Naviguer "Pseudo-science"

Article

Cryptozoologie

De nombreux rapports d'animaux encore inconnus émanent des forêts et lacs du Canada, ainsi que des mers qui l'entourent. L'homme sauvage, géant et hirsute, figure dans le folklore aborigène sous plusieurs noms.

Article

Eugénisme au Canada

L’eugénisme (ou eugénique) est un ensemble de croyances et de pratiques visant à améliorer la population humaine en contrôlant la reproduction. Il comprend deux aspects : l’eugénisme « négatif », qui vise à décourager ou limiter la procréation des personnes possédant des gènes ou autres caractéristiques jugés indésirables, et l’eugénisme « positif », qui vise à encourager celle des gens possédant des gènes ou autres caractéristiques recherchés. Au début du 20e siècle, plusieurs Canadiens, y compris des professionnels de la médecine, des hommes politiques et des féministes, ont appuyé le mouvement eugéniste. L’Alberta (1928) et la Colombie-Britannique (1933) ont adopté des Sexual Sterilization Acts qui sont demeurés en vigueur jusque dans les années 1970. Bien que l’eugénisme soit considéré comme une pseudoscience appartenant au passé, ses méthodes ont été utilisées encore au 21e siècle, notamment par la stérilisation forcée de femmes autochtones, et dans le cadre d’un « nouvel eugénisme », la modification génétique et le dépistage des déficiences de fœtus.

Article

Stérilisation des femmes autochtones au Canada

Les campagnes de stérilisation découlent du mouvement eugénique et ont un long passé au Canada, souvent caché. Les lois sur la stérilisation adoptées en Alberta (1928–1972) et en Colombie-Britannique (1933–1973) visaient à limiter la reproduction des personnes « inaptes » et ont de plus en plus ciblé les femmes autochtones. La stérilisation forcée de ces femmes s’est effectuée aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du cadre législatif de l’époque, et dans des hôpitaux indiens gérés par le gouvernement fédéral. Cette pratique s’est perpétuée jusqu’au 21e siècle. Près de 100 femmes autochtones ont déclaré avoir été forcées à accepter d’être stérilisées entre les années 1970 et 2018, souvent alors qu’elles étaient dans un état vulnérable associé à une grossesse ou à un accouchement.