Kim’s Convenience

Kim’s Convenience est une comédie de la CBC portant sur une famille canadienne d’origine coréenne qui exploite un dépanneur à Toronto. Basée sur une pièce de théâtre de 2011 écrite par Ins Choi, elle est la première série humoristique du Canada à avoir une distribution principalement asiatique canadienne. La comédie à succès, qui explore les tensions intergénérationnelles existant entre des parents immigrants et leurs enfants nés au Canada, est inspirée de l’expérience du dramaturge, qui a grandi dans une famille coréenne à Toronto. La série connaît un succès immédiat dès sa sortie sur CBC à l’automne 2016 : sa première saison attire environ 933 000 téléspectateurs par épisode. Elle a depuis remporté six Prix Écrans canadiens.



Kim's Convenience

Dépanneur utilisé pour les scènes extérieures, sur la rue Queen Est à Toronto. (avec la permission de booledozer/flickr)

Synopsis

M. et MmeKim, appelés « Appa » et « Umma » (Paul Sun-Hyung Lee et Jean Yoon), possèdent et gèrent un dépanneur nommé Kim’s Convenience. Ils ouvrent leur commerce après avoir immigré à Toronto depuis la Corée du Sud, où M. Kim était enseignant. Grincheux aux opinions arrêtées, ce dernier entretient une relation difficile avec son fils, Jung (Simu Liu), qui s’est enfui de la maison à l’adolescence et travaille maintenant dans un magasin de location de voitures avec son ami et colocataire, Kimchee (Andrew Phung), et sa gérante, Shannon (Nicole Power).

Mme Kim, très impliquée auprès de son église, a quant à elle gardé contact avec Jung, à l’insu de son mari. La sœur cadette de Jung, Janet (Andrea Bang), étudie à l’Université de l’École d’art et de design de l’Ontario. Elle vit avec ses parents et aide à gérer le dépanneur.

Kim’s Convenience respecte les conventions d’une sitcom familiale; Appa est comparé au patriarche Archie Bunker de l’émission classique américaine des années 1970 intitulée All in the Family. La série diffuse présentement sa troisième saison, et une quatrième a été annoncée.

Contexte

Le dramaturge Ins Choi naît en Corée du Sud et immigre à Scarborough avec ses parents alors qu’il est bébé. Diplômé de l’école de théâtre de l’Université York et de la Soulpepper Academy, un programme de formation théâtrale basé au théâtre Soulpepper à Toronto, il désire raconter l’expérience de Coréens arrivés au Canada dans les années 1980 et ouvrant des dépanneurs, ainsi que ce qui les sépare de leurs enfants nés au Canada.

Étant membre de la fu-GEN Asian Canadian Theatre Company au milieu des années 2000, Ins Choi se voit proposer par la directrice artistique Nina Lee Aquino d’écrire un court sketch pour un événement. Il écrit alors une scène se déroulant dans un dépanneur, inspiré par son souvenir de jeunesse du commerce Kim’s Grocer, dont son oncle était propriétaire. La metteuse en scène lui propose ensuite de transformer sa scène en une pièce complète. Il consacre ainsi cinq ans au scénario de Kim’s Convenience, lors desquels il reçoit l’aide financière de son église coréenne, qui réussit à amasser 3 000 $ pour l’aider à mettre sur pied un atelier.

Lorsque la rédaction de la pièce est terminée, en 2010, Ins Choi l’envoie à toutes les grandes compagnies théâtrales de Toronto, que chacune refuse. Ces réponses négatives l’amènent à soumettre son texte au concours de nouvelles pièces du Fringe Festival de Toronto. La pièce est alors sélectionnée, se démarque et connaît un grand succès au festival de 2011, ce qui pique l’intérêt de plusieurs compagnies et mène à plusieurs offres de production. En janvier 2012, Kim’s Convenience est joué en première au théâtre Soulpepper, avec Ins Choi  comme comédien, dans le rôle de Jung. La pièce se déroule dans le quartier Regent Park de Toronto, où le commerce de la famille Kim est situé. Elle est partiellement basée sur la véritable expérience du dramaturge vécue en travaillant dans des dépanneurs de la grande ville.

