Schitt’s Creek

Schitt’s Creek est une série télévisée, diffusée sur les ondes de CBC, sur une famille riche qui perd sa fortune et se voit forcée d’aller s’établir dans une petite ville fictive du nom de Schitt’s Creek. La série a été créée par deux des acteurs principaux, Daniel Levy et son père Eugene Levy. La série décrit les tensions qui surviennent entre les résidents terre-à-terre de Schitt’s Creek et les Rose, habitués au grand luxe. En 2018, Schitt’s Creek rejoint en moyenne 3,3 millions de téléspectateurs sur les ondes du télédiffuseur américain Pop et devient la première émission humoristique canadienne à être mise en nomination pour un prix Critic’s Choice Award. L’année suivante, l’émission est mise en nomination pour plusieurs prix Primetime Emmy, donc celui de la meilleure comédie. En outre, Schitt’s Creek remporte 24 Prix Écrans canadiens, dont cinq pour la meilleure actrice dans une comédie (Catherine O’Hara) et trois pour la meilleure comédie.



schitts-creek

(avec la permission de Wikimedia Commons)

Synopsis

Johnny Rose (Eugene Levy) amasse une fortune colossale grâce à sa prospère chaîne de magasins vidéo, Rose Video. Apprenant que son gérant d’affaires a détourné les fonds de son entreprise, poussant la famille Rose à la faillite, Johnny, ainsi que son épouse Moira (Catherine O’Hara), ancienne actrice de téléroman, et leurs deux enfants d’âge adulte, David (Daniel Levy) et Alexis (Annie Murphy), doivent déménager. La famille se retrouve dans un motel glauque à Schitt’s Creek, une ville en milieu rural que Johnny avait achetée à la blague pour David quelques années auparavant. Les prises de bec ne se font pas attendre, d’abord avec l’excentrique maire de la ville, Roland Schitt (Chris Elliott), puis avec la sarcastique gérante du motel, Stevie (Emily Hampshire).

Les Rose, surtout Moira, ont bien du mal à s’imaginer vivre à Schitt’s Creek. D’un épisode à l’autre, pourtant, la famille prend peu à peu racine. David ouvrira un magasin général en ville, tandis qu’Alexis retournera sur les bancs d’école. Dans la troisième saison, Johnny devient copropriétaire du motel avec Stevie ; ensemble, ils le renomment le Rosebud Motel.

Schitt's Creek


Contexte

Daniel Levy, acteur et ancien animateur de MTV Canada, vit et travaille à Los Angeles lorsque lui vient l’idée d’écrire une histoire sur une famille fortunée qui, après avoir tout perdu, se retrouve bien malgré elle hors de son élément. Il parle à son père, l’acteur comique canadien bien connu Eugene Levy, de son idée inspirée d’émissions de téléréalité comme Keeping Up With The Kardashians. Essuyant les refus de différents télédiffuseurs américains et canadiens, le duo père-fils décide de présenter le concept de Schitt’s Creek à la CBC. À l’époque, le télédiffuseur national cherche justement à restructurer sa programmation d’émissions humoristiques en mettant l’accent sur les séries à caméra unique qui sont axées sur les personnages. Après la présentation des Levy de leur émission, avec Catherine O’Hara dans un rôle principal, la CBC leur fait une offre, qu’ils acceptent.

Pour convaincre le télédiffuseur public de le laisser conserver ce titre quelque peu osé, le duo cherche, puis trouve le nom « Schitt » dans l’annuaire téléphonique, puis s’empresse de le montrer aux dirigeants de la CBC. Daniel et Eugene Levy cherchent alors à savoir si le réseau a l’intention d’annoncer le nom dans un journal télévisé. Oui, leur dit-on. Le titre reste donc tel quel.

