Chris Hadfield

Chris Austin Hadfield, O.C., O.Ont, astronaute, pilote d’essai militaire (né le 29 août 1959 à Sarnia, en Ontario). Après une carrière distinguée de pilote d’essai, Hadfield devient astronaute en 1992. Au cours de cette nouvelle carrière, il sera l’auteur de plusieurs premières canadiennes : il est le premier Canadien à porter le titre de spécialiste de mission, à manœuvrer le Canadarm en orbite, à effectuer une sortie dans l’espace et à assurer le commandement de la Station spatiale internationale. Il est également le premier à réaliser un vidéoclip dans l’espace, une reprise de la chanson Space Oddity, de David Bowie, qui a ajouté à sa célébrité. En juillet 2013, Chris Hadfield se retire du Groupe des astronautes canadiens. En 2014, il commence à enseigner à l’Université de Waterloo dans le cadre du programme d’aviation.



Chris Hadfield
© Paul Mckinnon | Dreamstime.com
Chris Hadfield
L'astronaute de l'Agence spatiale canadienne Chris Hadfield manoeuvre le Canadarm durant la mission STS-74.

Éducation et début de carrière

Chris Hadfield obtient son diplôme d’études secondaires à la Milton District High School en 1977. Il a le pilotage dans le sang dès son plus jeune âge : son père, Roger, était pilote chez Air Canada et pilotait également son propre avion de voltige. Chris Hadfield est cadet de l’air, tout comme ses frères David et Philip, qui deviendront pilotes de ligne. Chris Hadfield choisit les forces armées, et obtient un diplôme en génie mécanique au Collège militaire royal du Canada de Kingston, en Ontario, en 1982.

Chris Hadfield amorce sa brillante carrière dans les Forces canadiennes en tant que pilote de CF-18 à Québec. En 1985, il est le premier pilote de CF-18 à intercepter un avion soviétique Bear dans l’espace aérien du Canada (voir Notre histoire en souvenirs : Chris Hadfield). Par la suite, il fréquente l’école des pilotes d’essai de l’armée de l’air américaine en Californie, où il reçoit le prix du meilleur étudiant en 1988. Il est ensuite nommé officier d’échange canadien à la base aéronavale américaine de Patuxent River, dans le Maryland, une pépinière renommée d’astronautes américains. En 1991, les Forces navales des États-Unis lui accordent le titre de pilote d’essai de l’année pour son travail très risqué, qui consiste à pousser hors contrôle des aéronefs de hautes performances et à trouver le moyen de les reprendre en main.

Chris Hadfield obtient une maîtrise en systèmes aéronautiques de l’Institut spatial de l’Université du Tennessee en 1992.

Points forts de sa carrière d’astronaute

En juin 1992, Chris Hadfield compte parmi les quatre personnes sélectionnées parmi 5 330 candidats pour participer au programme de formation d’astronautes de l’Agence spatiale canadienne (ASC). Il est alors affecté, avec son collègue Marc Garneau, au Centre spatial Johnson de la NASA, à Houston, au Texas, pour y suivre une formation de spécialiste de mission, dont les tâches comprennent notamment de faire fonctionner les différents systèmes à bord des navettes, comme le bras canadien (Canadarm), et de réaliser des sorties dans l’espace. Chris Hadfield est le premier Canadien à faire partie de l’équipe de soutien au lancement basée au Kennedy Space Center, en Floride. Il participe également au remaniement et à la modernisation du tableau de bord du poste de pilotage de la navette et il sera astronaute en chef à l’ASC de 1996 à 2000.

L'équipe d'astronautes canadiens en 1992
L'équipe d'astronautes de l'Agence spatiale canadienne en 1992. À l'arrière, de gauche à droite : Marc Garneau, Chris Hadfield, Bjarni Tryggvason et Steve MacLean. À l'avant, de gauche à droite : Mike McKay, Dave Williams, Julie Payette et Robert Thirsk.

Mission STS-74

En novembre 1995, Chris Hadfield prend part à la mission STS-74 à bord de la navette Atlantis en tant que spécialiste de mission 1. Il est alors le principal opérateur du CanadArm. La mission de huit jours, deuxième d’une série de sept amarrages entre la navette et la station spatiale russe Mir, est l’une des missions les plus complexes du programme de la navette sur le plan technique. Chris Hadfield utilise à cette occasion le Canadarm pour installer un module d’amarrage russe de 4 100 kg entre les deux engins. Il s’agit d’un tunnel qui permettra à l’équipage d’Atlantis de visiter la station spatiale russe. Il est le premier Canadien à être spécialiste de mission et à manœuvrer le bras spatial canadien en orbite, et le seul Canadien à être monté à bord de Mir.

