Princesse Anne (SAR la princesse royale) | l'Encyclopédie Canadienne

article

Princesse Anne (SAR la princesse royale)

Princesse Anne (S.A.R. la princesse royale) (née le 15 août 1950 à Londres, au Royaume-Uni), seule fille de la reine Elizabeth II (1926-2022). Cavalière hors pair et membre du Comité international olympique, la princesse Anne a participé aux Jeux olympiques d’été de 1976 à Montréal. Elle est colonelle en chef de sept régiments militaires canadiens et mécène de bon nombre d’œuvres de bienfaisance et d’organismes au Canada.

Jeunesse et éducation

La princesse Anne Elizabeth Alice Louise naît à Clarence House, à Londres. Elle est la deuxième enfant de la princesse Elizabeth, héritière présomptive du trône, et du prince Philip, duc d’Édimbourg. Le 6 février 1952, au décès du grand-père d’Anne, le roi George VI, sa mère prend place à la tête de la Grande-Bretagne et du Commonwealth en tant que la reine Elizabeth II. La nouvelle reine, le prince Philip et leurs enfants, le prince Charles et la princesse Anne, s’installent donc au palais de Buckingham. Après avoir fait l’école à la maison jusqu’à ses 13 ans, la princesse Anne fait ses études secondaires à l’école Benenden, dans le Kent, devenant ainsi la première (et la seule) fille du monarque à étudier dans un pensionnat. À 18 ans, après avoir obtenu un diplôme avec des cours avancés en histoire et en géographie, elle suit des cours de français et commence à s’engager auprès du public en tant que membre active de la famille royale.

Mariages et enfants

Le 14 novembre 1973, la princesse Anne épouse le capitaine Mark Phillips à l’abbaye de Westminster. À travers le monde, plus de 500 millions de téléspectateurs visionnent la cérémonie. De la reine, la princesse Anne reçoit Gatcombe Park, soit une maison de campagne et une ferme dans le Gloucestershire. De son côté, le gouvernement du Canada offre comme cadeau de noces une tapisserie de laine colorée tissée par l’artiste québécoise Mariette Rousseau-Vermette, qui a aussi conçu le rideau du hall principal du Centre national des arts, à Ottawa. Ensemble, Anne et Mark ont deux enfants, Peter Phillips (né en 1977) et Zara Tindall (née en 1981), ainsi que cinq petits-enfants. Le couple divorce en 1992. De 2008 à 2021, leur fils Peter est marié à une conseillère en gestion canadienne, Autumn Kelly, qu’il rencontre au Grand Prix du Canada à Montréal en 2003. Leurs enfants, Savannah et Isla Phillips, ont la double citoyenneté britannique et canadienne. (Voir aussi Citoyenneté canadienne.)

Le 12 décembre 1992, à l’église paroissiale de Crathie et Ballater, près du château de Balmoral en Écosse, la princesse Anne épouse son deuxième mari, sir Timothy Laurence, un officier de marine nommé vice-amiral en 2007.

Tentative de kidnapping

Le 20 mars 1974, la princesse Anne et Mark Phillips retournent vers le palais de Buckingham après un événement de bienfaisance lorsque Ian Ball, un ouvrier sans emploi, bloque leur véhicule avec le sien. Armé d’un pistolet, il blesse le chauffeur et un policier, puis tente de faire sortir la princesse de l’auto, l’exhortant à le suivre pour qu’il puisse la tenir en otage et demander une rançon. Selon certaines sources, Anne aurait répondu « Not bloody likely » (C’est foutrement hors de question). Anne et Mark résistent au kidnappeur potentiel jusqu’à ce que Ronnie Russell, un boxeur amateur qui passe par là, le frappe à répétition. Ses actes lui vaudront plus tard une médaille de la reine. De son côté, Ian Ball est arrêté et condamné à vivre à perpétuité dans un établissement psychiatrique.

La tentative de kidnapping marque l’arrivée de changements durables dans la sécurité entourant la famille royale, y compris l’amélioration du service de protection royale. La princesse Anne et ses dames de compagnie suivent également des cours d’autodéfense.

