Tournées royales au Canada

Des tournées royales de l’Amérique du Nord britannique, puis du Canada, ont lieu depuis la fin du 18e siècle. Les premières tournées se concentraient surtout sur les relations entre la monarchie et l’armée, tandis que les plus récentes portaient plutôt sur la diplomatie, la philanthropie et les relations entre la Couronne et les peuples autochtones.



Visite royale, 1939
Ted Kennedy avec la reine Élisabeth II
Lors de la première visite de la souveraine en 1951, le capitaine des Maple Leaf, Ted Kennedy, est présentéà la reine Élisabeth II. Conn Smythe est à ses côtés.
Le roi George VI et la reine Elizabeth
Sur les marches de l'édifice du Parlement à Ottawa, en compagnie du premier ministre Mackenzie King, en 19 mai 1939. Il s'agit de la première visite d'un monarque régnant au Canada.

Premières tournées royales

Au 18e siècle, deux des fils du roi Georges III visitent l’Amérique du Nord britannique au cours de leurs carrières navales et militaires respectives. Le prince Guillaume, duc de Clarence (futur roi Guillaume IV), visite Terre-Neuve en tant que capitaine du HMS Pegasus en 1786. Le prince Édouard, duc de Kent (père de la reine Victoria), est déployé à Halifax et à Québec et visite ce qui est aujourd’hui l’Ontario dans les années 1790. Il est nommé commandant en chef des forces britanniques d’Amérique du Nord en mai 1799, qu’il quitte l’année suivante pour des raisons de santé. Le duc de Kent est la première personnalité publique à décrire les Canadiens anglais et français comme « tous les sujets canadiens de Sa Majesté britannique ». L’Île-du-Prince-Édouard est nommée en son honneur.

Famille de la reine Victoria

Le 1er juillet 1867, le premier ministre John A. Macdonald invite la reine Victoria à inaugurer le tout premier parlement canadien, au lendemain de la Confédération. La reine décline l’invitation; elle ne visitera d’ailleurs jamais le Canada en personne. Son fils, le prince de Galles (le futur roi Édouard VII), et son petit-fils, le duc de Cornouailles et de York (le futur roi Georges V), effectuent des tournées très remarquées au Canada en 1860 et 1901, respectivement. Ces tournées sont organisées pour souligner les contributions canadiennes à la guerre de Crimée (1853-1856) et à la deuxième guerre des Boers (1899-1902). Elles viennent également fournir un cadre pour les futures tournées, y compris en ce qui concerne les discours, les réunions avec des représentants des Premières Nations, les visites de sites canadiens importants, les échanges de cadeaux et les activités philanthropiques. La présence de la duchesse de Cornouailles et de York (la future reine Marie) lors de la tournée de 1901 met en lumière les organisations féminines canadiennes et permet l’organisation d’un plus grand nombre d’événements sociaux destinés aux hommes et aux femmes.

Membres de la royauté en résidence

En plus de leurs tournées, les membres de la famille royale vivent parfois au Canada pendant de longues périodes. C’est le cas du gendre de la reine Victoria, lord Lorne, et de sa fille, la princesse Louise Caroline Alberta, qui vivent à Rideau Hall pendant de longues périodes durant le mandat de lord Lorne comme gouverneur général (1878-1883) et réalisent la première tournée royale en Colombie-Britannique en 1882. Le troisième fils de la reine Victoria, le prince Arthur, duc de Connaught, est gouverneur général de 1911 à 1916 et vit à Ottawa avec son épouse Margaret, duchesse de Connaught. Sa fille, la princesse Patricia, devient colonel en chef honoraire du Princess Patricia’s Light Infantry Regiment pendant la Première Guerre mondiale. La cousine de Patricia, la princesse Alice d’Albany, comtesse d’Athlone, est consort vice-royale de 1940 à 1946, tandis que son mari, le comte d’Athlone, est gouverneur général. Les tournées royales des Connaught et des Athlone se concentrent sur l’armée, les organisations caritatives du temps de guerre et les préparatifs de guerre.

