Alex Anthopoulos

Alex Anthopoulos, dirigeant du baseball (né le 25 mai 1977 à Montréal au Québec). Alex Anthopoulos est le président des activités de baseball et directeur général des Braves d’Atlanta de la Ligue nationale de baseball (MLB). Il a auparavant travaillé pour les Expos de Montréal et les Blue Jays de Toronto, où il a été vice-président principal des activités de baseball et directeur général de 2010 à 2015. Lors de sa dernière saison avec les Blue Jays, Anthopoulos a été nommé cadre de l’année par Sporting News. Depuis qu’il a rejoint les Braves en 2017, l’équipe a remporté quatre titres de division consécutifs, ainsi que les séries mondiales en 2021. Alex Anthopoulos est l’un des six seuls Canadiens à occuper le poste de directeur général de la MLB. Il est le premier à avoir remporté une série mondiale.

Alex Anthopoulos, dirigeant du baseball (né le 25 mai 1977 à Montréal au Québec). Alex Anthopoulos est le président des activités de baseball et directeur général des Braves d’Atlanta de la Ligue nationale de baseball (MLB). Il a auparavant travaillé pour les Expos de Montréal et les Blue Jays de Toronto, où il a été vice-président principal des activités de baseball et directeur général de 2010 à 2015. Lors de sa dernière saison avec les Blue Jays, Anthopoulos a été nommé cadre de l’année par Sporting News. Depuis qu’il a rejoint les Braves en 2017, l’équipe a remporté quatre titres de division consécutifs, ainsi que les séries mondiales en 2021. Alex Anthopoulos est l’un des six seuls Canadiens à occuper le poste de directeur général de la MLB. Il est le premier à avoir remporté une série mondiale.


Premières années et éducation

Alex Anthopoulos naît à Montréal, au Québec. Son père, John Anthopoulos, est un immigrant grec qui a obtenu un diplôme d’ingénieur de l’Université McGill et dirige sa propre entreprise de chauffage et de ventilation. Alex Anthopoulos se rend fréquemment aux matchs des Expos de Montréal au Stade olympique, où il développe son amour du baseball.

Alex Anthopoulos étudie au Lower Canada College à Montréal et au Marianopolis College à Westmount avant d’obtenir un diplôme en économie à l’Université McMaster à Hamilton, en Ontario. Pendant ses études à McMaster, Alex Anthopoulos passe les étés à travailler dans l’entreprise de son père, ce qu’il prévoit de faire à temps plein après avoir obtenu son diplôme. Cependant, la mort de son père en mai 1998 change ses plans. Alex Anthopoulos et ses frères reprennent l’entreprise, mais la vendent deux ans plus tard.

Expos de Montréal (2000-2003)

Alex Anthopoulos décide alors de suivre sa passion et de faire carrière dans le baseball. Après avoir contacté toutes les équipes de la MLB pour tout poste disponible, il obtient finalement un stage non rémunéré avec les Expos de Montréal. Il gère le courrier des fans des joueurs pendant la journée et s’occupe des recruteurs la nuit.

Alex Anthopoulos obtient ensuite un autre stage non rémunéré en tant que recruteur pour les Expos en Floride. Dana Brown, directrice du recrutement de l’équipe, fait pression pour qu’Alex Anthopoulos obtienne sa première vraie chance. Il est donc promu au poste de coordinateur du recrutement et en est responsable dans tout le Canada pour les Expos. Il travaille comme directeur adjoint du recrutement jusqu’à ce qu’il quitte l’organisation à la fin de la saison 2003. (Les Expos mettent fin à leurs activités à Montréal après la saison 2004 et déménagent à Washington, D.C.)

Blue Jays de Toronto (2003-2015)

En 2003, Alex Anthopoulos commence à travailler comme coordinateur du recrutement pour les Blue Jays de Toronto. Deux ans plus tard, il est promu directeur général adjoint. Pendant son mandat de directeur général adjoint, les Blue Jays font l’acquisition de José Bautista et d’Edwin Encarnación, deux joueurs peu connus qui sont devenus des superstars à Toronto.

Le 4 octobre 2009, les Blue Jays engagent Alex Anthopoulos pour remplacer J. P. Ricciardi, récemment licencié, au poste de directeur général. Trois mois seulement après son entrée en fonction, il effectue l’une des plus grandes transactions de l’histoire des Blue Jays, envoyant le futur lanceur du Temple de la renommée Roy Halladay aux Phillies de Philadelphie contre Kyle Drabek, Michael Taylor et Travis d’Arnaud.

