national d’excellence décerné aux Autochtones (soins de santé) (1994)
  • Prix Ron Draper en promotion de la santé (à titre posthume), Association canadienne de santé publique (2000)
  • NGCC Jean Goodwill, un brise-glace nommé en son honneur, qui s’est joint à la flotte de la Garde côtière canadienne en 2020

Chaque année, la Canadian Indigenous Nurses Association attribue deux bourses d’études de 2500 $ au nom de Jean Goodwill. Ces bourses d’études, parrainées par Baxter Corporation, sont accordées à des étudiants en soins infirmiers de descendance autochtone.