Sheldon Kennedy

Sheldon Kennedy, C.M., O.M., O.E.A., joueur de hockey, militant (né le 15 juin 1969 à Brandon, au Manitoba). Sheldon Kennedy est un joueur professionnel de hockey sur glace, aujourd’hui à la retraite, et un défenseur de la cause des enfants, militant pour la prévention de la maltraitance. Il faisait partie de l’équipe gagnante du Championnat du monde junior de 1988 et a été capitaine des Broncos de Swift Current, qui ont remporté la Coupe Memorial, en 1989, avant de jouer huit saisons dans la Ligue nationale de hockey (LNH). En 1996, il a dévoilé avoir été victime de violences sexuelles commises par son ancien entraineur de hockey junior. Nommé Personnalité médiatique de l’année par la Presse Canadienne, en 1997, il s’est mué en orateur public et en militant. Il est membre de l’Ordre du Manitoba, de l’Ordre d’excellence de l’Alberta et de l’Ordre du Canada. Il a été intronisé au Manitoba Sports Hall of Fame et a reçu l’Ordre du hockey au Canada.

Sheldon Kennedy, C.M., O.M., O.E.A., joueur de hockey, militant (né le 15 juin 1969 à Brandon, au Manitoba). Sheldon Kennedy est un joueur professionnel de hockey sur glace, aujourd’hui à la retraite, et un défenseur de la cause des enfants, militant pour la prévention de la maltraitance. Il faisait partie de l’équipe gagnante du Championnat du monde junior de 1988 et a été capitaine des Broncos de Swift Current, qui ont remporté la Coupe Memorial, en 1989, avant de jouer huit saisons dans la Ligue nationale de hockey (LNH). En 1996, il a dévoilé avoir été victime de violences sexuelles commises par son ancien entraineur de hockey junior. Nommé Personnalité médiatique de l’année par la Presse Canadienne, en 1997, il s’est mué en orateur public et en militant. Il est membre de l’Ordre du Manitoba, de l’Ordre d’excellence de l’Alberta et de l’Ordre du Canada. Il a été intronisé au Manitoba Sports Hall of Fame et a reçu l’Ordre du hockey au Canada.


Premières années

Sheldon Kennedy nait à Brandon, au Manitoba, et grandit dans la ville voisine d’Elkhorn. Sa famille exploite une ferme laitière où le jeune garçon aide à traire les vaches, lorsqu’il ne s’adonne pas une activité sportive : le baseball, en été et le hockey, en hiver.

Il ne lui faut pas longtemps avant de devenir un joueur de hockey hors pair. À l’âge de 13 ans, il attire l’attention du dépisteur et entraineur Graham James, qui a, à son actif, outre le recrutement du natif de Brandon, celui d’un autre Manitobain et futur joueur de la LNH, Theoren Fleury. Sheldon Kennedy débute sa carrière en hockey junior dans la Ligue de hockey junior du Manitoba avec les South Blues Winnipeg, alors entrainés par Graham James. Au cours de la saison 1985‑1986, il joue à l’aile droite, accumulant 75 points et 103 minutes de pénalité, en 43 matchs. La saison suivante, il intègre, à la faveur d’un échange, les Broncos de Swift Current de la Ligue de hockey de l’Ouest (LHO), où Graham James est entraineur‑chef et directeur général.

Accident d’autobus et Coupe Memorial

Le 30 décembre 1986, Sheldon Kennedy et les Broncos de Swift Current sont en route vers Regina sur la Transcanadienne, lorsque l’autobus de l’équipe glisse sur de la glace noire, avant de s’écraser. Quatre joueurs des Broncos sont tués : Trent Kresse, Scott Kruger, Chris Mantyka et Brent Ruff. Le natif de Brandon et Joe Sakic, future étoile de la LNH et membre du Temple de la renommée du hockey, font partie des survivants.

