Visites royales

En 1857, la reine VICTORIA choisit Ottawa pour capitale de la province du Canada, et, bien qu'elle ne soit jamais venue elle-même au pays, elle y envoie son fils, Albert Édouard, prince de Galles (qui deviendra Édouard VII) en visite officielle en 1860.

Kennedy, Ted avec reine Élisabeth II
Lors de la première visite de la souveraine en 1951, le capitaine des Maple Leaf, Ted Kennedy, est présenté à la reine Élisabeth II. Conn Smythe est à ses côtés (avec la permission du Temple de la renommée du hockey).
Roi George VI et la reine Elizabeth, le
Sur les marches de l'édifice du Parlement à Ottawa, en compagnie du premier ministre Mackenzie King, en 19 mai 1939. Il s'agit de la première visite d'un monarque régnant au Canada (avec la permission de l'Office national du film/CPT 11-26-8).

Visites royales

Les membres de la famille royale visitent fréquemment le Canada à compter de 1786 lorsque le fils du roi George, le Prince William (qui deviendra William IV) fait un voyage au pays en tant que membre d'un contingent naval en service en Amérique du Nord et aux Antilles. D'ailleurs, il célèbre son 21e anniversaire à bord de la frégate Pegasus au large de Terre-Neuve-et-Labrador. Le père de la Reine Victoria, Edward, Duc de Kent, fait de longs séjours au Canada de 1791 à 1800, en service militaire ou comme commandant des troupes nord-américaines britanniques.

L'époque victorienne

En 1857, la reine VICTORIA choisit Ottawa pour capitale de la province du Canada, et, bien qu'elle ne soit jamais venue elle-même au pays, elle y envoie son fils, Albert Édouard, prince de Galles (qui deviendra Édouard VII) en visite officielle en 1860. Au cours de son voyage de deux mois à Terre-Neuve, dans les Maritimes et au Canada, souligné par l'ouverture du pont Victoria entre Montréal et la rive sud et la pose de la première pierre des édifices du Parlement à Ottawa, le prince est honoré comme le symbole vivant de la monarchie et de l'Empire. La deuxième visite royale importante est celle du duc et de la duchesse de Cornouailles et d'York (plus tard George V et la reine Marie) en 1901. Cette première visite transcontinentale fait apparaître le Canadien Pacifique comme « le fer de lance de l'Empire ».

En 1911, le prince ARTHUR, duc de Connaught, troisième fils de la reine Victoria, est nommé Gouverneur général du Canada. Sa femme et lui tombent amoureux de l'immensité et du paysage, surtout des montagnes Rocheuses. Le populaire Édouard, prince de Galles (plus tard Édouard VIII), vient en visite officielle au Canada en 1919 et en 1927, et fait de fréquentes visites privées à son ranch albertain.

Visites de souverains régnants

Aux mois de mai et juin 1939, le roi George VI et la reine Élisabeth sont les premiers souverains régnants à se rendre au Canada (voir Visite royale de 1939). Cet important voyage royal a pour but de renforcer le soutien canadien à la Grande-Bretagne à la veille de la Deuxième Guerre mondiale et incluant une visite à Toronto du Coronation Park, où se trouve un site commémoratif du couronnement de George VI et des anciens combattants canadiens. Lorsque la reine Élisabeth se fait demander si elle est écossaise ou anglaise, elle fait cette réponse célèbre : « Depuis que nous sommes à Québec, je suis canadienne. » Elle fait sa dernière visite au Canada 50 ans plus tard, à l'âge de 89 ans.

Sous le règne d'Élisabeth II, les visites royales deviennent plus fréquentes. Avant son accession au trône, la princesse Élisabeth, accompagnée du duc d'Édimbourg, fait son premier voyage au Canada en 1951. À cette occasion, elle parcourt 16 000 km par divers modes de transport. Au Québec, la reine reçoit un accueil plus modéré tandis que le président français Charles de Gaulle reçoit un accueil quasi royal à Québec. Le premier ministre fédéral John TURNER soulève une certaine controverse quand il demande à la reine Élisabeth de reporter sa visite pour qu'elle ne coïncide pas avec la campagne électorale de l'été 1984. Après sa première visite en 1957, la Reine visite le Canada à 22 reprises et se rend au moins une fois dans chacun des territoires et des provinces.

