Prix Juno

​Les prix Juno sont les prix d’excellence remis par l’industrie de la musique canadienne et administrés par l’Académie canadienne des arts et des sciences de l’enregistrement (CARAS) depuis 1975, année de la première télédiffusion de la cérémonie.

Les prix Juno sont les prix d’excellence remis par l’industrie de la musique canadienne et administrés par l’Académie canadienne des arts et des sciences de l’enregistrement (CARAS) depuis 1975, année de la première télédiffusion de la cérémonie. La popularité de cette dernière croît exponentiellement depuis 1995, lorsqu’elle devient un événement ouvert au public tenu dans une salle de concert. Dès le début des années 2000, la semaine précédant les Juno devient l’occasion pour le public d’assister à plusieurs événements de divertissement, notamment le Cercle des auteurs-compositeurs, le JunoFest, le Juno Fan Fare et la Coupe Juno, joute de hockey caritative. Les prix Juno comprennent aussi le Panthéon de la musique canadienne, créé par la CARAS en 1978.

Origine

Les prix Juno naissent en 1964 sondage des lecteurs mené par le périodique spécialisé dans l’industrie de la musique canadienne RPM. L’éditeur et rédacteur en chef de RPM, Walt Grealis, et le producteur Stan Klees fondent ces prix pour faire mieux connaître les artistes canadiens auprès du public. De 1964 à 1969, le nom des gagnants est publié dans l’édition de fin d’année de RPM. En 1970, les prix font pour la première fois l’objet d’une cérémonie, au St. Lawrence Hall, de Toronto. En 1971, on les rebaptise « prix Juno » du nom de la déesse romaine et en l’honneur de Pierre Juneau, premier président du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) qui instaure cette même année un quota relatif au contenu canadien dans les radios du pays.

Fondation de la CARAS

Les lauréats continuent à être choisis par les lecteurs de RPM jusqu’à la création, en 1975, de l’Académie canadienne des arts et des sciences de l’enregistrement (CARAS), dont le principal objectif est de superviser la cérémonie annuelle des Juno. Le vote est réservé en grande partie aux membres de la CARAS, dont l’adhésion est ouverte aux personnes travaillant dans l’industrie de l’enregistrement. C’est aussi en 1975 que la CBC télédiffuse la cérémonie pour la première fois, permettant à l’événement d’obtenir une renommée encore plus grande. En 1982, l’émission attire plus de 2 millions de téléspectateurs; en 2009, on dépasse le cap des 4 millions. La CTV prend le relais en tant que télédiffuseur des Juno en 2002.

En 1978, la CARAS fonde le Panthéon de la musique canadienne, et fait d’Oscar Peterson et de Guy Lombardo ses premiers intronisés. En reconnaissance des efforts de Walt Grealis pour la promotion de l’industrie, la CARAS crée, en 1985, le Walt Grealis Special Achievement Award, qui récompense le rôle clé que les membres de la communauté musicale canadienne ont joué dans l’établissement d’une industrie prospère et locale.

Processus de sélection

Les catégories et titres des récompenses ont varié d’année en d’année pour s’adapter aux changements et aux développements de l’industrie. En 1964, on compte 16 catégories, contre 42 en 2014. Le processus de sélection varie aussi beaucoup avec le temps et parfois aussi selon la catégorie. Est considérée toute musique parue durant la période d’admissibilité (s’étalant sur une année) et soumise à la CARAS par les artistes ou leurs gérants dans des catégories précises. Généralement, un groupe de juges détermine les artistes en nomination dans chaque catégorie durant un vote en octobre, suivi d’un second vote à la fin de janvier pour décider du vainqueur. Les votes au deuxième tour sont compilés auprès de tous les membres de la CARAS, sauf dans le cas des catégories de genre qui sont la responsabilité d’un panel. Le nom des artistes en nomination est annoncé aux médias en février, et l’identité des gagnants est révélée durant la cérémonie, en mars.

Les panels, constitués de professionnels de différents domaines de l’industrie et provenant de partout au Canada, changent chaque année. Chaque catégorie est supervisée par un comité consultatif, qui s’assure que chaque soumission répond aux critères d’admissibilité.

Depuis 1993, les nominations de huit catégories sont déterminées au moins en partie par les ventes intérieures. C’est le cas des prix de l’album et de l’album international de l’année, qui ont pour critère exclusif les ventes d’albums. Les candidats pour le prix de l’artiste, du groupe et de la découverte de l’année sont choisis en fonction des ventes d’albums, du vote des juges et des données en ligne compilées par l’entreprise d’analyse Next Big Sound, alors que ceux pouvant prétendre à l’album populaire et à l’album rock de l’année sont sélectionnés en fonction des ventes et du vote des juges. Les gagnants de ces huit catégories sont déterminés grâce au vote final des membres de la CARAS.

