Peuples autochtones | l'Encyclopédie Canadienne

Naviguer "Peuples autochtones"

Afficher 1-11 de 11 résultats
  • Article

    Albert Marshall

    Albert D. Marshall, OC, aîné mi’kmaq, dirigeant autochtone, défenseur (né en 1938 dans la Première nation d’Eskasoni, en Nouvelle-Écosse). L’aîné Albert Marshall est membre du clan Moose et il parle couramment le mi’kmaq. Il est le porte-parole de la nation mi’kmaq pour les questions reliées aux ressources naturelles et aux enjeux environnementaux. Il fait sans relâche la promotion de la revitalisation culturelle, de la langue mi’kmaq et de la nécessité de vivre de manière durable. Depuis les années 1970, Albert Marshall voyage à l’échelle nationale et internationale. Il partage sa passion et sa sagesse sur l’intégrité écologique et sur la vie équilibrée. Il a reçu de nombreux prix et doctorats honorifiques.

    "https://www.thecanadianencyclopedia.ca/images/tce_placeholder.jpg?v=e9dca980c9bdb3aa11e832e7ea94f5d9" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://www.thecanadianencyclopedia.ca/images/tce_placeholder.jpg?v=e9dca980c9bdb3aa11e832e7ea94f5d9 Albert Marshall
  • Article

    Joseph Francis Dion

    Joseph Francis Dion, homme métis, leader, organisateur politique, enseignant (né le 2 juillet 1888 près de Onion Lake, en Saskatchewan; décédé le 21 décembre 1960 à Bonnyville, en Alberta). Joseph Dion joue un rôle clé dans le développement du portrait politique autochtone moderne des Prairies. En plus d’être agriculteur (à partir de 1903) et enseignant dans la réserve Kehewin (de 1916 à 1940), il collabore avec Jim Brady et Malcolm Norris pour fonder en 1932 ce qui se nomme aujourd’hui la Métis Nation of Alberta (dont il est président de 1932 à 1958) et, en 1939, la Indian Association of Alberta. Faisant partie d’organisations des Premières Nations, des Métis et de l’Église catholique, il voyage, donne des conférences, recueille des traditions vivantes (publiées en 1979 sous le nom My Tribe the Crees) et gère une troupe de danse métisse. Réformateur relativement conservateur, il fait la promotion de l’autodéveloppement des Autochtones grâce à l’agriculture locale et à la préservation de la culture traditionnelle.

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/Twitter_Cards/Joe Dion.png" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/Twitter_Cards/Joe Dion.png Joseph Francis Dion
  • Article

    Edna Elias

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/79634079-9d6a-4be5-983b-7f8659a23520.jpg" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/79634079-9d6a-4be5-983b-7f8659a23520.jpg Edna Elias
  • Article

    La résistance et les pensionnats indiens

    Les pensionnats indiens étaient des écoles religieuses qui étaient parrainées par le gouvernement et que de nombreux enfants autochtones ont été forcés de fréquenter. Elles ont été instaurées afin d’assimiler les enfants autochtones à la culture euro-canadienne. Les enfants et les parents autochtones n’ont pas simplement accepté le système des pensionnats indiens. Les peuples autochtones se sont battus contre l’État, les écoles et d’autres principaux intervenants du système, et s’y sont également impliqués. Pendant la durée de l’ère des pensionnats indiens, les parents ont agi dans l’intérêt de leurs enfants et de leurs communautés. Les enfants ont réagi de manière à pouvoir survivre.

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/ResistanceandResidentialSchools/a101771-v8.jpg" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/ResistanceandResidentialSchools/a101771-v8.jpg La résistance et les pensionnats indiens
  • Article

    Leroy Little Bear

    Leroy Robert Little Bear, O.C., A.O.E., Niitsitapi (Pied-Noir), éducateur, avocat, défenseur, conférencier, auteur, activiste politique (né vers 1943 sur la réserve indienne Blood, en Alberta). Leroy Little Bear a été conseiller pour les Nations Unies, plusieurs Premières Nations, et pour les gouvernements provincial et fédéral sur des questions liées à la constitution, aux titres autochtones, à la justice, et à la restauration du bison.