En 2010, soit la première saison complète d’Alex Anthopoulos en tant que GM, les Blue Jays terminent avec une saison record de 85-77, ce qui le met en quatrième place dans la division Est de la Ligue américaine (AL). Les Jays réalisent cette saison-là un record de franchise de 257 coups de circuit, le troisième plus haut total de l’histoire de la MLB en une saison à cette date. José Bautista bat également le record de franchise de George Bell (47) avec 54 coups de circuit, le plus élevé de la MLB cette saison-là. En 2011, Alex Anthopoulos fait signer à Bautista une prolongation de contrat de cinq ans d’une valeur de 64 millions de dollars. Cependant, les Blue Jays terminent à nouveau en quatrième place de la division Est avec un bilan de 81-81.

Embed from Getty Images

La saison 2012 des Blue Jays est marquée par des blessures. L’équipe perd trois lanceurs de départ en quatre jours. Bautista manque également de nombreux matchs en raison de blessures. Les Jays terminent donc à la dernière place de leur division avec un bilan de 73-89.

Avant le début de la saison 2013, Alex Anthopoulos fait l’acquisition du gagnant du prix Cy Young de la Ligue nationale, R.A. Dickey, et du joueur d’arrêt-court Jose Reyes, dans le cadre d’un échange entre trois équipes. Cependant, R.A. Dickey et Jose Reyes perdent tous deux leur verve pendant leur séjour à Toronto, tandis que la pièce maîtresse qu’Anthopoulos a envoyée aux Mets de New York, Noah Syndergaard, devient une vedette. Au début de la saison 2013, les Jays sont considérés par beaucoup comme des favoris pour les séries mondiales, mais un début de saison terne, suivi d’un mois de juillet et d’août désastreux, au cours desquels ils enregistrent une fiche de 22-33, anéantissent leurs chances et les cantonnent à la dernière place avec une fiche de 74-88.

En 2014, les Blue Jays terminent troisièmes de leur division avec un bilan de 83-79, mais ils ne réussissent toujours pas à décrocher une place en séries éliminatoires. Après que l’équipe reste en grande partie inactive à la date limite des échanges en raison de contraintes budgétaires, Bautista critique publiquement Alex Anthopoulos pour n’avoir pas assez fait pour transformer une bonne équipe en candidate aux séries éliminatoires. Pendant l’intersaison, Alex Anthopoulos tente de rectifier le tir en recrutant deux joueurs vedettes. Il échange le Canadien Brett Lawrie et trois recrues aux Athletics d’Oakland contre le joueur de troisième base Josh Donaldson, et il signe un contrat de cinq ans et 82 millions de dollars avec le receveur canadien Russell Martin. Alors que l’équipe oscille encore autour de 0,500 à la date limite des échanges, fin juillet, Alex Anthopoulos fait le grand saut en acquérant, entre autres, l’arrêt-court Troy Tulowitzki et le lanceur David Price. Les Blue Jays affichent un score de 40-18 après la date limite des échanges et terminent la saison avec une fiche de 93-69, ce qui leur permet de remporter un titre de division et de participer aux séries éliminatoires pour la première fois depuis 1993. Cette série, une des plus mémorables de l’histoire de la MLB, se termine par une défaite de 4-2 contre les Royals de Kansas City dans la série de championnats de la Ligue américaine (ALCS).

Le 29 octobre 2015, Alex Anthopoulos refuse de prolonger de 5 ans son contrat avec les Blue Jays. Le même jour, il est nommé cadre sportif de l’année Sporting News par un panel de 47 cadres de la MLB. Pendant le mandat d’Alex Anthopoulos en tant que directeur général, le bilan des Blue Jays est de 489-483.

Dodgers de Los Angeles (2016-2017)

Alex Anthopoulos accepte ensuite un poste chez les Dodgers de Los Angeles en tant que vice-président des activités de baseball. Il travaille ainsi sous la direction du directeur général et compatriote canadien Farhan Zaidi pendant les saisons 2016 et 2017.

Braves d’Atlanta (2017-présent)

Le 13 novembre 2017, Alex Anthopoulos rejoint les Braves d’Atlanta en tant que vice-président directeur et directeur général. L’équipe est encore sous le choc d’un scandale de tricherie qui a conduit le club à être privé de 13 recrues potentielles en raison de multiples violations des règles contractuelles internationales de la MLB. Les Braves licencient donc la plupart des membres de son équipe de direction, y compris le directeur général John Coppolella, qui est ensuite banni à vie de la MLB. Alex Anthopoulos est donc engagé pour remettre l’organisation sur pied. Comme le président des Braves, Terry McGuirk, le déclaré à l’époque, « Alex est un homme intègre, et il va opérer d’une manière qui rendra fiers tous les fans des Braves. »

