Algonquien

Le mot « algonquien » décrit un groupe ethnoculturel et linguistique de peuples autochtones dont les terres ancestrales se situent dans les forêts de l’Est. Cette région s’étend de la côte nord-est des États-Unis actuels et des Maritimes jusqu’à l’ouest des Grands Lacs. Des peuples de langue algonquienne se trouvent également dans certaines régions de l’ouest du Canada. Parmi les nations autochtones algonquiennes, on retrouve notamment les Anishinaabeg, les Abénakis, les Odawas, les Innus, les Wolastoqiyiks (Malécites) et les Micmacs.

Le mot « algonquien » décrit un groupe ethnoculturel et linguistique de peuples autochtones dont les terres ancestrales se situent dans les forêts de l’Est. Cette région s’étend de la côte nord-est des États-Unis actuels et des Maritimes jusqu’à l’ouest des Grands Lacs. Des peuples de langue algonquienne se trouvent également dans certaines régions de l’ouest du Canada. Parmi les nations autochtones algonquiennes, on retrouve notamment les Anishinaabeg, les Abénakis, les Odawas, les Innus, les Wolastoqiyiks (Malécites) et les Micmacs.
Langues algonquiennes

Le mot « algonquien » ne doit pas être confondu avec « algonquin », qui décrit un peuple autochtone précis ayant sa propre langue et sa propre culture. Le mot « algonquien » représente un grand groupe de nations autochtones, qui comprend entre autres les Algonquins.

Les nations algonquiennes ont des pratiques culturelles, des croyances spirituelles et des structures politiques semblables. Par exemple, bon nombre d’entre elles sont patrilinéaires et organisées sous forme de bandes. Les peuples algonquiens pratiquent aussi généralement la Midewiwin (Société de la grande médecine), encore présente aujourd’hui. Au fil de l’histoire, les nations algonquiennes voisines font des échanges commerciaux et se côtoient régulièrement. Toutefois, elles ne forment pas un monolithe. En effet, chacune d’entre elles a ses propres caractéristiques, qui sont influencées par son histoire, sa tradition orale, son origine géographique et sa culture.

Dans les forêts de l’Est, la famille linguistique algonquienne se sépare en deux branches : l’algonquien central (ojibwé, odawa, nipissing et algonquin) et l’algonquien de l’Est (abénaki, micmac et malécite). (Voir aussi L’anishinaabemowin : la langue ojibwée.) Les langues parlées dans chacune des branches demeurent très intelligibles pour les deux groupes, les Algonquiens du centre constituant des chaînes linguistiques. On trouve également des locuteurs des langues algonquiennes dans les prairies canadiennes et dans le Midwest des États-Unis. On peut entre autres y entendre les langues de la Confédération des Pieds-Noirs. (Voir aussi Siksikáí’powahsin : la langue pied-noir.) Selon le recensement de 2016, le groupe linguistique algonquien, qui compte environ 175 825 locuteurs, est le plus important au Canada. La majorité de ces locuteurs résident au Manitoba (21,7 %). Le reste vit au Québec (21,2 %), en Ontario (17,2 %), en Alberta (16,7 %) et en Saskatchewan (16 %).