McClelland & Stewart Inc

La maison d'édition McClelland & Stewart Inc. est fondée en 1906 par John McClelland et Frederick Goodchild, qui la nomment McClelland and Goodchild Limited.

McClelland & Stewart Inc

La maison d'édition McClelland & Stewart Inc. est fondée en 1906 par John McClelland et Frederick Goodchild, qui la nomment McClelland and Goodchild Limited. À l'arrivée de George Stewart en 1914, son nom est ajouté à la raison sociale, qui prend ensuite sa forme actuelle lors du départ de Goodchild en 1918. Elle fournit d'abord les bibliothèques à titre de représentante d'entreprises britanniques et américaines, puis elle publie des auteurs canadiens tels que C.W. GORDON (Ralph Connor), Bliss CARMAN, D.C. SCOTT, Stephen LEACOCK, L.M. MONTGOMERY et F.P. GROVE.

Jack MCCLELLAND, le fils du fondateur, devient vice-président directeur à compter de 1952 et président à compter de 1961. Il poursuit un programme énergique d'ÉDITION canadienne qui contribue de façon remarquable à la publication et à la commercialisation de la littérature canadienne. La maison d'édition publie les plus grands auteurs canadiens contemporains, dont Margaret LAURENCE, W.O. MITCHELL, Margaret ATWOOD, Earle BIRNEY, Al PURDY, Leonard COHEN, Mordecai RICHLER et Irving LAYTON. McClelland & Stewart publie nombre de succès commerciaux canadiens d'auteurs d'écrits documentaires, tels que Pierre BERTON, Farley MOWAT, Peter GZOWSKI et Peter NEWMAN. Grâce à ses collections « New Canadian Library » créée en 1958) et « Carleton Library » créée en 1963), elle réimprime des classiques canadiens en littérature, en histoire et en sciences sociales, favorisant grandement l'essor des études canadiennes. En 1963, elle public les deux premiers volumes de la collection « Canadian Centenary » une histoire du Canada en 18 volumes.

En 1971, l'annonce de la mise en vente de McClelland & Stewart suscite l'inquiétude générale. Le gouvernement ontarien décide d'accorder un prêt d'un million de dollars afin d'éviter la vente de la maison d'édition à des intérêts américains. En 1984, le gouvernement intervient de nouveau en déchargeant McClelland & Stewart d'une créance de près de quatre millions de dollars. L'intervention est conditionnelle à ce que McClelland effectue une collecte de fonds de plus d'un million de dollars dans le secteur privé; le fait que le président réussisse à ramasser les fonds témoigne de la reconnaissance de la contribution de la maison d'édition à la culture canadienne. En 1985, toutefois, elle est vendue à Avie BENNETT. En 1987, McClelland démissionne de son poste d'éditeur. Depuis, Bennett est président du conseil, tandis que Douglas Gibson est éditeur.

La maison d'édition continue à publier environ 100 nouveaux titres par année et à grossir sa prestigieuse liste d'auteurs canadiens avec, notamment, Yves BEAUCHEMIN, Lorna CROZIER, Robertson DAVIES, Mavis GALLANT, Jack HODGINS, Rohinton MISTRY, Alice MUNRO, Michael ONDAATJE, Nino RICCI, Jane URQUHART, David Adams Richards et Guy VANDERHAEGHE. Elle réédite la collection « New Canadian Library » sous la direction de David STAINES. En 1991, la maison d'édition acquiert Hurtig Publishers, d'Edmonton, éditeur de The Canadian Encyclopedia. En 1995, elle achète Tundra, une maison d'édition de livres pour enfants. En janvier 2000, la maison d'édition d'ouvrages généraux Macfarlane Walter & Ross se joint à l'équipe McClelland & Stewart. Mais l'alliance est rompue lorsque les conditions du marché obligent Macfarlane Walter & Ross à fermer ses portes en 2003.

En juin 2000, McClelland & Stewart est offerte à l'UNIVERSITÉ DE TORONTO. Selon les conditions du don, l'université détient 75 p. cent de l'entreprise et nomme cinq des sept membres du conseil d'administration. Les 25 p. cent restants sont vendus à Random House of Canada. En 2012, l'Université de Toronto vend sa part à Random House. Le 26 avril 2006, Postes Canada émet un timbre commémoratif pour souligner le centenaire de l'entreprise.