Royal Canadian Regiment

​Le Royal Canadian Regiment (RCR) est l’un des trois régiments d’infanterie permanents de la Force régulière des Forces canadiennes.

Le Royal Canadian Regiment (RCR) est l’un des trois régiments d’infanterie permanents de la Force régulière des Forces canadiennes. Le quartier général du régiment est situé à Petawawa, en Ontario. La fière tradition de service militaire du RCR, qui est composé de trois bataillons et d’un bataillon de réserve, remonte à 1863.

Débuts

L’histoire du régiment, qui n’adopte officiellement le nom de « Royal Canadian Regiment » qu’en 1902, date de l’époque coloniale. Au XIXe siècle, il participe à de nombreux conflits nationaux, notamment lors des attaques des fenians, en 1866, de la Rébellion du Nord-Ouest, en 1885, et au sein de la Troupe de campagne du Yukon.

En 1893, la reine Victoria accorde au régiment le droit de porter son monogramme royal. Ses initiales, VRI, correspondent à « Victoria Regina Imperatrix », mots latins qui veulent dire « Victoria Queen Empress ». Elles sont inscrites sur l’insigne de coiffure du RCR.

Le RCR participe aussi à la guerre des Boers, premier conflit outre-mer du Canada. Il s’y rend le 30 octobre 1899 sous le commandement du lieutenant-colonel William Dillon Otter. En février 1900, le régiment joue un rôle décisif dans la bataille de Paardeberg. Il vient à bout d’une grande armée boer, donnant ainsi aux Britanniques leur première victoire importante de la guerre.

Première Guerre mondiale

Lorsqu’éclate la Première Guerre mondiale, le RCR est en garnison aux Bermudes. Il n’arrive en France qu’en novembre 1915. Tout au long de la guerre, le RCR combat au sein de la 7e Brigade d’infanterie canadienne de la 3e Division d’infanterie canadienne en France et en Flandre. L’unité combat lors des batailles du mont Sorrel, de la Somme, d’Arras, de la crête de Vimy et de Passchendaele, et pendant l’offensive des 100 jours de 1918.

Parmi ses soldats qui se sont distingués, l’unité compte le lieutenant Milton Fowler Gregg (1892-1978), un Néobrunswickois qui sera plus tard député fédéral et ministre. Après avoir joint le RCR, il obtient la Croix militaire en 1917, suivie d’une barrette de médaille en 1918. Lors de la bataille du Canal du Nord (pendant l’offensive des 100 jours de 1918), Milton Fowler Gregg se voit décerner la croix de Victoria pour bravoure après avoir mené un assaut sur les tranchées allemandes. Blessé à deux reprises, il tue ou blesse 11 soldats ennemis, et son unité capture des douzaines de prisonniers et 12 mitrailleuses.

À la fin de la Grande Guerre, le RCR est intégré à l’Armée permanente du Canada. Il fournit des instructeurs à des unités de milice situées en Ontario, au Québec et en Nouvelle-Écosse.

Deuxième Guerre mondiale

Au début de la Deuxième Guerre mondiale, le RCR est déployé en Angleterre au sein de la 1re Division d’infanterie canadienne. Il s’entraîne pendant près de quatre ans avant d’être lancé dans le feu de l’action lors de l’invasion de la Sicile (opération Husky) et de l’intervention amphibie de Reggio de Calabre, en Italie continentale. Le RCR participe à la campagne italienne, notamment à des batailles cruciales près d’Ortona, dans la vallée de la rivière Moro, en décembre 1943, et aux batailles sur la ligne Hitler et la ligne Gothique, en 1944.

En février 1945, le régiment est dépêché avec la Première Armée canadienne dans le nord-ouest de l’Europe dans le cadre de l’opération Goldflake, puis participe à la libération de la ville d’Apeldoorn, en Hollande. Après avoir été décoré de plus de deux douzaines d’inscriptions au drapeau, le RCR retourne au Canada en 1945.

Guerre froide

Lors de la guerre de Corée (1950-1953), le RCR participe aux campagnes menées contre les Forces chinoises et coréennes par les Nations Unies. Le régiment prend part aux efforts de stabilisation du 38e parallèle, et combat à Chail-li, à Kowang-San (colline 355) et sur la ligne Jamestown (colline 187).

Pendant la majeure partie de la guerre froide, le RCR envoie des troupes en rotation en Allemagne de l’Ouest en guise de contribution du Canada aux Forces de l’OTAN, stationnées en Europe.

Pendant la crise d’Octobre, en 1970, le gouvernement fédéral déploie des membres du RCR au Québec en réaction aux activités terroristes du Front de libération du Québec. Le régiment est aussi envoyé par le gouvernement à Kahnawake, au Québec, durant la crise d’Oka, en 1990.

Missions de paix

De 1966 à 1993, le RCR participe à l’effort du Canada aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies à Chypre (UNFICYP).

À l’issue de la guerre froide, le RCR réoriente ses efforts de maintien de la paix vers la Yougoslavie. Les premières unités envoyées sont rattachées au Royal 22e Régiment pour assurer la sécurité à l’aéroport de Sarajevo pendant la guerre en Bosnie. Le groupement tactique entier du RCR est ensuite déployé sous le commandement du major-général Lewis MacKenzie dans la Force de protection des Nations Unies (FORPRONU) à Sarajevo, puis avec la Force de stabilisation (SFOR) de l’OTAN dans les Balkans.

Des membres du RCR participent aussi à des missions d’aide humanitaire, de maintien de la paix et de surveillance en Haïti, en Érythrée et au Kosovo.

Guerre du Golfe et Afghanistan

En 1990 et 1991, des unités du RCR prennent part à la guerre du golfe Persique. Elles protègent un terrain d’aviation et un hôpital de campagne canadien, situés dans la région. En mai 2003, dans la foulée des attentats terroristes perpétrés contre les États-Unis en 2001, le RCR se joint à la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) dirigée par l’OTAN à Kaboul, en Afghanistan.

Le RCR est l’une des unités canadiennes les plus actives en Afghanistan. Il lutte contre l’insurrection, et mène des opérations de combat dans la province de Kandahar, au sud du pays, à partir de 2006. Il dirige des missions de formation des Forces de sécurité afghanes à Kaboul jusqu’en 2012.


Liens externes