Naviguer "Guerre de Corée"

Afficher 1-20 de 31 résultats
Article

Allard, Jean Victor

Jean Victor Allard, militaire (Sainte-Monique de Nicolet, Qc, 12 juin 1913 - Trois-Rivières, Qc, 23 avril 1996). En 1933, il entre dans la Milice active non permanente.

Article

Alphonse Martel (Source primaire)

« C’est certain que quand on a des amis qui meurent comme ça, où on dit : "À quelle place qu’est untel?" "Ah ben! T’as pas entendu parler? Comment ça?" Il dit : "Il s’est fait tuer hier." »

Pour le témoignage complet de M. Martel, veuillez consulter en bas.


Prenez note que les sources primaires du Projet Mémoire abordent des témoignages personnels qui reflètent les interprétations de l'orateur. Les témoignages ne reflètent pas nécessairement les opinions du Projet Mémoire ou de Historica Canada.

Article

Bertrand Langelier (Source primaire)

« On était en patrouille puis je suis venu près de piler sur un Chinois, maudit! À peu près un pouce puis je l’aurais frappé. »

Pour le témoignage complet de M. Langelier, veuillez consulter en bas.


Prenez note que les sources primaires du Projet Mémoire abordent des témoignages personnels qui reflètent les interprétations de l'orateur. Les témoignages ne reflètent pas nécessairement les opinions du Projet Mémoire ou de Historica Canada.

Article

Bob Ducharme (Source primaire)

« L’avenir ne s’annonçait pas très bien pour les récoltes qui avaient poussé là. Tout était en pièces, les maisons, les fermes, les routes, les ponts. »

Pour le témoignage complet de M. Ducharme, veuillez consulter en bas.


Prenez note que les sources primaires du Projet Mémoire abordent des témoignages personnels qui reflètent les interprétations de l'orateur. Les témoignages ne reflètent pas nécessairement les opinions du Projet Mémoire ou de Historica Canada.

Article

Charles Snider (source primaire)

« J’ai essuyé des tirs d’obus de temps en temps, quand ils voyaient des véhicules en mouvement. Mais on allait à l’endroit qu’ils appelaient la Camouflage Hill. Et c’était bien couvert. »

Pour le témoignage complet de M. Snider, veuillez consulter en bas.


Prenez note que les sources primaires du Projet Mémoire abordent des témoignages personnels qui reflètent les interprétations de l'orateur. Les témoignages ne reflètent pas nécessairement les opinions du Projet Mémoire ou de Historica Canada.

Article

Claude Petit (Source primaire)

« Et tout à coup, hop je faisais partie de l’armée. Et je ne savais pas quoi dire. J’ai dit à ma grand-mère que je partais juste pour la journée, elle a dit que c’était d’accord. Et je reviens et j’avais une permission de sept jours. »

Pour le témoignage complet de M. Petit, veuillez consulter en bas.


Prenez note que les sources primaires du Projet Mémoire abordent des témoignages personnels qui reflètent les interprétations de l'orateur. Les témoignages ne reflètent pas nécessairement les opinions du Projet Mémoire ou de Historica Canada.

Article

Femmes de la Marine canadienne pendant la Guerre froide

Pendant la Guerre froide, bon nombre de femmes font partie de la Marine royale canadienne (MRC). Souvent appelées « Wrens » pendant cette période, elles jouent un rôle important dans les missions et les opérations de la MRC, notamment celles liées à la lutte anti-sous-marine. En 1951, la Réserve navale canadienne commence à recruter des femmes, mais ce n’est qu’en 1955 que celles-ci commencent à intégrer la marine régulière. D’ailleurs, la MRC est la première marine du Commonwealth à accepter des femmes dans sa force permanente. Pendant bon nombre d’années, les Wrens occupent des métiers en zone côtière, notamment dans les domaines du commerce, des communications, du renseignement, de la détection de sous-marins et de la médecine. À la fin du conflit, tous les métiers et emplois de la marine, à l’exception de ceux du service sous-marin, sont ouverts aux femmes. (Voir aussi Le Canada et la Guerre froide; Femmes dans les forces armées.)