En 1988, Sheldon Kennedy est membre de l’équipe masculine canadienne, médaillée d’or au Championnat mondial de hockey junior, à Moscou. Il est à nouveau sélectionné dans l’équipe l’année suivante et marque sept points en sept matchs, le Canada terminant alors quatrième.

Sheldon Kennedy est nommé capitaine des Broncos de Swift Current, au cours de la saison 1988‑1989. Il marque 58 buts en 51 matchs, menant l’équipe à une première place de son association et à une participation, en 1989, à la Coupe Memorial, à Saskatoon. Cette année‑là, les Broncos atteignent, face à l’équipe hôte des Blades de Saskatoon, la finale jouée à guichets fermés et largement suivie à la télévision nationale. Au cours de la deuxième période, Sheldon Kennedy marque un but, donnant rapidement l’avantage aux Broncos, qui remportent finalement le trophée en prolongation. Dans la foulée de ce titre, l’entraineur Graham James est nommé Homme de l’année 1989 par Hockey News.

Image intégrée de Getty Images

Carrière en LNH

Avant la saison 1988‑1989, au cours de laquelle il remporte la Coupe Memorial, Sheldon Kennedy est sélectionné par les Red Wings de Detroit au quatrième tour (en 80e position) du repêchage d’entrée 1988 de la LNH. Il fait ses débuts en LNH lors de la saison 1989‑1990 et inscrit son premier point dans la ligue, le 5 décembre 1989, avec une aide sur un but de Gérard Gallant, en troisième période. Son premier but en LNH arrive le 10 février 1990, contre les Flames de Calgary. En tant que recrue, il inscrit deux buts et offre sept aides, en 20 matchs. Lors de cette saison, il joue 26 matchs avec la filiale des Red Wings en ligue mineure, les Red Wings d’Adirondack, marquant 26 points.

Après quatre saisons au cours desquelles il alterne entre Detroit et Adirondack, Sheldon Kennedy est échangé aux Jets de Winnipeg, le 25 mai 1994. Cependant, il ne jouera pas avec sa nouvelle équipe en raison d’une saison écourtée par le lockout. Il poursuit sa carrière dans la LNH, avec les Flames de Calgary et les Bruins de Boston. Il prend sa retraite du hockey professionnel à l’issue de la saison 1998‑1999. Il a joué 24 matchs pour le Moose du Manitoba, en Ligue internationale de hockey, et 13 matchs pour le club allemand d’EV Landshut.

Image intégrée de Getty Images

Survivant de violences sexuelles

À l’été 1996, Sheldon Kennedy communique avec le service de police de Calgary, révélant que, pendant toute la durée de sa carrière dans le hockey junior carrière, il a été victime de violences sexuelles commises par son entraineur Graham James. Il raconte que le premier incident a eu lieu en 1984, lorsque ses parents lui ont permis de passer une fin de semaine au domicile de son agresseur afin de planifier sa future carrière dans le hockey. Devant les journalistes, il déclare : « Au hockey, l’entraineur est un personnage tellement respecté! Lorsque vous vous éloignez de la maison, vos parents vous disent “Fait ce qu’il dit”; et bien, à cet âge, vous écoutez, c’est la première étape pour atteindre votre objectif de jouer chez les pros. »

Sheldon Kennedy témoigne que son entraineur l’a agressé sexuellement plus de 350 fois, entre 1984 et 1990, ces violences n’ayant pris fin qu’après le début de sa carrière de joueur professionnel. Sur la base du rapport initial du joueur du Manitoba, la police de Calgary estime qu’entre 25 et 100 mineurs ont été victimes de Graham James.

Image intégrée de Getty Images


Le 29 octobre 1996, le Calgary Sun, qui avait auparavant raconté que la police enquêtait sur l’entraineur, nomme Sheldon Kennedy comme victime présumée, incitant ce dernier à se manifester et à raconter son histoire publiquement. Le 22 novembre 1996, Graham James est mis en accusation, sous deux chefs d’agression sexuelle, contre le natif de Brandon et contre une autre victime dont le nom n’est pas mentionné. Le 2 janvier 1997, l’accusé plaide coupable et est condamné à trois ans et demi de prison. L’Association canadienne de hockey (aujourd’hui Hockey Canada) lui interdit également d’entrainer à vie. En 2013, Hockey News annule son prix d’Homme de l’année.

