Première Nation micmaque Qalipu

Qalipu est une Première Nation micmaque établie à Terre-Neuve-et-Labrador. La nation a été créée en 2011 en vertu de la Loi sur les Indiens. Selon le gouvernement fédéral, Qalipu compte 23 435 membres inscrits, ce qui en fait la deuxième plus importante Première Nation en termes de population au Canada. Les membres de la nation sont originaires de 67 différentes communautés de Terre-Neuve. En 2020, on estime qu’environ 95 % des membres de Qalipu vivent à Terre-Neuve-et-Labrador, les 5 % restants vivent un peu partout au Canada. La Première Nation micmaque Qalipu ne contrôle actuellement aucune terre de réserve (voir aussi Réserves en Terre-Neuve-et-Labrador).

Qalipu est une Première Nation micmaque établie à Terre-Neuve-et-Labrador. La nation a été créée en 2011 en vertu de la Loi sur les Indiens. Selon le gouvernement fédéral, Qalipu compte 23 435 membres inscrits, ce qui en fait la deuxième plus importante Première Nation en termes de population au Canada. Les membres de la nation sont originaires de 67 différentes communautés de Terre-Neuve. En 2020, on estime qu’environ 95 % des membres de Qalipu vivent à Terre-Neuve-et-Labrador, les 5 % restants vivent un peu partout au Canada. La Première Nation micmaque Qalipu ne contrôle actuellement aucune terre de réserve (voir aussi Réserves en Terre-Neuve-et-Labrador).


Boutte du Cap en hiver

Territoire

Le territoire traditionnel des Micmacs s’étend de la péninsule de Gaspé au Québec, en passant à travers les provinces maritimes, jusqu’à l’île de Terre-Neuve, où la Première Nation Qalipu est fondée.

Le peuplement du territoire des Micmacs remonte à au moins 10 000 ans, bien que la date exacte à laquelle les Micmacs se sont installés de façon permanente à Terre-Neuve est sujette à débats. Selon la littérature historique, des groupes de Micmacs voyagent de manière saisonnière du Cap-Breton à Terre-Neuve dès le 17e siècle. Il est possible que ces schémas migratoires des familles micmaques voyageant sur la côte sud-ouest de Terre-Neuve pour le piégeage, la chasse et la pêche aient été établis bien avant. La tradition orale des Micmacs de Terre-Neuve raconte que les Micmacs occupaient l’île avant le contact avec les Européens. Ce « premier » groupe de Micmacs de Terre-Neuve a ensuite été rejoint par d’autres Micmacs venant de Cap-Breton.

Histoire

Au cours des 18e et 19e siècles, les Micmacs vivant à l’intérieur de l’île de Terre-Neuve continuent de vivre selon leur mode de vie traditionnel, pêchant sur la côte durant l’été et se déplaçant à l’intérieur des terres pour chasser le caribou et piéger les animaux pour leurs fourrures durant l’hiver. Contrairement à d’autres peuples autochtones de cette période, les Micmacs vivant à Terre-Neuve connaissent une période de relative paix, étant donné que leurs territoires demeurent inhabités par les colons européens. Au début du 19e siècle, les Beothuks, une autre large nation vivant sur l’île de Terre-Neuve, sont anéantis par les maladies européennes, ce qui permet aux Micmacs d’étendre leur territoire plus loin vers l’intérieur de l’île.

Le territoire des Micmacs de Terre-Neuve est radicalement changé par l’achèvement d’un chemin de fer qui traverse l’île en 1898. Lorsqu’arrive l’année1930, les colons de Terre-Neuve, qui ont eu accès à de grandes parties de l’île auparavant isolées, ont décimé les populations de caribou de l’intérieur. L’impact est extrêmement négatif sur les Micmacs qui vivent dans ces régions, les troupeaux de caribous étant la base de leur régime alimentaire traditionnel.

La colonie de Terre-Neuve vote pour se joindre à la Confédération canadienne en 1949 (voir aussi Terre-Neuve-et-Labrador et la Confédération). À cette époque, il n’existe pas de traités entre les peuples autochtones occupant ces territoires et le gouvernement. De plus, les termes de la Confédération énoncés par les gouvernements du Canada et de Terre-Neuve n’incluent pas de référence aux peuples autochtones vivant à Terre-Neuve-et-Labrador. Le premier ministre de Terre-Neuve de l’époque, Joseph Smallwood, aurait déclaré qu’il n’y avait pas d’Indiens à Terre-Neuve. Ce manque de considération donne lieu à une lutte de plusieurs décennies entre les peuples autochtones de Terre-Neuve-et-Lavrador et le gouvernement canadien, au cours de laquelle les peuples autochtones cherchent à ce que le gouvernement reconnaisse leurs droits à leur territoire et à une autonomie gouvernementale indépendante. (Voir aussi Droits des Autochtones au Canada.)

