Parc provincial Petroglyphs

Pétroglyphes Le parc provincial Petroglyphs cache l'un des trésors culturels et archéologiques du Canada.


Le site de pétroglyphes de Peterborough
Le lieu historique national du Canada des Pétroglyphes-de-Peterborough, situé dans le sud de l'Ontario. Les pétroglyphes ont été gravés par des gens de langue algonquienne.

Le parc provincial Petroglyphs (créé en 1976, 1643 ha), aménagé en tant que parc historique, se trouve à 55 km au nord-est de Peterborough, en Ontario. Il est situé à la lisière sud du BOUCLIER canadien et dans une zone de transition entre le bouclier et la plaine basse des Grands lacs et du Saint-Laurent. Des crêtes rocheuses couvertes d'une fine couche de sol sont entrecoupées de terres humides.

Pétroglyphes
Le parc provincial Petroglyphs cache l'un des trésors culturels et archéologiques du Canada. On y trouve sur une étendue plate de roche quelque 900 gravures ou PÉTROGLYPHES aux formes et aux silhouettes symboliques, vraisemblablement gravés par les Autochtones de langue algonquienne il y a entre 600 et 1100 ans. Les pétroglyphes, qui illustrent des tortues, des couleuvres, des humains et d'autres créatures et objets, forment l'une des plus importantes concentrations d'art rupestre autochtone au Canada.

Les pétroglyphes ont été gravés sur une surface de marbre blanc à peu près rectangulaire d'environ 60 m sur 35 m, accusant une légère pente. On a trouvé trente-et-un marteaux fabriqués en gneiss dur (une roche plus dure) dans des fissures à proximité. Aujourd'hui, les Anishinaabe, entre autres, considèrent toujours l'endroit comme sacré; ils l'appellent Kinomagewapkong, ce qui signifie « les roches qui enseignent ».

Histoire naturelle
Le parc abrite une vaste diversité d'arbres et de végétaux, y compris des peuplements étendus de pins rouges et de pins blancs entremêlés de poches d'épinettes et de feuillus mixtes, comme le bouleau à papier, l'érable à sucre et le chêne rouge. Il compte une population nombreuse de cerfs de Virginie ainsi que des mammifères de taille plus petite comme le castor, le pékan, le tamia et l'écureuil. Beaucoup d'ornithologues viennent y observer le mésangeai du Canada, que l'on rencontre normalement plus au nord. On peut également voir le Grand Pic, plusieurs espèces de parulines, le Pic flamboyant et la Gélinotte huppée. En hiver, on peut parfois y observer le Pygargue à tête blanche et l'Aigle royal.

Quatre sentiers permettent d'explorer le parc et ses richesses, par exemple des peuplements de pins, des zones où dominent le chêne et le bouleau, des espaces découverts composés de graminées, de fougères et d'affleurements rocheux, et l'ancien lit d'un cours d'eau formé voici des milliers d'années par l'eau de fonte glaciaire.

Installations
En 1984, on a construit un bâtiment spécialement conçu pour le parc au-dessus du principal secteur des pétroglyphes. Cette enceinte principalement fabriquée de verre protège les images des effets des PLUIES ACIDES, des algues, du gel et des vandales. Dans le centre d'accueil, ouvert depuis 2002, une aire d'exposition présente des pétroglyphes sur lesquels sont gravés des croyances et des messages des Premières Nations. Une autre section présente des sites d'art rupestre ailleurs dans le monde.


Liens externes