Production théâtrale

Kim’s Convenience est la première pièce originale de longue durée à être présentée au Soulpepper. Elle est mise en scène par Weyni Mengesha et jouée par Paul Sun-Hyung Lee et Jean Yoon dans les rôles d’Appa et d’Umma. Ces derniers reprennent plus tard leur rôle dans la série télé de la CBC. Ins Choi joue quant à lui Jung, alors que le rôle de sa petite sœur Janet est interprété par Esther Jun. Un grand nombre de clients sont interprétés par Clé Bennett et, dans des versions plus tardives de la pièce, Janet est jouée par Grace Lynn Kung. Le scénographe de la pièce, Ken MacKenzie, voit ses décors applaudis par les critiques, qui considèrent comme réaliste le portrait dressé d’un commerce familial de Toronto.

La pièce se déroule autour d’Appa, un très fier Coréen qui voue une haine profonde aux Japonais. Sa femme, Umma, est quant à elle plus réservée. Contrairement à Appa, elle est en contact avec leur fils Jung, qui a, à l’adolescence, fait l’expérience de drogues et vole de l’argent à son père avant de s’enfuir de la maison. Aujourd’hui adulte et lui-même père, Jung a un emploi insatisfaisant qui le mène à réfléchir aux sacrifices que ses parents ont dû faire lorsqu’ils ont immigré au Canada. À 30 ans, Janet n’est toujours pas mariée, ce qui désespère ses parents conventionnels, surtout sa mère. La pièce traite également d’embourgeoisement, alors que la famille Kim remarque les changements apportés à leur quartier : leur église est vendue à un promoteur immobilier et la construction de nouveaux condominiums laisse présager l’arrivée de magasins à succursales, ce qui pourrait mener le commerce des Kim à la faillite. 

Dans une critique élogieuse parue dans le Toronto Star, Richard Ouzonian écrit que la pièce « est le genre de spectacle qui donne le goût de croire au théâtre à nouveau ». J. Kelly Nestruck, du Globe and Mail, accueille également la pièce favorablement et compare son style à celui d’une sitcom « avec de courtes répliques percutantes, de légères bouffonneries et des touches sentimentales intermittentes ». Kim’s Convenience remporte deux prix des Toronto Theatre Critics en 2012, soit un pour la meilleure pièce canadienne et un pour le meilleur acteur, décerné à Paul Sun-Hyung Lee pour son interprétation d’Appa.

Kim’s Convenience est le projet commercial ayant connu le plus de succès dans l’histoire du Soulpepper. Après la vente rapide des représentations initiales du début de 2012, la compagnie décide de monter la pièce à nouveau plus tard dans l’année, et une fois de plus en 2013. Une tournée nationale est également lancée au cours de l’année. En 2015, la pièce est jouée une fois de plus au théâtre Bluma Appel, au St. Lawrence Centre for the Arts de Toronto. 

En 2017, le Soulpepper amène Kim’s Convenience à New York, au Pershing Square Signature Center, situé non loin de Broadway. Dans cette version, Rosie Simon joue le rôle de Janet et Ronnie Rowe Jr. remplace Clé Bennett pour l’interprétation de rôles variés. Une critique parue dans le New York Times reproche le fait que la pièce s’appuie sur des « stéréotypes exagérés », mais conclut que plusieurs spectateurs sont susceptibles de s’identifier aux difficultés intergénérationnelles présentées. 