En 1973, la Fédération des Indiens de Terre-Neuve (connue à l’origine sous le nom de Native Association of Newfoundland and Labrador) est créée pour travailler à obtenir la reconnaissance du gouvernement fédéral du Canada. La Fédération des Indiens de Terre-Neuve est initialement formée de six bandes micmaques affiliées de partout sur l’île de Terre-Neuve.

En 1987, les Micmacs de Conne River (Miawpukek) se retirent de la Fédération des Indiens de Terre-Neuve parce qu’ils ont acquis leur statut en vertu de la Loi sur les Indiens, et leur communauté est donc officiellement reconnue comme une réserve indienne inscrite. Pour les Micmacs qui vivent ailleurs dans la province, la lutte pour la reconnaissance fédérale de leur statut et de leurs droits se poursuit longtemps après cette victoire initiale. En 2011, la Première Nation micmaque Qalipu est officiellement reconnue par le gouvernement fédéral canadien comme une bande des Premières Nations.

Depuis 1949, de nombreux Micmacs de Terre-Neuve ont perdu le contact avec leur culture traditionnelle. Plusieurs familles voient la nécessité de cacher leur héritage autochtone par crainte de racisme et de discrimination de la part des autres vivant dans leurs communautés. (Voir aussi Ségrégation raciale des Autochtones au Canada.) La Fédération des Indiens de Terre-Neuve et la création de la Première Nation micmaque Qalipu en 2011 offrent de nouvelles possibilités pour les Micmacs vivant à travers la province de retrouver leur identité autochtone.

Le saviez-vous ?
Micmac est un nom qui signifie « le peuple ». Le mot Mi’kmaw (au singulier) désigne un individu. Le mot Mi’kmaq (au pluriel) désigne un groupe de Mi’kmaw, ou une nation dans son ensemble.

Gouvernance

Il existe 67 communautés micmaques réparties dans l’ouest et au centre de Terre-Neuve qui composent la Première Nation Qalipu. Ils sont divisés en neuf circonscriptions électorales. Chaque circonscription organise des élections, en vertu de la Loi sur les Indiens, afin de nommer un représentant connu sous le nom de conseiller de circonscription. Celui-ci, ainsi que le chef, le dirigeant officiel de Qalipu, forment le principal organe gouvernemental de la bande.

Le conseil de Qalipu est également constitué de deux vice-chefs qui représentent les Micmacs de l’Ouest et les Micmacs du centre de Terre-Neuve respectivement. Le bureau central de la Première Nation micmaque Qalipu est situé à Corner Brook, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Arts et culture

La Qalipu Cultural Foundation est créée en 2014 pour aider à promouvoir et à soutenir la culture micmaque de Terre-Neuve-et-Labrador. L’objectif de cette fondation est de s’adresser aux Micmas qui ont perdu le contact avec leur héritage afin de les aider à redécouvrir et à préserver la culture micmaque à travers la province.

La Qalipu Cultural Foundation organise une variété d’événements tout au long de l’année, y compris leur célébration annuelle de la Journée nationale des peuples autochtones. La fondation participe également à l’éducation communautaire, à l’organisation de camps linguistiques, et à un programme d’éducation en plein air pour tous les élèves de 5e année de la région ouest du district scolaire anglophone de Terre-Neuve-et-Labrador. De plus, la Qalipu Cultural Foundation offre la subvention Mi’kmaq Cultural Heritage Program Grant. Celle-ci est distribuée annuellement, et vise à soutenir les groupes et les organismes autochtones qui font la promotion des connaissances traditionnelles et de l’identité et la culture autochtone.

La Première Nation Qalipu a une solide tradition d’artistes multimédias talentueux. Nelson White, de Flat Bay à Terre-Neuve, a reçu l’honneur d’avoir sa toile, Veteran Elder, exposée en permanence au Smithsonian’s National Museum of the American Indian, un musée situé à Washington, DC. Un autre artiste Qalipu, David Cutler de St George’s à Terre-Neuve, a été choisi en tant qu’illustrateur pour Marvel’s Voices: Indigenous Voices. Cette initiative de Marvel Comics a pour but de mettre en valeur les œuvres d’artistes et d’auteurs autochtones à travers l’Amérique du Nord.


//