Après ce vol, Chris Hadfield est nommé au poste de « capcom » (personne chargée de communiquer avec la capsule) pour la mission STS-77, à laquelle Marc Garneau participe en tant que spécialiste de mission en mai 1996. (Le terme capcom, dérivé de l’expression anglaise capsule communicator, qui désigne un poste au centre de contrôle des missions, remonte à l’époque où les vaisseaux spatiaux étaient appelés des « capsules ».) Chris Hadfield assumera les fonctions de capcom en chef de la NASA pour 25 missions de la navette.

L'équipe des astronautes canadiens (1998)
Debout, de gauche à droite : Dr Robert Thirsk, Dr Marc Garneau, Dr Dave Williams, Julie Payette; Assis, de gauche à droite : Lt-col. Chris Hadfield, Bjarni Tryggvason, Steve MacLean.

Missions STS-100

En avril 2001, Chris Hadfield est spécialiste de mission 1 pour la mission STS-100, qui consiste à aider à l’assemblage de la Station spatiale internationale (SSI). L’équipe de la navette Endeavour livre et installe à cette occasion le Canadarm2, une version améliorée du bras robotique conçu pour la SSI, et le module logistique polyvalent italien Raffaello. Durant ce vol de 11 jours, Chris Hadfield effectuera deux sorties dans l’espace, devenant par la même occasion le premier Canadien à quitter un vaisseau spatial et à flotter librement dans l’espace.

Cosmonaute

De 2001 à 2003, Chris Hadfield est affecté à la Cité des étoiles, en Russie, où il occupe le poste de directeur des opérations pour la NASA, au centre de formation des cosmonautes Youri-Gagarine. Son travail consiste notamment à coordonner et à diriger toutes les activités des équipages de la SSI en Russie, à superviser la formation des équipages et du personnel de soutien, et à négocier diverses politiques avec les responsables du programme spatial russe et d’autres partenaires internationaux. Il sera également mécanicien de bord de l’engin spatial russe Soyouz et habilité à porter la combinaison spatiale russe pour des sorties dans l’espace.

L'équipe d'astronautes canadiens en 2002
L'équipe d'astronautes de l'Agence spatiale canadienne en 2002. À l'arrière, de gauche à droite : Chris Hadfield, Dave Williams et Bjarni Tryggvason. À l'avant, de gauche à droite : Robert Thirsk, Julie Payette et Steve MacLean

Exploitation de la Station spatiale internationale

En 2003, alors qu’il est maintenant colonel, Chris Hadfield se retire de l’Aviation royale canadienne après 25 années de service. Il est par la suite affecté au Centre spatial Johnson, où il est restera de 2003 à 2008 en tant qu’astronaute civil de l’ASC.

De 2008 à 2009, Chris Hadfield est affecté comme relève de Robert Thirsk pour la mission Expedition 20/21 et s’entraîne alors en prévision de vivre et de travailler jusqu’à six mois à bord de la SSI. Au terme de cette affectation, il appuie la Direction de l’exploitation de la SSI et élabore des procédures d’urgence pour la station.

NEEMO

La NASA lance le programme NEEMO (NASA Extreme Environment Mission Operations) en 2001, et effectue des missions dans une station immergée au large des côtes de la Floride pour mettre à l’épreuve des techniques d’exploration et de survie dans des environnements extrêmes. Chris Hadfield est à la tête de NEEMO 14 en mai 2010, et utilise alors le plancher océanique pour simuler des missions d’exploration d’astéroïdes, de lunes et de Mars. Ces simulations permettent d’enseigner aux astronautes la façon d’utiliser l’équipement nécessaire à de telles missions, comme les combinaisons spatiales de pointe, les modules atterrisseurs, les rovers et les bras robotiques.

Lac Pavillon

En juin 2010, Chris Hadfield fait partie de l’équipe de chercheurs basée sur le lac Pavillon, à 420 km au nord-est de Vancouver. Ce lac est l’un des rares endroits sur Terre où les scientifiques peuvent trouver des microbialithes, ces formations sous-marines que l’on pense être composées de minuscules créatures aquatiques. Ces travaux de recherche, qui visent essentiellement à comprendre la façon dont ces microbialithes se forment, devraient aider les astronautes dans leur recherche d’éventuelles formes de vie lors des futures missions sur Mars.

Expédition 34/35

En septembre 2010, Chris Hadfield est affecté à l’expédition 34/35 sur la SSI, devenant ainsi le deuxième Canadien à participer à une mission de longue durée sur la station. Il s’envole à bord de l’engin spatial russe Soyouz le 19 décembre 2012. Le 13 mars 2013, il devient le premier Canadien à assumer les fonctions de commandant de la SSI. Il occupe ce poste durant la seconde moitié de son affectation qui court sur cinq mois.

