Alexandre Bilodeau

Alexandre Bilodeau, skieur (né le 8 septembre 1987 à Montréal, Québec). Le skieur de bosses Alexandre Bilodeau est le premier athlète olympique canadien à remporter une médaille d’or en sol canadien au moment de remporter l’or aux Jeux olympiques d’hiver de 2010 à Vancouver. C’est avec succès qu’il défend sa médaille d’or aux Jeux olympiques d’hiver de 2014 à Sotchi.

Bilodeau, Alexandre

Début de carrière

Enfant, Alexandre Bilodeau joue au hockey, mais sa famille l’encourage plutôt à faire du ski, puisque c’était un sport auquel tous les membres de sa famille pouvaient s’adonner, y compris son frère aîné Frédéric atteint de paralysie cérébrale et donc incapable de patiner. À ses débuts, il est peu intéressé par ce sport, mais il manifeste bien vite des talents naturels de sauteur, se distinguant en ski acrobatique. Dès l’adolescence, il commence à participer à des compétitions de ski, tant acrobatique que de bosses. Il choisit de se concentrer sur le ski sur bosses et se joint, en 2004, au programme de développement de l’équipe nationale. Sa formation en ski acrobatique lui permet d’exploiter son talent en ski sur bosses et à 14 ans à peine, il est le plus jeune athlète à exécuter un triple saut en compétition.

Les débuts d’Alexandre Bilodeau en compétition sont brillants. Il devient le premier skieur de bosses à exécuter un saut périlleux arrière avec rotation latérale lors d’une épreuve du circuit Nor‑Am de Fernie, en 2005, et le plus jeune skieur dans l’histoire de la FIS à remporter une médaille d’or en Coupe du monde (Ski Mont Gabriel, 2006). Alexandre Bilodeau se qualifie, par ailleurs, aux Jeux olympiques de 2006 à Turin et se classe 11e. La Fédération internationale de ski (FIS) le désigne Recrue de l’année en 2005‑2006, en ski sur bosses, en reconnaissance de ses performances.

Après un solide début de carrière sportive, Alexandre Bilodeau commence à avoir des difficultés à se concentrer pendant les compétitions et ses résultats s’en ressentent. Il s’intéresse alors à d’autres méthodes d’entraînement comme la méthode par rétroaction biologique pour retrouver sa concentration. Il applique cette nouvelle méthode avec succès et il connaît une bonne saison 2008‑2009. En 2009, lors de Ski Mont Gabriel du circuit de la Coupe du monde, les Canadiens raflent toutes les médailles : Vincent Marquis remporte l’or, Alexandre Bilodeau, l’argent et Pierre‑Alexandre Rousseau, le bronze. Avant le début des Jeux olympiques de 2010 à Vancouver, Alexandre Bilodeau a, à son actif, cinq médailles d’or et trois médailles d’argent en Coupes du monde (ski sur bosses et bosses en parallèle) et un titre de champion du monde en bosses parallèles. Au cours de la saison 2009‑2010, il détient trois titres internationaux prestigieux, décernés par la FIS : champion du monde en Coupe du monde (2009), champion du monde en ski sur bosses (2009) et champion du monde en bosses parallèles (2009).

Jeux olympiques d’hiver de 2010

Avant l’ouverture des Jeux olympiques d’hiver de 2010 à Vancouver, Alexandre Bilodeau est quatrième au classement mondial. Cypress Mountain, dans les environs de Vancouver, est une pente difficile et le jour de la compétition, elle est recouverte de neige fondue, mais le jeune skieur exécute un saut périlleux arrière parfait et ne commet aucune erreur durant son épreuve. Il obtient 26,75 points, devançant Dale Begg‑Smith, né au Canada, mais représentant l’Australie qui décroche l’argent avec 26,58 points et l’Américain Bryon Wilson, qui remporte le bronze avec 26,08 points. La médaille d’or d’Alexandre Bilodeau est la première médaille d’or jamais remportée par un Canadien au cours de Jeux olympiques se tenant au Canada et la première médaille d’or depuis celle de Jean‑Luc Brassard en 1994. Quand on lui demande qui sont ses sources d’inspiration, Alexandre Bilodeau nomme Jean-Luc Brassard et son frère Frédéric.

Compétitions 2010 à 2014

Durant les quatre années séparant les Jeux olympiques d’hiver de 2010 et de 2014, Alexandre Bilodeau remporte deux médailles aux Championnats du monde à l’épreuve de bosses en parallèle en 2011, à Deer Valley en Utah et en 2013 à Voss en Norvège. Il continue aussi à avoir du succès à l’épreuve de bosses remportant deux médailles d’argent aux Championnats du monde, puis se classant deuxième au circuit de la Coupe du monde en 2011 et en 2013.

Au début de 2014, Alexandre Bilodeau n’est pas parmi les favoris et ne peut donc pas défendre sa médaille d’or olympique aux Jeux olympiques d’hiver de 2014 à Sotchi. À l’époque, le meilleur skieur de bosses au monde est Mikaël Kingsbury de Québec. Celui‑ci était le champion du monde en titre, le champion de la Coupe du monde et le gagnant de la première des trois compétitions de la Coupe du monde de la saison 2013‑2014. Il est très déçu de terminer 1,74 point derrière Michaël Kingsbury à une Coupe du monde à Calgary le 4 janvier 2014 et pense alors qu’il mérite un meilleur pointage. Michaël Kingsbury l’emporte encore une fois sur Alexandre Bilodeau cinq jours plus tard à Deer Valley en Utah.

