Inventions et innovations technologiques canadiennes

La technologie désigne la manipulation du monde physique pour atteindre des buts humains. Beaucoup de personnes au Canada ont inventé ou amélioré des technologies afin de répondre aux besoins et aux désirs des êtres humains. Ces inventions et innovations ont transformé la manière dont les gens travaillent, communiquent entre eux et voient le monde qui les entoure. Voici quelques-unes des inventions et innovations technologiques développées au Canada. Vous en reconnaîtrez sûrement plusieurs.

La technologie désigne la manipulation du monde physique pour atteindre des buts humains. Beaucoup de personnes au Canada ont inventé ou amélioré des technologies afin de répondre aux besoins et aux désirs des êtres humains. Ces inventions et innovations ont transformé la manière dont les gens travaillent, communiquent entre eux et voient le monde qui les entoure. Voici quelques-unes des inventions et innovations technologiques développées au Canada. Vous en reconnaîtrez sûrement plusieurs.


Corne de brume à vapeur

La corne de brume à vapeur est une innovation technologique qui a amélioré la sécurité en mer et sauvé la vie de nombreux marins aux prises avec le brouillard. L’appareil a été mis au point par Robert Foulis, un ingénieur civil, qui s’était installé à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, en 1822. (Voir aussi Ingénierie.)

L’idée de la corne de brume vient à Robert Foulis en 1854 à la suite du naufrage du SS Arctic, un vaisseau qui est entré en collision avec un autre vapeur au large de Terre-Neuve à cause d’un épais brouillard. Robert Foulis pose l’hypothèse qu’un sifflet à vapeur utilisant un système de signaux sonores codés constituerait une alarme efficace en cas de brouillard. Chaque site émettrait un code distinct, afin d’aider les marins à déterminer leur localisation exacte.

En 1859, une corne de brume à vapeur est installée sur l’île Partridge. Robert Foulis ne demande pas de brevet et ne tire aucun profit de son invention. En fait, ce n’est qu’après la publication d’un rapport gouvernemental, en 1864, qu’il sera reconnu comme l’inventeur de la corne de brume à vapeur.

Jolly Jumper

Olivia Poole est une des premières femmes autochtones du Canada à obtenir un brevet pour une invention, le Jolly Jumper.

Olivia Poole grandit dans la réserve ojibwée de White Earth, dans le Minnesota, avant de déménager en Ontario puis de s’installer à Vancouver en 1942. En 1910, après la naissance de son premier bébé, elle se souvient des planches porte-bébé que les mères utilisaient dans la réserve de White Earth. Ces planches porte-bébé permettaient aux mères et aux gardiennes d’enfants de jouir d’une liberté accrue pour vaquer aux tâches quotidiennes, tandis que leur enfant était en sécurité sur la planche. Certaines mères suspendaient les planches à une solide branche d’arbre ou à une structure pour en faire une sorte de hamac ou de balançoire, procurant un amusement au bébé. S’inspirant de la planche porte-bébé, Olivia Poole conçoit un dispositif comparable, permettant aux jambes du bébé de pendre librement. Baptisant son invention « Jolly Jumper », elle l’utilisera pour ses sept enfants.

Encouragée par sa famille, Olivia Poole décide de mettre son invention sur le marché. Au début des années 1950, le Jolly Jumper entre en production de masse. En 1957, Olivia Poole obtient un brevet pour le Jolly Jumper. La famille Poole vend l’entreprise dans les années 1960. Aujourd’hui, la marque est détenue par une compagnie basée à Mississauga, en Ontario.

Converto-Braille

Le Converto-Braille est un appareil informatisé qui convertit les textes de l’alphabet latin vers le braille, un système d’écriture utilisé par les personnes atteintes d’une déficience visuelle. Le Converto-Braille a été inventé par Roland Galarneau de Hull, au Québec.

Né avec une vision limitée à 2 %, Roland Galarneau puise l’inspiration de son invention dans son expérience personnelle. Au début des années 1960, il développe l’idée d’un système informatisé capable de convertir des textes de l’alphabet latin au braille. Il est convaincu que si le braille devient plus facile et moins coûteux à traduire, plus de textes seront publiés et les gens liront davantage. Dans le sous-sol où il a installé son atelier, il invente le Converto-Braille, une imprimante informatisée capable de convertir les textes en braille à la vitesse de 100 mots à la minute. Roland Galarneau met au point des versions plus rapides du Converto-Braille dans les années 1970.

Le Converto-Braille a été une innovation très importante pour les personnes atteintes d’une déficience visuelle car il a considérablement amélioré leur accès à la littérature et l’information écrite.

Canadarm

Canadarm2

Le Canadarm, aussi connu sous le nom de télémanipulateur de la navette spatiale (Shuttle Remote Manipulator System ou SRMS), est un bras robotique contrôlé à distance. Le programme Canadarm, au coût de 110 millions de dollars, est développé en grande partie par l’industrie canadienne sous la direction du Conseil national de recherches du Canada. L’équipe industrielle, dirigée par Spar Aerospace Ltée, comprend CAE Electronics Ltée et DSMA Atcon Ltée. Le contrat du Canadarm est conclu avec la NASA en février 1981 à l’usine torontoise de Spar Aerospace, où il sera construit. Après avoir été soigneusement transporté en camion jusqu’au Kennedy Space Center, il est intégré à la navette spatiale Columbia en juin.

Le premier vol du Canadarm se déroule à bord de Columbia le 13 novembre 1981. Durant ses 30 années de service dans le programme de navettes spatiales de la NASA, le bras robotique est utilisé pour capturer et réparer des satellites, positionner des astronautes, assurer des opérations d’entretien et déplacer des cargaisons.

La carrière du Canadarm s’est terminée en juillet 2011 (après la dernière mission du programme de navettes spatiales), mais il n’a pas été oublié pour autant. Le « bras canadien » a établi la réputation du Canada en tant que leader en innovation technologique et a servi de modèle pour une série de robots canadiens utilisés dans la Station spatiale internationale, incluant Canadarm2.

BlackBerry

BlackBerry Ltée (auparavant Research In Motion) est une entreprise de communications mobiles fondée en 1984 par Mike Lazaridis et Doug Fregin à Waterloo, en Ontario. Le précurseur du téléphone intelligent BlackBerry est le RIM Inter@ctive Pager 900, lancé en 1996. Ce téléavertisseur bidirectionnel est équipé d’un clavier QWERTY et capable d’envoyer des télécopies et des courriels.

Le saviez-vous ?

Quand les responsables de l’image de marque de Research in Motion ont cherché le nom du nouveau RIM Inter@ctive Pager 900, ils ont trouvé que son clavier ressemblait à des graines de fraises, ce qui les a amenés à penser à des noms de fruits et légumes. Ils ont finalement choisi le nom BlackBerry (mûre), qui évoque le boîtier noir de l’appareil.


En 2002, RIM lance le BlackBerry 5810, son premier appareil capable de faire des appels téléphoniques. Après le lancement de son téléphone intelligent en 2002, le BlackBerry devient rapidement un gadget technologique indispensable, d’abord chez les gens d’affaires, puis dans le grand public. Le BlackBerry révolutionne les communications et contribue à créer un marché pour les téléphones intelligents.