Roi Édouard VIII

En tant que prince de Galles, le futur roi Édouard VIII se rend pour la première fois au Canada en 1919 pour reconnaître les contributions canadiennes à la Première Guerre mondiale. Au cours de la tournée de 1919, Édouard fait l’acquisition d’un ranch en Alberta, qu’il conserve après son abdication comme roi en 1936 et qu’il ne vendra qu’en 1962. Édouard, lorsqu’il effectue des visites officielles au Canada et des visites privées dans son ranch dans les années 1920 et 1930, acquiert une grande notoriété au pays. Le prince, ses tournées canadiennes et son ranch sont mentionnés dans des romans d’auteurs canadiens, dont Robertson Davies, Lucy Maud Montgomery et Timothy Findley. C’est le premier membre de la famille royale à se décrire comme un Canadien lors de ses tournées au pays. Dans un discours prononcé en 1919 à Calgary, il déclare : « Dans mon esprit, je suis venu au Canada en tant que Canadien. »

Tournée royale de 1939

Le roi Georges VI est le premier monarque à réaliser une tournée au Canada pendant son règne. En 1939, accompagné de sa femme, la reine Elizabeth (reine mère), il traverse le pays en train et fait une visite de quatre jours aux États-Unis. Cette tournée royale, parmi les plus marquantes de l’histoire du Canada, vient renforcer les relations critiques entre Anglo-canadiens et Anglo-américains à la veille de la Deuxième Guerre mondiale.

Reine Elizabeth II

La reine Elizabeth II est le monarque qui voyage le plus souvent dans l’histoire. Elle visite le Canada à plus de 22 reprises, notamment lors de l’inauguration de la voie maritime du Saint-Laurent en 1959, du centenaire du Canada et de l’Expo 67 en 1967, des Jeux olympiques de Montréal en 1976 et du rapatriement de la Constitution canadienne en 1982. Au cours de ces tournées, elle agit en sa qualité officielle de reine du Canada, ouvrant le Parlement pour la première fois en 1957 et prononçant le discours du Trône en 1977. La dernière visite de la reine au Canada remonte à 2010, lorsqu’elle célèbre avec le duc d’Édimbourg la fête du Canada sur la Colline du Parlement. Lors d’un dîner officiel tenu en 2010 à l’hôtel Fairmont Royal York de Toronto, le premier ministre Stephen Harper prononce un discours sur le thème du hockey, dans lequel il fait l’éloge de la reine, qu’il décrit comme le « joueur le plus utile du Canada ».

Tournées royales récentes

Depuis le milieu des années 1990, la reine Elizabeth II et le duc d’Édimbourg, ainsi que le prince de Galles et la duchesse de Cornouailles (Charles et Camilla), et le duc et la duchesse de Cambridge (William et Catherine) effectuent des visites officielles au Canada, où ils sont officiellement invités et reçus par le premier ministre. D’autres membres de la famille royale font des visites privées ou de travail organisées à l’échelon provincial avec leurs organismes de bienfaisance et leurs affiliations militaires respectives au Canada. Parmi les visites officielles récentes, citons la visite de Charles et Camilla au Nunavut, en Ontario et dans la région de la capitale nationale pour marquer le 150e anniversaire de la Confédération canadienne en 2017, la tournée de William et Catherine en Ontario, au Québec, à l’Île-du-Prince-Édouard, dans les Territoires du Nord-Ouest et en Alberta en 2011 (leur première tournée à l’étranger en tant que couple marié) et leur tournée en Colombie-Britannique et au Yukon en 2016, cette fois-ci accompagnés de leurs enfants, le prince George et la princesse Charlotte. Parmi les récentes visites de travail, citons la visite du prince Harry à Toronto en 2017 en tant que parrain des Jeux Invictus (sa première apparition publique avec sa future épouse, Meghan). Sophie, comtesse de Wessex, se rend à Toronto en 2019 pour visiter les hôpitaux dont elle est la marraine et promouvoir une nouvelle initiative visant à soutenir les femmes qui poursuivent une carrière en finances. Les tournées royales sont suspendues temporairement pendant la pandémie de COVID-19 de 2020.


En savoir plus