Les artistes en nomination pour le Juno du choix du public, créé en 2003, sont choisis en combinant les ventes intérieures et les données de Next Big Sound. De 2003 à 2011, ce sont les cinq artistes ayant les plus hauts scores à ces critères qui sont mis en nomination. À partir de 2012, toutefois, la sélection est élargie à 10 candidats. Le gagnant est choisi à l’issue d’un vote en ligne auprès du public.

Cérémonie et événements connexes

Il faut attendre l’année 1991 pour que les prix Juno délaissent Toronto pour la première fois, au profit de Vancouver et de son Queen Elizabeth Theatre. La popularité de la cérémonie croît exponentiellement en 1995, lorsqu’elle devient un événement ouvert au public ayant lieu dans une salle de concert. Le baptême de ce nouveau format a lieu au Copps Coliseum, à Hamilton, et attire plus de 10 000 admirateurs. Le 25e anniversaire des prix Juno est souligné en 1996 avec le lancement de Oh What a Feeling, coffret souvenir contenant un livre et 4 disques se vendant à plus d’un million d’exemplaires. Il s’agit du premier coffret à obtenir une certification diamant dans l’histoire du Canada. Des coffrets semblables sont d’ailleurs lancés en 2001 et en 2006 pour marquer les 30e et 35e anniversaires des Juno, le plus récent coffret obtenant même une certification platine. Dès 2003, les prix Juno lancent un disque compilation annuel.

Vancouver est l’hôte des prix Juno pour une seconde fois en 1998, cette fois-ci dans la plus imposante salle GM Place. La popularité sans cesse croissante de la cérémonie rend permanente l’utilisation de salles de concert plus grandes, commencée en 1995. De 1999 à 2001, les Juno ont lieu à Hamilton ou à Toronto. À partir de 2002, la CARAS commence à déplacer l’événement pour rejoindre les mélomanes de part et d’autre du pays, comme en témoigne la cérémonie qui a lieu à St. John’s cette année-là. L’édition 2002 est aussi marquante, car il s’agit de la première fois que l’on tient la cérémonie sur deux soirs; la plupart des prix sont donnés devant un public composé des gens de l’industrie le samedi, alors que la soirée du dimanche, télédiffusée, présente les prix plus prestigieux, entrecoupés de nombreuses prestations musicales.

Depuis 2001, des événements connexes précèdent la fin de semaine des Juno, notamment le Cercle des auteurs-compositeurs, commandité par la CMPA, la SAC et la SOCAN. Inspiré de l’événement annuel du même nom organisé par les Prix de la musique de la côte est (ECMA), le Cercle est un concert informel et intime rassemblant sur scène des artistes qui partagent leurs pièces ou leurs histoires, le tout au profit de Band Aid, programme de soutien de la CARAS qui vise à améliorer l’éducation musicale au Canada en offrant des bourses individuelles dans un certain nombre d’écoles canadiennes.

En 2002, la CARAS lance le JunoFest et le Juno Fan Fare pour permettre aux musiciens canadiens de rencontrer leurs admirateurs. Le JunoFest est un événement public payant s’étalant sur deux jours qui présente des concerts dans les salles de la ville-hôte, alors que le Juno Fan Fare est une foire publique gratuite qui permet au public de rencontrer ses artistes et groupes préférés. En 2004, Jim Cuddy, du groupe Blue Rodeo, fonde la Coupe Juno, joute de hockey caritative opposant des musiciens canadiens à d’anciennes étoiles de la LNH au profit de MusiCounts, organisation chapeautant le programme Band Aid.

Autres récompenses pour la musique canadienne

Les prix Juno se consacrent principalement au côté anglophone de l’industrie de la musique canadienne. Au Québec, les Juno ont pour équivalent les prix Félix, créés en 1979 (voir aussi ADISQ). D’autres associations régionales de musique organisent aussi leurs prix et leurs cérémonies pour promouvoir l’industrie et les artistes locaux. Les provinces des Maritimes, par exemple, présentent les Prix de la musique de la côte est (appelés « Prix de la musique des Maritimes » avant 1991) depuis 1989. En 2002, la Prairie Music Alliance, qui représente le Manitoba, la Saskatchewan et l’Alberta, s’élargit et devient, en incorporant les associations de la Colombie-Britannique et du Yukon, la Western Canadian Music Alliance (WCMA). Cette dernière organise la cérémonie annuelle des Western Canadian Music Awards depuis 2003.


Music of
Prix Juno

Twitter // Prix Juno

Liens externes