Série télévisée de la CBC

Les compagnies de production commencent à inviter Ins Choi à adapter sa pièce au petit écran dès 2011. Au départ, il hésite, désirant conserver l’intégrité de sa vision initiale. Il rencontre un ancien producteur délégué de la télévision du nom d’Ivan Fecan lors d’une répétition au Soulpepper en 2011. En 2014, ce dernier est à la tête de sa propre maison de production, Thunderbird. Des représentants de Thunderbird abordent Ins Choi alors que Kim’s Convenience est en représentation à Vancouver, et le dramaturge accepte de travailler avec l’entreprise pour faire de sa pièce une série télévisée. Il s’associe également avec l’auteur-producteur Kevin White, connu pour l’écriture des comédies Corner Gas et Schitt’s Creek.

Paul Sun-Hyung Lee et Jean Yoon interprètent Appa et Umma, tandis que Simu Lee et Andrea Bang jouent les frère et sœur Jung et Janet. Andrew Phung obtient le rôle du meilleur ami de Jung, Kimchee, et Nicole Power celui de sa gérante, Shannon (dont il est secrètement amoureux). Uni Park incarne le rôle de Mme Park, une femme riche de l’église d’Umma – et son ennemie jurée. Michael Xavier joue Alex, policier et ami d’enfance de Janet, et Soo-Ram Kim a un rôle récurrent en tant que cousine de Janet, qui visite parfois la famille depuis la Corée. Dans la deuxième saison, elle emménage au Canada, et Janet quitte la maison familiale pour s’installer dans un appartement avec des colocataires.

La série Kim’s Convenience est tournée à Toronto. Les scènes à l’intérieur du commerce sont filmées sur un plateau aux studios Showline de Toronto. Pour l’extérieur, un régisseur de plateau de la CBC choisit un vrai dépanneur de la rue Queen Est, du nom de Mimi Variety. Les propriétaires coréens du commerce, Yong et Kyung Chung, sont d’abord hésitants à contribuer à l’émission, mais changent d’idée lorsque leur fille les informe que la série donnerait une image favorable des Canadiens d’origine coréenne. Les décorateurs conçoivent alors une nouvelle enseigne pour le commerce, que les propriétaires décident de laisser en place en permanence.

Première et accueil

En octobre 2016, la première de Kim’s Convenience est diffusée sur les ondes de la CBC et reçoit des critiques très positives. John Doyle du Globe and Mail la qualifie de « drôle, écrite avec tact et bien dosée en plaisir loufoque ». À propos du premier épisode de la série, dans lequel Appa confronte deux clients qui désirent installer une affiche pour un événement de la fierté gaie, Adrian Lee, du magazine Maclean’s, parle quant à lui d’un message « complètement radical ».

Public international

En 2018, la série est offerte à un public international via Netflix. La critique Inkoo Kang qualifie la série de « phénomène de bouche à oreille parmi les Asiatiques américains depuis son arrivée sur Netflix ».

Prix

Prix Écrans canadiens

  • Meilleur montage de l’image d’une émission ou série humoristique (Kye Meechan) (2017)
  • Meilleure performance par un acteur dans un premier rôle durable, comédie (Paul Sun-Hyung Lee) (2017)
  • Meilleure performance par un acteur dans un rôle de soutien ou invité, série humoristique (Andrew Phung) (2017)
  • Meilleur acteur de soutien ou invité, comédie (Andrew Phung) (2018)
  • Meilleur acteur principal, comédie (Paul Sun-Hyung Lee) (2018)
  • Meilleure série humoristique (2018)

Prix Leo

  • Meilleure réalisation d’une émission ou série de variété, de musique ou d’humour (Siobhan Devine) (2018)
  • Meilleure performance ou animation dans une émission ou série de variété, de musique ou d’humour (Andrea Bang) (2018)
  • Meilleure émission ou série de variété, de musique ou d’humour (2018)

Autres

  • Performance exceptionnelle – femme (Jean Yoon), prix ACTRA (2017)
  • Meilleure performance par un acteur de l’Alberta (Andrew Phung), prix de l’Alberta Media Production Industries Association (AMPIA) (2018)