Après quatre saisons consécutives de résultats inférieurs à 0,500, les Braves ont accumulé le meilleur système de recrutement du monde du baseball. L’équipe compte dans ses rangs sept espoirs du top 100, dont l’espoir numéro 1, le voltigeur Ronald Acuña Jr, et le lanceur partant Mike Soroka, originaire de Calgary, en Alberta. Au cours de la première saison d’Anthopoulos avec les Braves, l’équipe remporte son premier titre de division depuis 2013 avec un bilan de 90-72. Les Braves s’inclinent toutefois 3-1 face aux Dodgers lors de la série de championnats de la Ligue nationale (NLCS), mais Acuña Jr est nommé recrue de l’année et Soroka connaît de solides débuts.

À l’aube de la saison 2019, Alex Anthopoulos renforce ses effectifs en signant des contrats d’un an avec le vétéran Brian McCann, receveur remplaçant, et Josh Donaldson, un ancien des Blue Jays de Toronto. Il réussit également un coup de maître en faisant signer à Acuña Jr. et au joueur de deuxième base Ozzie Albies des prolongations à long terme qui sont toutes deux bien inférieures à la valeur du marché. Les deux joueurs remportent le prix Silver Slugger pour leur poste respectif cette année-là. L’équipe d’Atlanta améliore ainsi son bilan et le porte à 97-65, en plus de remporter de nouveau le titre de division. Elle perd toutefois en NLCS contre les Cardinals de St. Louis, avec un score de 3-2.

Embed from Getty Images

En février 2020, Alex anthopoulos est promu président des activités de baseball et directeur général. Lors de la saison 2020, écourtée par la pandémie, les Braves connaissent une année faste, avec un bilan de 35-25 qui les positionne favorablement pour l’obtention d’un troisième titre de division consécutif. Le joueur de première base Freddie Freeman est nommé joueur le plus utile de la Ligue nationale. Les Braves se rendent jusqu’en NLCS contre les Dodgers. Ils mènent la série 3-1 avant que Los Angeles ne fasse une remontée, battant les Braves par un point dans chacun des deux derniers matchs pour se qualifier pour les séries mondiales.

La saison 2021 des Braves est marquée par des revers importants. L’as de l’équipe Mike Soroka manque toute la saison à cause d’une nouvelle déchirure du tendon d’Achille. Le cogneur Marcell Ozuna est suspendu pour 20 matchs après avoir été arrêté le 29 mai pour avoir agressé sa femme. Enfin, malgré un OPS de 0,990 en 82 matchs, Acuña Jr. est mis sur la touche pour la saison en raison d’une déchirure du ligament croisé antérieur du genou droit. À la fin du mois de juillet, les Braves sont deuxièmes de leur division avec un bilan médiocre de 52-54. Cependant, un fort différentiel de points et une autre saison exceptionnelle de Freeman, combinés à une division relativement faible, poussent une fois de plus Alex Anthopoulos à faire le grand saut à la date limite des échanges. Après avoir acquis le voltigeur Joc Pederson des Cubs de Chicago deux semaines plus tôt, Alex Anthopoulos reconstruit complètement le champ extérieur de l’équipe en y ajoutant Eddie Rosario, Adam Duvall et Jorge Soler.

Après la date limite, les Braves enregistrent une série de 36 victoires et de 19 défaites et remportent leur quatrième titre de division consécutif avec un bilan final de 88-73. Lors des séries éliminatoires, Rosario réalise une performance remarquable de 0,560/0,607/1,040 contre les Dodgers, ce qui lui vaut le titre de joueur le plus utile de la série, tandis que Soler réalise 0,300/0,391/0,800 contre les Astros de Houston, ce qui lui vaut le titre de joueur le plus utile de la série mondiale. Les Braves battent les Astros en quatre parties contre deux pour remporter leur quatrième championnat de la Série mondiale, leur premier depuis 1995. Alex Anthopoulos devient ainsi le premier directeur général canadien de l’histoire de la MLB à remporter une série mondiale.

Vie personnelle

Alex Anthopoulos parle couramment l’anglais et le français et a des notions d’espagnol et de grec. Lui et sa femme Cristina ont deux enfants, une fille nommée Julia et un fils nommé John. Fier Canadien d’origine grecque, Alex Anthopoulos travaille avec l’équipe nationale grecque de baseball pendant les championnats européens de 2003. Il les aide également à constituer une équipe pour les Jeux olympiques d’été de 2004 à Athènes.

Voir aussi Baseball au Canada; Les Canadiens dans le baseball : la « tribu perdue »; Musée et Temple de la renommée du baseball canadien.