L’offre de la CBC ne tient compte que d’une partie des coûts de production de l’émission. Les Levy se mettent donc à la recherche de partenaires internationaux pour financer le reste. Quelques années auparavant, le Canadien Brad Schwartz avait embauché Daniel Levy comme animateur de la populaire émission de MTV Canada diffusée juste après l’émission de téléréalité The Hills et analysant le contenu de celle-ci. Désormais chef de la chaîne câblée Pop TV (anciennement connue sous le nom de TV Guide Network), Brad Schwartz est alors à la recherche d’une série scénarisée pour mettre de l’avant la nouvelle image de marque de Pop en 2015. Schitt’s Creek profite déjà, à ce moment-là, du financement de la CBC et d’ITV Studios Global Entertainment en Europe ; Brad Schwartz accepte de prendre le reste en charge.


Eugene Levy en septembre 2005.


Cotes d’écoute

Schitt’s Creek est diffusée en primeur sur les ondes de la CBC début 2015 avec deux épisodes consécutifs, attirant respectivement 1,36 et 1,37 million de téléspectateurs. Selon Sally Catto, directrice générale de la programmation de la CBC, Schitt’s Creek « se classe au premier rang des séries humoristiques canadiennes scénarisées diffusées aux heures de grande écoute, et ce, dès son lancement en 2015 ».

Aux États-Unis, toutefois, l’émission met plus de temps à se faire connaître, notamment en raison du fait que peu de gens regardent Pop TV. La chaîne câblée investit sans relâche dans le budget marketing de l’émission, diffusant une publicité après l’autre. Pop TV organise également de nombreuses apparitions dans les médias pour présenter la distribution de Schitt’s Creek, concentrant surtout ses efforts sur Catherine O’Hara et Eugene Levy, deux visages bien connus du public. En deuxième saison, les cotes d’écoute de l’émission sur Pop font un bond de 26 %. En janvier 2017, les deux premières saisons de Schitt’s Creek sont présentées en primeur sur Netflix, ce qui vient gonfler encore plus les cotes d’écoute. D’après la chaîne Pop, la quatrième saison de Schitt’s Creek rejoint 3,3 millions de personnes sur ses différentes plateformes.

Critiques

Schitt’s Creek connaît un succès constant auprès de la critique. Toutefois, ses dernières saisons en particulier font l’objet de louanges. Dans une chronique qu’elle publie en janvier 2019, Margaret Lyons, critique télé du New York Times, décrit Schitt’s Creek en ces mots : « Du vrai bonbon. [...] La série s’épanouit au même rythme que les Rose s’intègrent au sein de leur nouvelle communauté. »

Schitt’s Creek a droit à des critiques élogieuses et à de nombreux prix pour ses costumes,  tout particulièrement pour les tenues et les perruques criardes portées par Moira, que Daniel Levy confie à la conceptrice Debra Hanson. Daniel Levy fait remarquer à ce propos que « la juxtaposition de vêtements aussi extravagants avec un village tout en modestie crée un intéressant contraste ».

On applaudit également l’émission pour la façon dont elle présente ses personnages queer. Par exemple, le personnage de Daniel Levy, David Rose, est pansexuel. Certains critiques ont remis en question le fait qu’un personnage comme David ne soit jamais victime d’homophobie, surtout dans un milieu rural comme le sien. À ce sujet, Daniel Levy insiste : pour lui, pas question d’incorporer à son émission des personnages radicaux. « En fait, je ne veux pas perdre mon temps à créer pour mon émission des personnages odieux », raconte-t-il en entrevue sur CBC News. C’est ce qu’il appelle sa « protestation tranquille ». « Je crée un monde dans lequel j’aimerais vivre moi-même. »

Le 21 mars 2019, Daniel et Eugene Levy annoncent sur Twitter que la sixième saison de Schitt’s Creek, qui sera diffusée en 2020, sera la dernière. « Dans nos rêves les plus fous, nous n’aurions jamais cru possible d’avoir des admirateurs aussi passionnés, qui aiment nos personnages autant que vous les aimez, écrivent-ils. Nous sommes si heureux d’avoir eu le temps et la liberté créatrice de raconter cette histoire du début à la fin, en concluant avec un dernier chapitre que nous avions déjà imaginé dès le début. »

