R.H. Thomson

  R.H. (Robert Holmes) Thomson, acteur, metteur en scène, dramaturge (Richmond Hill, Ontario, 24 septembre 1947). R.H. Thomson, un des principaux acteurs de la scène canadienne, est également connu pour son travail soutenu à la télévision et au cinéma. Dans sa jeunesse, sa passion est partagée entre le théâtre et les mathématiques. Il obtient un baccalauréat en sciences de l'Université de Toronto en 1969 avant de suivre une formation à l'ÉCOLE NATIONALE DE THÉÂTRE DU CANADA et à la London Academy of Music and Dramatic Art (LAMDA) en Angleterre. À sa sortie de la LAMDA, il fait ses débuts comme acteur en tant que membre d'une troupe shakespearienne itinérante sous la direction de Tina Packer. En 1972, il revient au Canada où il se forge une réputation de leader polyvalent sur scène et d'habile acteur de composition à l'écran.

Thomson fait ses débuts au FESTIVAL DE STRATFORD en 1982 dans le rôle de Marc Antoine dans Jules César et joue par la suite des rôles classiques tels que Hamlet (Toronto Free Theatre, 1986) et Cyrano de Bergerac (Theatre Calgary, Manitoba Theatre Centre, Centre national des Arts, 1996). Ses performances les plus remarquées sont toutefois réalisées dans des pièces modernes et contemporaines où son jeu est reconnu pour sa subtilité et son intelligence passionnée. Entre autres, on peut le voir dans La jeune fille et la mort d'Ariel Dorfman (Manitoba Theatre Centre, Canadian Stage, 1993), Oleanna de David Mamet (Canadian Stage, 1995) et Copenhagen de Michael Frayn (Theatre Calgary, 2003). Thomson est à l'affiche dans de nombreuses premières canadiennes, notamment Glenn, de David Young (Necessary Angel Theatre Company, 1992), louangée par la critique et lors de la reprise en 2000, alors que sa silhouette élancée et son humour désabusé font de lui l'acteur idéal pour incarner l'extravagant pianiste canadien Glenn GOULD.

Thomson a une carrière aussi longue et variée à la télévision qu'au cinéma. À la télévision, il est un incontournable des drames historiques canadiens, dont les plus importants sont Charlie Grant's War (1985), dans lequel il tient le rôle-titre du héros, un diamantaire canadien qui a vraiment existé et qui a sauvé des Juifs autrichiens des nazis. Sa performance qui lui vaut un PRIX GÉMEAUX dans le rôle de l'inventeur de l'insuline, le docteur Frederick BANTING, dans Glory Enough For All (1988; La gloire en partage). Il apparaît également dans des téléfilms et des miniséries comme Trudeau (2002), Prairie Giant : The TommyDOUGLAS Story (2006), Octobre 1970 (dans le rôle de James Cross, victime d'enlèvement par le FLQ, 2006) et The Englishman's Boy (2008). À la télévision, il est l'inventeur timide Jasper Dale de la populaire série Les Contes d'Avonlea (1992-1994) et anime l'émission Man Alive à la télévision de la SRC qui tient l'affiche pendant trois saisons (1998-2001). Il joue également dans le long métrage If You Could See What I Hear (v. f. Au-delà du regard), pour lequel il remporte un PRIX GÉNIE en 1982, dans Heaven on Earth (1986), The Lotus Eaters (1993), Twilight of the Ice Nymphs de Guy MADDIN (1997; v. f. Le crépuscule des nymphes de glace) et dans Bonhoeffer : Agent of Grace (2000).

Durant les années 1990, Thomson se dirige vers la mise en scène pour des productions dans des théâtres régionaux partout au Canada. Il écrit un spectacle solo très personnel, The Lost Boys, dont il est la vedette et qui est basé sur des lettres que cinq de ses grands-oncles ont envoyées à la maison alors qu'ils étaient combattants à la Première Guerre mondiale. La première de la pièce est jouée par la Great Canadian Theatre Company d'Ottawa en 2000 et une version télévisée permet à Thomson de remporter son deuxième prix Gémeaux en 2003.

Ardent défenseur des arts et de la culture, Thomson est producteur artistique (1991-1992) du Toronto's World Stage et cofondateur de ShakespeareWorks, un projet de théâtre éducatif visant à rendre Shakespeare plus accessible pour la jeunesse. Il est également président (2000-2005) de l'Artists' Leadership Council of the International Network for Cultural Diversity. En 2008, il est le principal acteur de la création du projet historique international Vigile 1914-1918 Vigil, dans le cadre duquel les noms des Canadiens décédés lors de la Première Guerre mondiale sont projetés sur le mur commémoratif de l'Université du Nouveau-Brunswick. Il dirige aussi la remise en vigueur du 1834 Mayors' Debate pour les festivités du 175e anniversaire de Toronto, où Eric PETERSON joue William Lyon MACKENZIE.

En plus de ses prix Gémeaux et Génie, Thomson remporte un PRIX DORA pour son extraordinaire performance dans Hand to Hand (Toronto Free Theatre, 1983) et est honoré par le Toronto Drama Bench en 1992 pour son œuvre exceptionnelle. En 1997, il reçoit le prix Gascon-Thomas de l'École nationale de théâtre et l'année suivante, il obtient un doctorat honorifique du Collège Trinity de l'Université de Toronto. En 2010, il reçoit le Barbara Hamilton Memorial Award « pour son excellence ainsi que pour avoir servi de défenseur et d'ambassadeur des arts », en plus d'être nommé à l'ORDRE DU CANADA.