Susan Aglukark

Uuliniq Susan Aglukark, O.C., chanteuse, autrice-compositrice (née le 27 janvier 1967 à Churchill, au Manitoba). Susan Aglukark est une chanteuse et une autrice-compositrice inuite lauréate d’un prix Juno. Sa musique composée d’un mélange de country, de musique du monde, et de pop facile à écouter se distingue par sa voix douce, ses mélodies entraînantes, et ses paroles inspirantes chantées en anglais et en inuktitut. Son album This Child (1995) s’est vendu à plus de 300 000 exemplaires au Canada, et la chanson principale de l’album, O Siem, est devenue la première chanson à succès du Top 10 des interprètes inuits et inuites. Susan Aglukark a été nommée Officière de l’Ordre du Canada pour ses « puissantes chansons qui racontent les histoires des Inuits du Canada » et pour sa défense des communautés du nord du Canada. Elle a reçu le prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle pour l’ensemble de ses réalisations artistiques en 2016, et le prix humanitaire Allan Waters lors des prix Juno de 2022.

Uuliniq Susan Aglukark, O.C., chanteuse, autrice-compositrice (née le 27 janvier 1967 à Churchill, au Manitoba). Susan Aglukark est une chanteuse et une autrice-compositrice inuite lauréate d’un prix Juno. Sa musique composée d’un mélange de country, de musique du monde, et de pop facile à écouter se distingue par sa voix douce, ses mélodies entraînantes, et ses paroles inspirantes chantées en anglais et en inuktitut. Son album This Child (1995) s’est vendu à plus de 300 000 exemplaires au Canada, et la chanson principale de l’album, O Siem, est devenue la première chanson à succès du Top 10 des interprètes inuits et inuites. Susan Aglukark a été nommée Officière de l’Ordre du Canada pour ses « puissantes chansons qui racontent les histoires des Inuits du Canada » et pour sa défense des communautés du nord du Canada. Elle a reçu le prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle pour l’ensemble de ses réalisations artistiques en 2016, et le prix humanitaire Allan Waters lors des prix Juno de 2022.


Susan Aglukark

Jeunesse

L’une de sept enfants d’un pasteur pentecôtiste, Susan Aglukark (dont le nom est Uuliniq) grandit dans plusieurs communautés de la région de Keewatin dans les Territoires du Nord-Ouest, et sa famille s’installe finalement à Arviat (anciennement Eskimo Point) en 1978. Elle chante souvent avec la chorale de l’église de son père, elle chante des hymnes tout au long de son enfance, et elle apprend ses premiers accords de guitare dans un camp biblique de Cambridge Bay. Après ses études secondaires, elle déménage à Ottawa pour travailler comme linguiste au ministère des Affaires indiennes et du Nord Canada (voir Ministères fédéraux des Affaires autochtones et du Nord). Elle travaille ensuite avec le groupe de pression Inuit Tapirisat du Canada (ITK), tout en continuant à développer sa musique.

Début de carrière

En 1990, Susan Aglukark rencontre Randall Prescott, un producteur de la CBC North à Ottawa, qui l’inclut dans un album de compilations d’artistes de l’Arctique. CBC Radio enregistre son premier album, Dreams for You (1991) que Susan Aglukark publie de façon indépendante, suivi de son deuxième album, Arctic Rose (1992). Son vidéoclip de la chanson Searching, financé par le gouvernement, remporte les honneurs de la meilleure photographie aux MuchMusic Video Awards et est diffusé régulièrement sur le réseau. En 1993, Susan Aglukark est nommée Northerner of the Year par le magazine Up Here, et elle se retrouve parmi les « 100 leaders du Canada à surveiller » du magazine Maclean’s.

EMI Music Canada reconnaît le potentiel de Susan Aglukark et lui signe un contrat de distribution internationale en 1993. Avec EMI, elle lance Christmas (1993), une compilation de chansons de Noël chantées en inuktitut, et elle republie Arctic Rose (1994) qui remporte deux prix Juno, celui de la meilleure nouvelle artiste solo et celui du meilleur enregistrement autochtone canadien. En 1994, elle reçoit également le prix Vista Rising Star de l’Association de la musique country canadienne, et le Prix national d’excellence décerné aux Autochtones dans la catégorie Arts et divertissement, marquant la première fois que ce prix est décerné à un ou à une artiste.


Succès commercial

Susan Aglukark fait irruption dans le courant commercial avec son album de 1995, This Child, qui combine des mélodies contemporaines, des chants inuits traditionnels, des paroles modernes et du folklore inuit. La chanson principale de l’album, O Siem, un hymne qui appelle à se détourner du racisme et des préjugés, atteint le no 1 des palmarès de musique country canadienne et de musique adulte/contemporaine, et elle culmine en troisième place sur le palmarès de musique pop, faisant de Susan Aglukark la première artiste inuite à avoir une chanson à succès dans le Top 40. La chanson O Siem reçoit un prix de la SOCAN pour sa diffusion à la radio en 1995. Sa chanson populaire Hina Na Ho (Celebration) se retrouve également dans le Top 40 du palmarès pop canadien. This Child obtient des nominations aux prix Juno pour l’album de l’année et la chanteuse de l’année, et il est certifié triple platine au Canada en 1998 pour des ventes de plus de 300 000 exemplaires. En 1997, Susan Aglukark figure sur l’album de compilations Music for the Native Americans de Robbie Robertson. Le nouvel album de Susan Aglukark, Unsung Heroes, qui sort en 1999 présente la chanson Turn of the Century, une chanson sur la création du nouveau territoire du Nunavut.