Prix

Prix Écrans canadiens

  • Meilleure série humoristique (2016)
  • Meilleure performance par une actrice dans un premier rôle durable, comédie (Catherine O’Hara) (2016)
  • Meilleure performance par un acteur dans un premier rôle durable, comédie (Eugene Levy) (2016)
  • Meilleure performance par un acteur dans un rôle de soutien ou invité, série humoristique (Chris Elliott) (2016)
  • Meilleure réalisation d’une émission humoristique (Paul Fox) (2016)
  • Meilleure écriture d’une émission ou d’une série humoristique (Daniel Levy) (2016)
  • Meilleure performance par une actrice dans un rôle de soutien ou invité, série humoristique (Emily Hampshire) (2016)
  • Meilleur montage de l’image d’une émission ou série humoristique (James Bredin) (2016)
  • Meilleure photographie d’une émission ou d’une série humoristique (Gerald Packer) (2016)
  • Meilleure performance par une actrice dans un premier rôle durable, comédie (Catherine O’Hara) (2017)
  • Meilleure performance par une actrice dans un rôle de soutien ou invité, série humoristique (Emily Hampshire) (2017)
  • Meilleure performance par une actrice dans un premier rôle durable, comédie (Catherine O’Hara) (2018) 
    Meilleure performance par une actrice de soutien dans un rôle durable, comédie (Emily Hampshire) (2018)
  • Meilleure photographie d’une émission ou série humoristique (Gerald Packer) (2018)
  • Meilleure série humoristique (2019)
  • Meilleure performance par une actrice dans un premier rôle durable, comédie (Catherine O’Hara) (2019)
  • Meilleure performance par un acteur dans un rôle de soutien ou invité, série humoristique (Noah Reid) (2019)
  • Meilleure performance par une actrice dans un rôle de soutien ou invité, série humoristique (Emily Hampshire) (2019)
  • Meilleures coiffures (Annastasia Cucullo, Ana Sorys) (2020)
  • Meilleure distribution des rôles (Lisa Parasyn et John Comerford ((2020)
  • Meilleure actrice dans un rôle de soutien, comédie (Emily Hampshire) (2020)
  • Meilleure actrice, comédie (Catherine O’Hara) (2020)
  • Meilleur acteur, comédie (Eugene Levy) (2020)
  • Meilleure série humoristique (2020)

Prix de la Guilde canadienne des réalisateurs

  • Meilleure série télévisée, comédie (2015)
  • Meilleure direction de la production, série télévisée (2015)
  • Réalisation exceptionnelle, série humoristique (2016)

Prix de scénarisation de la Writers Guild of Canada

  • Meilleure série télévisée humoristique (Amanda Walsh) (2016)
  • Meilleure série humoristique (Rupinder Gill) (2019)

Prix Dorian

  • Série télévisée humoristique de l’année (2019)
  • Série télévisée méconnue de l’année (2019)

Autres

  • Révélation de l’année dans une série télévisée diffusée aux États-Unis (Emily Hampshire), Golden Maple Awards (2015)
  • Meilleur montage pour diffusion en version courte de 30 minutes (James Bredin), Canadian Cinema Editors Awards (2015)
  • Performance exceptionnelle, femme (Catherine O’Hara), prix ACTRA (2016)
  • Meilleur montage pour un script de 30 minutes (Trevor Ambrose), Canadian Cinema Editors Awards (2018)
  • Émission de l’année 2018, magazine  Playback (2019)
  • Meilleure performance dans une comédie (Daniel Levy), MTV Movie & TV Awards (2019)
  • Meilleurs médias sociaux (télévision et cinéma), Webby Awards (2019)
  • Choix des membres en tant qu’ensemble, prix ACTRA (2019)
  • Excellence dans la conception de costumes, série télévisée : contemporain (Debra Hanson, Darci Cheyne, Peter Webster, Frances Cabezas Miller, Amanda Woods), Canadian Alliance of Film & Television Costume Arts & Design (CAFTCAD) Awards (2019)
  • Artiste comique de l’année (Catherine O’Hara), Canadian Comedy Awards (2019)
  • Meilleure actrice dans un rôle marquant (Annie Murphy), Gracie Awards (2019)
  • Prix icône internationale, INSPIRE Awards (2019)
  • Excellence en télévision contemporaine (Debra Hanson), Costume Designers Guild Awards (2020)
  • Performance télévisuelle (Dan Levy), The Queerties (2020)