Article

Frank Lucano (source primaire)

« Et j’y pense encore aujourd’hui, ces gamins, et oui c’était tous des gamins vous savez, et ils pensaient tous pareil mais d’un autre côté, c’était, si quelque chose arrive comme ça, aussi bas, on va le faire exploser en plein ciel avec nos mitrailleuses de calibre 50. »

Pour le témoignage complet de M. Lucano, veuillez consulter en bas.


Prenez note que les sources primaires du Projet Mémoire abordent des témoignages personnels qui reflètent les interprétations de l'orateur. Les témoignages ne reflètent pas nécessairement les opinions du Projet Mémoire ou de Historica Canada.

Article

Gwylym « Bill » White (source primaire)

« L'extrait en français n’est pas disponible en ce moment. Veuillez consulter l'extrait en anglais. »

Pour le témoignage complet de M. White, veuillez consulter en bas.


Prenez note que les sources primaires du Projet Mémoire abordent des témoignages personnels qui reflètent les interprétations de l'orateur. Les témoignages ne reflètent pas nécessairement les opinions du Projet Mémoire ou de Historica Canada.

Article

J. L. Roger Gagnon (source primaire)

« Au mois de novembre, le 21 novembre (1951), durant la fameuse bataille qui dure trois jours, j’ai perdu 15 de mes camarades qui sont morts durant ces trois jours. Le 21… et moi-même, je me suis fait blesser par des éclats d’obus. »

Pour le témoignage complet de M. Gagnon, veuillez consulter en bas.


Prenez note que les sources primaires du Projet Mémoire abordent des témoignages personnels qui reflètent les interprétations de l'orateur. Les témoignages ne reflètent pas nécessairement les opinions du Projet Mémoire ou de Historica Canada.

Article

James Eagle (Source primaire)

« Tout à coup j’entends un grincement – "Eh ! On bouge." Alors je me suis monté sur le pont, en me dépêchant. J’ai regardé d’où on venait. Il y avait un petit point noir au loin, c’était Seattle. Et il y a de l’eau tout autour de moi. J’ai dit : "Dans quoi t’es-tu encore fourré?" »

Pour le témoignage complet de M. Eagle, veuillez consulter en bas.


Prenez note que les sources primaires du Projet Mémoire abordent des témoignages personnels qui reflètent les interprétations de l'orateur. Les témoignages ne reflètent pas nécessairement les opinions du Projet Mémoire ou de Historica Canada.

Article

James Lafrenière (Source primaire)

« L'extrait en français n’est pas disponible en ce moment. Veuillez consulter l'extrait en anglais. »

Pour le témoignage complet de M. Lafrenière, veuillez consulter en bas.


Prenez note que les sources primaires du Projet Mémoire abordent des témoignages personnels qui reflètent les interprétations de l'orateur. Les témoignages ne reflètent pas nécessairement les opinions du Projet Mémoire ou de Historica Canada.

Article

John LaFrance (source primaire)

" Et un obus est arrivé là, on a dit, en voilà un qui n’est pas passé loin. Alors le caporal a demandé au caporal adjoint d’aller voir où il avait atterri. Et puis il est revenu en courant, et il a dit : « Bon, Maisonneuve c’était son nom. » Il a dit : « Maisonneuve ne le verra plus jamais. » Il a dit : « Il l’a eu. »"

Pour le témoignage complet de M. LaFrance, veuillez consulter en bas.


Prenez note que les sources primaires du Projet Mémoire abordent des témoignages personnels qui reflètent les interprétations de l'orateur. Les témoignages ne reflètent pas nécessairement les opinions du Projet Mémoire ou de Historica Canada.