Devoirs royaux

La princesse Anne fait partie des membres actifs de la famille royale, tout comme le roi Charles III et la reine consort, le prince et la princesse de Galles (William et Catherine) ainsi que le duc et la duchesse d'Édimbourg (Edward et Sophie). Avant le décès de la reine en 2022, la princesse Anne la représente lors d’événements officiels, de tournées dans le Commonwealth, de réceptions en plein air et de cérémonies d’investiture, en plus de s’impliquer dans des centaines de projets pour des institutions publiques, des œuvres de bienfaisance et des régiments de l’armée. En entrevue avec le présentateur de la BBC Brian Hoey, elle affirme : « Je n’aime pas rester à ne rien faire. S’il me reste du temps libre entre deux activités, j’essaie de le remplir. Je ne vois pas l’intérêt de rester assise lorsque je pourrais faire quelque chose et apporter ma contribution. »

En 1987, pour souligner son travail caritatif, la reine lui offre le titre de princesse royale, qui est depuis le 17e siècle réservé à l’aînée du monarque. Depuis le décès de son père, le prince Philip, en 2021 et celui de la reine en 2022, la princesse Anne assume de plus importantes responsabilités.

Jeux olympiques

En 1976, la reine, le prince Philip et leurs quatre enfants (Charles, Anne, Andrew et Edward) visitent Montréal pour les Jeux olympiques d’été. Tandis que la reine inaugure les Jeux en tant que chef d’État du Canada, la princesse Anne et son mari, Mark Phillips, font partie de l’équipe équestre britannique. Montant le cheval de la reine, Goodwill, Anne participe à l’épreuve équestre de trois jours. Elle arrive en 26e place en dressage, mais subit une commotion en tombant de son cheval pendant l’épreuve de cross-country. Malgré sa blessure, elle parvient à terminer la dernière journée de compétition et se hisse en quatrième place à l’épreuve finale de saut d’obstacles. En discussion avec l’un de ses biographes, elle affirme : « Le sport a élargi mes horizons et la compétition m’a ouverte à de nouvelles expériences. »

Membre du Comité international olympique depuis 1988, la princesse Anne joue un rôle important dans la candidature de Londres pour accueillir les Jeux olympiques d’été de 2012. Aux Jeux de Londres, sa fille, Zara Phillips, remporte une médaille d’argent pour l’équipe équestre britannique, que la princesse Anne lui décerne elle-même.

Visites royales au Canada

La princesse Anne se rend au Canada à 22 reprises pour des visites officielles, des visites de travail auprès de ses régiments canadiens et de ses organismes et des événements équestres. Elle s’y rend également pour remplir ses fonctions de membre du Comité international olympique. Sa première tournée au Canada a lieu en 1970 en présence de la reine, du prince Philip et du prince Charles afin de souligner le 100e anniversaire du Manitoba et des Territoires du Nord-Ouest. Elle revient ensuite au Canada pour assister aux Jeux olympiques d’hiver de 1988 à Calgary et à ceux de 2010 à Vancouver en tant que membre du Comité international olympique et présidente de l’association olympique britannique. La princesse Anne inaugure également la Foire royale d’hiver de l’agriculture à Toronto en 1974 ainsi que les Jeux panaméricains de 1999. Ses passages les plus récents au pays sont une visite officielle en 2014 pour la nouvelle inauguration du Monument commémoratif de guerre, à Ottawa, et une visite de travail privée à Montréal en 2015 en tant que présidente d’Emerging Leaders' Dialogues Canada, une œuvre de bienfaisance offrant des programmes de développement du leadership sur le terrain.

Régiments militaires canadiens et mécénat

Impliquée dans plus de 300 œuvres de bienfaisance, organismes et régiments militaires dans le Royaume-Uni et le Commonwealth, la princesse Anne est l’une des membres les plus impliquées de la famille royale. Au Canada, elle est colonelle en chef du 8th Canadian Hussars (Princess Louise’s), de la Branche des communications et de l’électronique des Forces canadiennes, des Royal Canadian Hussars, de The Grey and Simcoe Foresters, du Service de santé royal canadien, du Royal Newfoundland Regiment et de The Royal Regina Rifles. La princesse Anne est aussi commodore en chef de la Flotte canadienne du Pacifique. En tant que mécène, elle se consacre notamment aux services aux anciens combattants de Camp Hill et à l’Association canadienne d’équitation thérapeutique. Elle est également membre honoraire de la Société géographique royale du Canada.

La reine Elizabeth visitant le Monument commémoratif de guerre du Canada à Ottawa, vers 1943-1965.
collection
Famille royale