Pablum

Le Pablum est un produit multicéréales élaboré pour constituer un aliment digeste, précuit, et nutritif pour les nourrissons. Il est créé à l’hôpital Hospital for Sick Children (surnommé SickKids) de Toronto, en 1930, par les pédiatres Théodore Drake et Frederick Tisdall, sous la supervision du médecin‑chef Alan Brown. Pablum est commercialisé en 1934, dans le cadre d’un accord avec la société Mead Johnson & Company et est utilisé comme nom de marque jusqu’au début du 21e siècle.

Le Pablum est un produit multicéréales élaboré pour constituer un aliment digeste, précuit, et nutritif pour les nourrissons. Il est créé à l’hôpital Hospital for Sick Children (surnommé SickKids) de Toronto, en 1930, par les pédiatres Théodore Drake et Frederick Tisdall, sous la supervision du médecin‑chef Alan Brown. Pablum est commercialisé en 1934, dans le cadre d’un accord avec la société Mead Johnson & Company et est utilisé comme nom de marque jusqu’au début du 21e siècle.


Boîte de Pablum avec couvercle amovible, vers 1930‑1940.

Mortalité infantile et malnutrition

Des années 1920 aux années 1940, le Canada enregistre des taux élevés de mortalité infantile. (Voir aussi : Accouchement au Canada; Mort.) La malnutrition est alors une des principales causes de mortalité infantile, avec les maladies causées par du lait de vache contaminé et non pasteurisé. (Voir aussi Industrie laitière.) Au début du 20e siècle, de nombreuses mères concoctent elles‑mêmes des préparations ou des céréales maison pour compléter l’alimentation des nourrissons. Ces préparations, souvent à base de biscuits trempés, manquent toutefois des vitamines et des minéraux nécessaires pour prévenir les pathologies infantiles comme le rachitisme, une maladie qui ramollit les os des enfants. La consommation de préparations riches en céréales, susceptibles de rester non réfrigérées pendant plusieurs jours et d’accumuler des bactéries, entraîne alors souvent des diarrhées et d’autres problèmes gastro‑intestinaux chez les nourrissons, dont les voies digestives sont encore en plein développement.

Recherche et développement

L’année 1918 voit l’ouverture des Nutritional Research Laboratories (NRL) au SickKids. (Voir aussi Diététique.) Le docteur Alan Brown, médecin‑chef de l’hôpital, recrute les docteurs Fred Tisdall et Théodore Drake comme chercheurs en nutrition, le premier étant nommé, en 1929, directeur des NRL. Sous sa direction, le laboratoire étudie l’élaboration d’aliments nutritifs pour les enfants, en effectuant des recherches sur des aliments irradiés et des produits vitaminés. Le premier produit, sur lequel les deux médecins ont travaillé, à rencontrer le succès est décrit, dans une présentation de janvier 1930, comme « un nouveau biscuit irradié de blé entier, contenant des vitamines et des éléments minéraux ». Un accord de production commerciale est alors conclu avec l’entreprise McCormick Manufacturing Company, installée à London, en Ontario, qui présente publiquement le nouveau produit, cette année‑là, sous le nom de McCormick’s Sunwheat Biscuits. L’hôpital crée la Paediatric Research Foundation pour gérer les redevances perçues à partir de la vente des biscuits et d’autres futurs produits susceptibles d’être élaborés sur la base des recherches aux NRL. (Voir aussi Pédiatrie.)

Cependant, si les Sunwheat Biscuits s’avèrent idéaux pour les enfants, ils ne sont pas adaptés aux nourrissons. Les docteurs Tisdall et Drake travaillent à la résolution de ce problème en mettant au point une céréale riche en minéraux, en protéines et en vitamines, conservant les céréales entières, sans toutefois causer de constipation ou d’autres problèmes digestifs, susceptible d’être facilement donnée à la cuillère aux nourrissons. La nouvelle préparation contient de la farine de blé entier, de la farine d’avoine, de la farine de maïs, des germes de blé, de la farine d’os, de la levure de bière, de la luzerne et du sel (voir aussi : Blé; Céréales). Elle est enrichie avec du calcium, du phosphore, du fer, du cuivre et cinq vitamines. Les formulations initiales exigent encore de longs temps de cuisson et le personnel hospitalier et leurs familles, auprès desquels sont effectués les premiers tests gustatifs, se plaignent du caractère trop fade de la nouvelle céréale.