Canadarm2
Le Canadarm2 après son installation sur la Station spatiale internationale; par l'astronaute de l'ASC Chris Hadfield et l'équipage de STS-100/6A .

Durant cette mission, Chris Hadfield effectue plusieurs expériences scientifiques, manœuvre le Canadarm 2 et coordonne une sortie d’urgence dans l’espace par des collègues astronautes pour réparer une fuite d’ammoniac à l’extérieur du vaisseau. Il est de retour sur Terre le 13 mai 2013. Durant ses 146 jours dans l’espace et les 2 336 orbites que la station a bouclées autour de la planète, il a parcouru près de 100 millions de km.

En juillet 2013, Chris Hadfield se retire de son poste d’astronaute actif et accepte, plus tard, un poste d’enseignement dans le programme d’aviation de l’Université de Waterloo où il débute à l’automne 2014. Il donnera également plusieurs conférences publiques et animera Generator, une émission de variétés axée sur la science et tournée en direct de Toronto.

Astronaute célèbre

Avec l’aide de son fils Evan, Chris Hadfield a fait un usage sans précédent des médias sociaux durant son séjour à bord de la SSI. Musicien et photographe accompli, il a partagé des chansons et des images de l’espace, de même que des séquences vidéo informatives. Ses excellentes compétences en communication, son entregent et son enthousiasme contagieux ont fait de lui une célébrité internationale qui a rassemblé des fidèles d’un peu partout dans le monde grâce à Twitter, Facebook et YouTube. Son interprétation de la chanson « Space Oddity », de David Bowie, est la première vidéo musicale enregistrée dans l’espace. Elle a été visionnée des millions de fois sur YouTube.

LE SAVIEZ-VOUS?
Lorsque William Shatner, acteur célèbre pour son interprétation du capitaine Kirk dans Star Trek, lui demande via Tweeter « Gazouillez-vous de l’espace? », Chris Hadfield lui répond : « Oui, en orbite standard, Capitaine. Et nous détectons des signes de vie en surface. »

Vie personnelle

En 1981, Chris Hadfield épouse Helene Walter (aujourd’hui Hadfield), qui a travaillé dans divers domaines en plus d’avoir étudié la comptabilité et le droit. Le couple s’est rencontré alors qu’ils étaient tous les deux étudiants à l’école secondaire White Oaks d’Oakville, en Ontario. Ils ont trois enfants adultes : Kyle, Evan et Kristin. Parmi ses passe-temps, Chris Hadfield compte notamment divers sports, la musique et l’écriture.

Livres

An Astronaut’s Guide to Life on Earth (2013;        

Guide d’un astronaute pour la vie sur Terre).

You Are Here: Around the World in 92 Minutes (2014; Vous êtes ici : Ce que vous découvririez de la terre si vous étiez un cosmonaute).

The Darkest Dark (2016; Plus noir que la nuit), coécrit avec Kate Fillion et illustré par les Fan Brothers.

Distinctions honorifiques et prix

En 2006, la Monnaie royale canadienne  a commémoré les sorties dans l’espace effectuées par Chris Hadfield en 2001 en les immortalisant sur des pièces en argent et en or. Des écoles publiques de Bradford et de Milton, en Ontario, ont été baptisées en son honneur, tout comme l’astéroïde numéro 14143, un atelier de fabrication de fusées de la NASA et l’aéroport Chris Hadfield de Sarnia. En plus de ces hommages, Chris Hadfield s’est vu décerner de nombreuses autres distinctions honorifiques tout au long de sa carrière :

  • Prix Liethen-Tittle décerné au pilote s’étant le mieux illustré durant sa formation à l’école de pilote d’essai de l’US Air Force (1988)
  • Pilote d’essai de l’année de la marine américaine (1991)
  • Doctorat honorifique en génie du Collège militaire royal (1996)
  • Ordre de l’Ontario (1996)
  • Doctorat honorifique en Droit de l’Université Trent (1999)
  • Prix Vanier (2001)
  • Croix du service méritoire, division militaire (2001)
  • Médaille pour service exceptionnel de la NASA (2002)
  • Médaille du jubilé d’or (2003)
  • Intronisation au Temple de la renommée de l’aviation canadienne (2005)
  • Médaille du jubilé de diamant (2012)
  • Croix du service méritoire, division civile (2013)
  • Diplôme honorifique du Nova Scotia Community College (2014)
  • Officier de l’Ordre du Canada (2014)
  • Intronisation dans l’Allée des célébrités canadiennes (2018)

En savoir plus // Chris Hadfield