Son album suivant, Big Feeling (2003), est produit avec Ben Mink (k.d. lang, Barenaked Ladies) et remporte le prix Juno du meilleur enregistrement autochtone en 2004. Cette même année, Susan Aglukark est également nommée meilleure artiste féminine aux Canadian Aboriginal Music Awards (maintenant les Indigenous Music Awards ou Prix de la musique autochtone).

Le dixième album studio de Susan Aglukark, The Crossing, est lancé le 29 avril. L’album est produit par Chad Irschick, qui a produit The Child, et il contient des chansons coécrites avec le musicien et auteur-compositeur vétéran Michael Francis.


Performances marquantes

Susan Aglukark se produit lors de nombreuses cérémonies et événements diplomatiques. Elle chante pour la reine Elizabeth II lors des célébrations Canada 125 en 1992, et à nouveau au gala des Jeux du Commonwealth en 1994. Elle se produit également lors d’événements honorant Nelson Mandela, Jean Chrétien, Brian Mulroney, Jacques Chirac et Adrienne Clarkson.

En 1997, elle chante lors du gala des prix d’excellence décernés aux Autochtones diffusé à la télévision nationale, ainsi qu’au concert Red River Relief à Winnipeg, et elle participe aussi à l’ouverture officielle des Jeux olympiques spéciaux mondiaux. En 2007, elle se produit devant le mémorial de Vimy à l’occasion de l’anniversaire de la bataille de la crête de Vimy. Elle chante également au Melbourne Music Festival, au festival WOMAD, au Davvi Suuva Music Festival en Suède, et aux Canadian Aboriginal Music Awards.

Susan Aglukark continue d’enregistrer et de se produire. Elle lance un autre album de chansons de Noël, Dreaming of Home, en 2013, et elle est également recherchée en tant que conférencière motivatrice.

Vie personnelle

En 1998, la série télévisée Life and Times de la CBC diffuse un épisode sur la vie de Susan Aglukark, dans lequel elle raconte avoir été agressée sexuellement par un homme de sa région alors qu’elle avait huit ans, et elle discute du fait qu’elle a ensuite lutté avec des idées suicidaires pendant des années. Elle décrit également la manière dont ces deux expériences ont inspiré son travail auprès des jeunes du Nord.

En février 2018, durant les derniers jours de l’enquête nationale du Nunavut sur les femmes et filles autochtones disparues et assassinées au Canada, Susan Aglukark identifie publiquement l’homme qui l’a agressée comme étant Norman Ford. « Tu n’as pas gagné, ni maintenant, ni jamais » dit-elle, « maintenant, la communauté sait ce que tu as fait. Cette salle pourrait être remplie de tes victimes seulement. » Notant que Norman Ford fait maintenant face à de nouvelles accusations, Susan Aglukark fait appel à plus de services dans les communautés du Nord pour aider les victimes d’agressions sexuelles. « Nous devons investir dans de l’aide professionnelle pour les victimes », déclare-t-elle. « Nous avons besoin de plus de centres de guérison, chaque région devrait en avoir un. » Elle déclare également à l’enquête qu’elle connait au moins quatre autres prédateurs sexuels à Rankin Inlet, une communauté de 2800 habitants.


Mentorat et participation à des organismes

Susan Aglukark est aussi reconnue pour sa conscience sociale et son activisme que pour ses talents de chanteuse et d’autrice-compositrice. Au milieu des années 1990, elle a été la porte-parole officielle du Economic Development & Tourism/Arts & Crafts Department des Territoires du Nord-Ouest. Elle défend depuis longtemps les communautés du Nord canadien. Elle a été porte-parole nationale de la division des autochtones pour le programme national de prévention et de sensibilisation aux problèmes d’alcool et autres drogues de la GRC, et elle a été ambassadrice pour le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest.

Susan Aglukark cofonde la Aboriginal Literacy Initiative, et elle fonde la Arctic Children’s Youth Foundation pour aider les banques alimentaires du Nord. Elle est présidente du conseil d’administration de la Fondation des jeunes et des enfants de l’Arctique et elle représente les Inuits du Canada à Conférence mondiale sur les droits de l’homme au Vietnam. En 2007, elle devient la porte-parole officielle du programme de mentorat autochtone Empowering Our Little Sisters.

En 2008, Susan Aglukark est nommée chercheuse en résidence à l’Université de l’Alberta. Elle y sert de mentor à de jeunes artistes autochtones et elle collabore à l’élaboration d’un programme conjoint d’études autochtones, de loisirs, de sports, et de santé communautaire. En 2016, elle est nommée Fellow in Creativity au Centre interdisciplinaire pour la culture et la créativité de l’Université de la Saskatchewan. Elle donne une série de conférences, elle donne des cours, et elle sert de mentor aux étudiants qui font partie du programme Aboriginal Student Achievement. Elle siège également au comité de sélection du Prix Inspiration Arctique.

Lors du 51e gala des prix Juno en mai 2022, Susan Aglukark reçoit le prix humanitaire Allan Waters « pour son dévouement exemplaire et son travail concret en tant que fondatrice de la Arctic Rose Foundation. »

Prix


Diplômes honorifiques


Une version de cet article a paru à l’origine dans l’Encyclopédie de la musique au Canada.