Lorsque l’équipe de recherche découvre un nouveau procédé de déshydratation du lait à l’aide d’un tambour chauffé, elle expérimente des techniques similaires pour produire une nouvelle version de la préparation qui est cuite dans des cuves à vapeur géantes sous pression, séchée sur un tambour rotatif chauffé, puis grattée. La céréale résultante est une poudre sèche et floconneuse qui retient les nutriments souhaités. Les mères actives peuvent préparer rapidement ces céréales, qui se conservent indéfiniment, en les mélangeant avec du lait ou de l’eau. La nouvelle préparation est nommée « Pablum », d’après le mot latin pabulum qui signifie aliment.

Brevet et vente

Le SickKids approche la société Mead Johnson & Company pour commercialiser le Pablum. Un brevet au nom du docteur Tisdall est déposé pour la Pediatric Research Foundation. À l’instar des Sunwheat Biscuits, le SickKids reçoit, pendant le quart de siècle suivant, une redevance pour chaque boîte de Pablum vendue. L’écrivain Max Braithwaite fait ultérieurement remarquer, en 1974, dans sa publication intitulée Sick Kids : The Story of The Hospital for Sick Children in Toronto, que cet accord « s’est avéré être une excellente affaire pendant de nombreuses années ». En 1978, on estime que le Pablum avait rapporté à l’hôpital 7 millions de dollars de redevances. Cet argent est utilisé pour financer d’autres recherches sur les aliments enrichis aboutissant, au moment de la Deuxième Guerre mondiale, à l’enrichissement en vitamines de nombreux autres produits alimentaires.

Pour donner au Pablum un air de légitimité scientifique, il est tout d’abord vendu uniquement en pharmacie, après sa présentation au public en 1934. Mead Johnson fait également de la publicité pour la nouvelle céréale dans des revues médicales et infirmières.

Controverse

Alors que le docteur Alan Brown est régulièrement mentionné à titre de co‑inventeur du Pablum, son rôle, à ce chapitre, est contesté. Souvent associé aux docteurs Frederick Tisdall et Théodore Drake comme découvreur du produit, c’est son poste de médecin‑chef qui lui vaut d’être cité dans tous les ouvrages et les articles émanant de l’hôpital. Il est probable que, tout en offrant le soutien nécessaire à leur réalisation, il n’a lui‑même jamais directement participé aux travaux du laboratoire.

La réputation du docteur Frederick Tisdall sera ultérieurement ternie par sa participation à des expériences menées sur des enfants autochtones dans les années 1940 (voir Peuples autochtones au Canada). Ces expériences visent à comparer les différentes implications nutritionnelles des aliments enrichis en sous‑alimentant encore plus des enfants souffrant de malnutrition et déjà proches de la famine. (Voir aussi Pensionnats indiens au Canada.) Au moment de ces expériences, le docteur Tisdall est directeur scientifique du ministère fédéral de la Nutrition.

La veuve du docteur Théodore Drake aurait quotidiennement consommé du Pablum comme petit‑déjeuner jusqu’à ce qu’elle découvre, en 1974, que le fabricant y avait ajouté des exhausteurs de goût comme du sel, du sucre et des huiles végétales (voir aussi : Industrie du sucre; Industrie des huiles végétales.) Il est ironique de noter que des années plus tard, dans un article de 1976, le Globe and Mail fait remarquer que les créateurs n’avaient délibérément pas ajouté d’édulcorants de peur que les bébés n’acquièrent une trop forte appétence pour le sucre, ne deviennent obèses et puissent souffrir de caries dentaires.

Suites

En 1951, quatre formulations supplémentaires du Pablum sont commercialisées, en partie pour lutter contre la perception selon laquelle, malgré toute sa valeur nutritionnelle, la marque elle‑même était devenue synonyme de fadeur. Des publicités, parues dans Chatelaine Magazine au début des années 1960 affirment que les préparations Pablum dégagent un arôme subtil évoquant pour le tout petit la variété des saveurs délicates à venir.

Les droits sur la marque Pablum sont acquis auprès de Mead Johnson par H.J. Heinz, en 1995. Alors que le contrat relatif aux droits réservés est renouvelé en 2016 pour refléter une fusion ultérieure, la marque cesse d’être utilisée à des fins commerciales au début du 21e siècle. Le Pablum est commémoré par un timbre‑poste émis par Postes Canada, en mars 2000, dans le cadre de sa série spéciale du millénaire. Le timbre représente une fillette de 15 mois, avec la figure toute barbouillée de céréales autour de la bouche.