Naviguer "Eaux intérieurs"

Afficher 1-10 de 10 résultats
Article

Baie d'Espoir

La baie d’Espoir est un bras de la baie de l’Hermitage, semblable à un fjord, située près de la côte sud de Terre-Neuve. La baie d’Espoir, d’une longueur de plus de 50 km de l’entrée à la tête, est non englacée. Elle a des falaises à pic et des collines aux versants abrupts d’une altitude de 180 à 300 m. Elle se divise en deux bras principaux vers le nord et le nord-est, au-delà de l’île Bois. En raison de l’immense ligne de partage des eaux du plateau glaciaire environnant, la région est le site d’une centrale hydroélectrique. Mise en fonction en 1967, la centrale a aujourd’hui une capacité de production de plus de 600 MV.

Article

Baie d'Hudson

La baie d'Hudson est une vaste mer intérieure de 822 324 km2 qui pénètre profondément dans le Nord-Est du Canada.

Article

Baie James

Prolongement sud de la BAIE D'HUDSON, la baie James est large d'environ 160 km entre la pointe Louis-XIV, sur la côte Est, et le cap Henrietta-Marie, à l'ouest.

Article

canal Trent

Le canal Trent est un ensemble de voies navigables qui relie le lac Ontario (à Trenton) au lac Huron (à Port Severn, dans la baie Géorgienne).

Article

Champlain, mer

La mer Champlain est une nappe d'eau saumâtre qui occupait les terres basses entre Québec et Cornwall, Ontario et remontait la vallée de l'Outaouais au cours de la période tardiglaciaire (voir GLACIATION). Le nom a été utilisé pour la première fois par le géologue américain C.H. Hitchcock en 1906.

Article

Chesterfield, inlet

L'inlet Chesterfield est un bras étroit, semblable à un fjord, sur la côte Nord-Ouest de la BAIE D'HUDSON, qui s'étire sur 160 km à l'intérieur vers la RIVIÈRE THELON.

Éditorial

L'évolution du canal Welland

Le 30 novembre 1829, deux goélettes partirent les voiles hautes de Port Dalhousie pour se rendre à Port Robinson, en la province du Haut-Canada, pour annoncer l'ouverture du canal Welland, et ainsi, la complétion d'une merveille en génie.

Article

Welland, canal

Le premier canal Welland, qui ouvre en 1829, est une voie vitale d'échange et de commerce au cœur de l'Amérique du Nord. Sa réalisation revient surtout à un homme d'affaires de St. Catharines, William Hamilton MERRITT.