Julian Byng, vicomte de Vimy



Byng of Vimy, vicomte de
Julian Hedworth George Byng, mai 1917. Byng a agi honn\u00eatement dans l'affaire qui l'a oppos\u00e9 \u00e0 King, mais il a quitt\u00e9 le Canada dans la confusion (avec la permission des Biblioth\u00e8que et Archives Canada/PA-1356).

Julian Hedworth George Byng, vicomte de Vimy, gouverneur général du Canada de 1921 à 1926 (Wrotham Park, Angl., 11 sept. 1862 -- Thorpe-le-Soken, Angl., 6 juin 1935). Aristocrate britannique et officier de cavalerie, il est nommé en mai 1916 commandant du Corps canadien qu'il dirige durant l'attaque de la crête de Vimy en avril 1917. Il est promu commandant de la 3e armée britannique. En 1921, on consulte officiellement le gouvernement canadien pour la première fois sur le choix du gouverneur général, poste auquel Byng est un candidat important. Mais le premier ministre Arthur Meighen préfère plutôt un civil. Il est finalement choisi, car il est libre et disposé à assumer le poste. En avril 1926, le premier ministre Mackenzie King déclare que Byng est le candidat idéal. En juin, toutefois, Byng rejette la demande de King de dissoudre le Parlement, ce qui précipite l'affaire King-Byng. Même s'il a agi honnêtement et correctement (selon la plupart des spécialistes constitutionnels), son départ du Canada n'en est pas moins assombri. Comme dernière fonction importante, il agit à titre de commissaire principal de la London Metropolitan Police de 1928 à 1931. Son épouse Evelyn a écrit un ouvrage émouvant sur le Canada : Up the Stream of Time (1945). En 1925, elle fait don du trophée Lady-Byng décerné annuellement par la Ligue nationale de hockey au joueur s'étant le plus distingué par son esprit sportif et son excellence.


Liens externes