Souffrant d’alcoolisme et de cocaïnomanie, Sheldon Kennedy s’inscrit au programme de lutte contre la toxicomanie de la LNH. Il déclare aux journalistes qu’il a envisagé de se suicider à plusieurs reprises. En 1997, il raconte : « J’avais mis une armure et ne laissais personne y entrer. Dans ce cas, on ressent vraiment une grande solitude; à aucun moment, on ne se sent normal. On sent que quelque chose ne va pas, mais on ne sait pas pourquoi. »

En 2010, après que d’autres allégations contre Graham James, émanant de trois autres joueurs – Theoren Fleury, Todd Holt et Greg Gilhooly – ont fait surface, l’entraineur est à nouveau mis en accusation et plaide encore une fois coupable.

Plaidoyer

Sheldon Kennedy endosse les habits de conférencier et s’exprime en public pour défendre les survivants victimes de l’exploitation sexuelle des enfants. Il évoque ses expériences lors de nombreuses entrevues dans la presse, notamment à Fifth Estate, et à l’occasion de diverses participations à des émissions télévisées, dont W‑5 et The Oprah Winfrey Show. En 1997, la Presse Canadienne le nomme Personnalité médiatique de l’année au Canada.

De mai à novembre 1998, il traverse le Canada sur des patins à roues alignées, afin de mieux faire connaitre la problématique de la maltraitance des enfants, collectant trois millions de dollars au profit des survivants et de programmes de prévention, ainsi que de la création d’un lieu d’accueil, à Radium, en Colombie‑Britannique, pour les enfants victimes de violences sexuelles. Il cofonde Respect Group, une organisation de formation en ligne à la prévention des mauvais traitements qui s’associe à des organismes internationaux pour transmettre son message à l’échelle de la planète. En 2013, il cofonde également Calgary & Area Child Advocacy Centre, qui défend les intérêts des survivants des violences infligées aux enfants et leur offre différents services.

En 1999, un téléfilm intitulé The Sheldon Kennedy Story est diffusé sur CTV. Les mémoires de Sheldon Kennedy, Why I Didn’t Say Anything, sont publiées en 2006. En 2012, le Calgary Child Advocacy Centre est nommé Sheldon Kennedy Child Advocacy Centre lors d’une cérémonie organisée par le premier ministre de l’époque, Stephen Harper. En 2018, Sheldon Kennedy, souhaitant se concentrer sur sa propre santé mentale, demande que son nom ne figure plus dans le nom du centre. Le long métrage documentaire de 2016, intitulé Swift Current, retrace la vie de Sheldon Kennedya, sa carrière de joueur de hockey et son travail de défense des intérêts des victimes.

Distinctions et récompenses

  • Équipe des étoiles, Coupe Memorial (1989)
  • Prix de l’entraide, Croix Rouge canadienne (2007)
  • Prix humanitaire de la Banque Scotia (2012)
  • Médaille du jubilé de diamant de la reine Élisabeth II (2012)
  • Citoyen de l’année, Ville de Calgary (2013)
  • Membre, Ordre du Canada (2014)
  • Prix humanitaire, David Foster Foundation (2014)
  • Prix du leader exceptionnel Lincoln‑Alexander, Université de Guelph (2015)
  • Ordre du Manitoba (2015)
  • Ordre d’excellence de l’Alberta (2016)
  • Prix Transformer des vies, Centre de toxicomanie et de santé mentale (2016)
  • Membre, Swift Current Broncos Hall of Fame (2016)
  • Ordre du hockey au Canada, Hockey Canada (2020)
  • Membre, Manitoba Sports Hall of Fame (2020)

Diplômes honorifiques