Le 11 janvier 2014, lorsqu’il bat de justesse Michaël Kingsbury par sept centièmes de points, ce qui lui vaut de remporter une autre épreuve de la Coupe du monde à Deer Valley en Utah, marque un tournant dans la saison d’Alexandre Bilodeau. Selon lui, la raison de ce succès tient dans son habileté à exécuter des techniques avec un grand niveau de difficulté, et ce, même dans les qualifications qui ne comptent pas pour le score total, mais qui servent à établir le classement final. Alexandre Bilodeau poursuit sa lancée et remporte encore deux Coupes du monde à Lake Placid, à New York et à Val‑Saint‑Côme au Québec avant de tenter de défendre sa médaille d’or olympique.

Alex Bilodeau, Sochi, 2014
Alexandre (Alex) Bilodeau, le 4 février 2014

Jeux olympiques d’hiver de 2014

Aux Jeux olympiques d’hiver de 2014 à Sotchi, Alexandre Bilodeau gagne sa deuxième médaille d’or consécutive devant Michaël Kingsbury qui remporte l’argent. Remporter l’or aux olympiques ne s’avère toutefois pas facile. Dans la première finale, où le nombre d’athlètes passe de 20 à 12, Alexandre Bilodeau termine à la huitième place après une chute. Dans la deuxième finale, le nombre passe de 12 à 6 et Alexandre Bilodeau se retrouve derrière Michaël Kingsbury et le Canadien Marc‑Antoine Gagnon.

Alex Bilodeau, Sochi, 2014
Alexandre (Alex) Bilodeau, le 10 février 2014.

Alexandre Bilodeau garde sa meilleure performance pour la fin. Dans la troisième finale, il exécute un saut périlleux arrière avec double vrille et un désaxé 1080 à la perfection affichant un score de 26,31 points. Les Jeux olympiques d’hiver de 2014 s’avèrent être une excellente compétition de bosses pour les hommes canadiens. À preuve, non seulement Alexandre Bilodeau et Michaël Kingsbury remportent les première et deuxième places, mais deux autres athlètes canadiens se classent également parmi les dix premiers avec Marc‑Antoine Gagnon et Philippe Marquis en neuvième place.

Kingsbury et Bilodeau, Sochi, 2014
Les Canadiens Mikael Kingsbury (à gauche) et Alexandre Bilodeau célèbrent leur médaille d'argent et d'or à l'épreuve masculine de ski sur bosses aux Jeux olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi. Ce dernier réussit donc à défendre son titre de champion olympique décroché en 2010 à Vancouver.
Kingsbury et Bilodeau, Sochi, 2014
Mikael Kingsbury (dossard no 1) et Alexandre Bilodeau (dossard no 2) remportent l'argent et l'or à l'épreuve masculine de ski sur bosses aux Jeux olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi, le 10 février.

Retraite

Alexandre Bilodeau se retire du ski acrobatique en octobre 2014. Il décroche un baccalauréat en administration des affaires de l’Université Concordia en 2016 et un diplôme d’études supérieures en comptabilité de HEC Montréal en 2017. Alexandre Bilodeau a été l’ambassadeur d’un nombre de marques, y compris KPMG Canada et Nike.

Alex et Frédéric Bilodeau, Sochi 2014
Alexandre Bilodeau cél\u00e8bre sa médaille d'or \u00e0 l'épreuve masculine de ski sur bosses avec son fr\u00e8re Frédéric aux Jeux olympiques de 2014 \u00e0 Sotchi. L'athl\u00e8te affirme que ce dernier, atteint de paralysie cérébrale depuis un tr\u00e8s jeune \u00e2ge, a été une source de motivation pour lui.

Philanthropie

Alexandre Bilodeau est le président d’honneur du Fonds Alexandre Bilodeau pour les sports adaptés au Centre de réadaptation MAB‑Mackay de Montréal. Le fonds sert à financer des programmes sportifs adaptés aux enfants souffrant d’une déficience motrice, auditive ou visuelle, ou d’un trouble du langage, comme l’hydrothérapie, l’hippothérapie (équitation adaptée), des activités sportives communautaires et des programmes d’entraînement pour des compétitions sportives. Il s’agit d’une cause qui tient à cœur à l’ancien athlète : « Puisque mon frère aîné Frédéric souffre de paralysie cérébrale, j’ai toujours été inspiré par des enfants atteints d’une déficience physique. C’est eux qui m’ont motivé à devenir un athlète. » Alexandre Bilodeau s’est impliqué dans la Cerebral Palsy Association in Alberta, dans l’Association de paralysie cérébrale du Québec et dans l’Association canadienne des centres de santé pédiatriques pour recherche sur la paralysie cérébrale. Il a aussi été le président du comité organisateur des Jeux du Québec de 2016 à Montréal.


Liens externes