La Reine participe aux célébrations entourant les 100e et 125e anniversaires de la Confédération, ainsi qu'aux anniversaires importants dans les provinces et territoires. Elle participe à l'ouverture de la session du Parlement à deux reprises (1959 - 1977), promulgue la Loi constitutionnelle de 1982 qui rapatrie la Constitution canadienne et préside l'ouverture officielle d'événements internationaux tenus au Canada (les Jeux de la XXIe olympiade à Montréal en 1976; les Jeux du Commonwealth à Edmonton en 1978 et à Victoria en 1994). Pour célébrer son jubilé d'or en 2002, la Reine se rend partout au Canada et va, pour la première fois, dans le nouveau territoire du Nunavut. Pour les fêtes du centenaire de l'Alberta et de la Saskatchewan, la Reine et le prince Philip visitent les deux provinces. En 2010, ils reviennent au pays pour le centenaire de la Marine royale canadienne. Ils sont aussi présents aux célébrations de la fête du Canada sur la colline parlementaire et à la pose de la première pierre du Musée canadien des droits de la personne à Winnipeg.

L'héritier du trône

Charles, prince de Galles, vient au Canada plusieurs fois. Sa première visite, en 1970, dure dix jours; il accompagne la Reine, le prince Philip et la princesse Anne. En 1975, il sert à bord du HMS Hermes en eaux canadiennes. L'année suivante, la famille royale revient au Canada, et les Canadiens peuvent se faire une nouvelle idée de la famille royale en observant la Reine et ses enfants détendus et à l'aise entre eux. En 1983, les Canadiens tombent sous le charme de la princesse Diana lorsqu'elle accompagne le prince Charles à Terre-Neuve pour un 400e anniversaire du moment où ce territoire est devenu une colonie britannique. Ils reviennent pour l'inauguration de l'Expo de Vancouver en 1986. En 1991, Charles et Diana sont accompagnés de leurs fils William et Harry. Pour les enfants, c'est la première visite royale et ils se conduisent comme des pros, tandis que les observateurs de la royauté s'interrogent sur l'état du ménage de leurs parents.

En avril 1996, le prince Charles fait un voyage en Ontario et dans l'est du Canada, où une tempête de neige semble le poursuivre et cause des retards. Lors d'une visite en Saskatchewan en 2001, des employés de l'hôtel où il doit loger et de l'hôtel de rechange se mettent en grève mais, grâce à une entente de dernière heure, il n'est pas obligé de modifier son programme. Pendant cette visite, il reçoit l'Ordre du mérite de la Saskatchewan. Il ne revient au Canada qu'en 2009 avec sa deuxième femme, Camilla, duchesse de Cornouailles. Lors de ce voyage, le couple princier visite douze villes de quatre provinces en onze jours.

La prochaine génération de personnages royaux

En mars 1998, le prince William arrive à Vancouver avec son père et son frère; il y est traité comme une vedette du rock. Les filles crient : « Nous t'aimons William » pendant qu'il rougit et sourit. Le jeune homme dégingandé devient capitaine d'aviation dans la Royal Air Force. C'est en compagnie de son épouse Catherine, duchesse de Cambridge, qu'il fait une visite prolongée au Canada du 30 juin au 8 juillet 2011.

Le prince Harry vient au Canada pour suivre un entraînement à la BFC Suffield, en Alberta, avec son unité de l'armée britannique. Ce n'est pas une visite royale officielle, mais le prince attire néanmoins l'attention des médias et du public, notamment des jeunes femmes.

Les jeunes adultes du Canada trouvent une pertinence surprenante à cette « prochaine génération » de personnages royaux. Leur beauté et leur éclat leur vaut déjà la célébrité et ils rattachent les Canadiens à leur histoire.

Voir aussiMONARCHISME.


En savoir plus