Naviguer "Bases des Forces canadiennes"

Afficher 1-4 de 4 résultats
Article

Happy Valley-Goose Bay

Happy Valley-Goose Bay, ville de Terre-Neuve-et-Labrador constituée en 1973; population de 8109 habitants selon le recensement de 2016 et de 7552 habitants selon le recensement de 2011. La ville de Happy Valley-Goose Bay est le fruit de la fusion de deux villes situées à l’extrémité ouest de Hamilton Inlet, au Labrador. L’établissement de la communauté commence par la construction d’une base aérienne pendant la Deuxième Guerre mondiale. On y retrouve aujourd’hui une base des Forces canadiennes ainsi qu’une petite population civile.

Article

Les Forces canadiennes en Europe pendant la Guerre froide

Pendant la guerre froide, des unités de l’Armée canadienne et de l’Aviation royale canadienne stationnent à l’étranger, pour la première fois en temps de paix. Les soldats et les aviateurs canadiens commencent à arriver en Europe au début des années 1950, peu après le commencement de la guerre froide, et restent jusqu’en 1993, après qu’elle a pris fin. Au total, plus de 100 000 militaires canadiens servent, en France et en Allemagne de l’Ouest, au cours de cette période.

Article

SFC Shelburne (NCSM Shelburne)

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, une grande base de réparation navale a été établie à Shelburne, en Nouvelle-Écosse, où beaucoup de vaisseaux alliés ont été réparés et modifiés après avoir servi à la protection des convois et la lutte anti-sous-marine dans l’Atlantique. Pendant la Guerre froide, le NCSM Shelburne (plus tard renommé Station des Forces canadiennes (SFC) Shelburne) a joué un rôle important dans la lutte anti-sous-marine au sein du réseau de stations sonar SOSUS/IUSS qui servait à identifier et localiser les sous-marins soviétiques. La SFC Shelburne a été décommissionnée en 1995.