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/LeroyLittleBear/CP2878383_resized.jpg" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/LeroyLittleBear/CP2878383_resized.jpg Leroy Little Bear
  • Article

    Les expériences des Inuits dans les pensionnats indiens

    Les pensionnats indiens étaient des écoles religieuses parrainées par le gouvernement et créées dans le but d’assimiler les enfants autochtones à la culture euro-canadienne. Les pensionnats du Nord étaient dirigés par des missionnaires depuis déjà environ un siècle lorsque le gouvernement fédéral commence à ouvrir de nouvelles et soi-disant modernes institutions dans les années 1950. Ces institutions ouvrent leurs portes moins d’une décennie après que le Comité mixte spécial (voir Droit de vote des peuples autochtones) déclare le système inefficace. Les recommandations du comité mènent finalement à la fermeture des pensionnats indiens à travers le pays.

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/InuitResidentialSchool/Inuit-Residenital-School (Library and Archives Canada_PA-042133).jpg" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/InuitResidentialSchool/Inuit-Residenital-School (Library and Archives Canada_PA-042133).jpg Les expériences des Inuits dans les pensionnats indiens
  • Article

    Les expériences des Métis dans les pensionnats indiens

    Bien que les premiers pensionnats indiens du Canada aient été créés dans l’intention d’assimiler les enfants des Premières Nations à la culture euro-canadienne, les enfants métis et inuits ont également été placés dans ces établissements. Les enfants métis vivaient des conditions quotidiennes semblables aux autres élèves des pensionnats, mais ils étaient souvent considérés comme des marginaux par leurs pairs et les administrateurs. Cette perception a affecté leurs expériences au sein de ces institutions de diverses façons particulières.

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/MetisExperiences/Webp.net-resizeimage.jpg" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/MetisExperiences/Webp.net-resizeimage.jpg Les expériences des Métis dans les pensionnats indiens
  • Article

    Lillian Elias

    Lillian Elias (dont le nom Inuvialuktun est Panigavluk), OTN-O, enseignante, activiste linguistique (née en 1943, dans le delta du Mackenzie, dans les Territoires du Nord-Ouest). Influencée par le temps qu’elle a passé dans un pensionnat autochtone, où les administrateurs ont tenté de la dépouiller de force de sa langue et de sa culture, Lillian Elias a passé une grande partie de sa vie à promouvoir et préserver sa langue maternelle, l’inuvialuktun (voir Inuvialuit).

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/LillianElias/Lillian-Elias_Screencap_Tweetonly.jpg" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/LillianElias/Lillian-Elias_Screencap_Tweetonly.jpg Lillian Elias
  • Liste

    Livres pour enfants sur la culture inuite au Canada

    Grâce à leurs nombreux livres enchanteurs et puissants, les autrices et auteurs inuits ont su partager la richesse et la diversité de la culture inuite. Qu’ils traitent de récits oraux, d’animaux de l’Arctique ou de créatures surnaturelles, les livres sur cette liste explorent différents thèmes de la culture et du mode de vie inuits. Les titres proposés sont associés à un groupe d’âge recommandé, de la petite enfance à la préadolescence. Ces livres contribuent aux efforts visant à encourager la littératie, à préserver et promouvoir la culture ainsi qu’à éduquer la population sur les peuples inuits et autochtones et sur leur histoire.

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/57c0546b-1a73-45fd-91e9-70be8a64b321.jpg" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/57c0546b-1a73-45fd-91e9-70be8a64b321.jpg Livres pour enfants sur la culture inuite au Canada
  • Article

    Marie Battiste

    Cet article est en cours de traduction. Il sera disponible sous peu. Veuillez le consulter à nouveau à une date ultérieure ou ajoutez-le à vos articles sauvegardés.

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/MarieBattiste/Marie_Battiste_resized.jpg" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/MarieBattiste/Marie_Battiste_resized.jpg Marie Battiste
  • Article

    Stanley Vollant

    Stanley Vollant, C.M., C.Q., chirurgien, professeur et conférencier innu (né le 2 avril 1965 à Québec, au Québec). Il est le premier Autochtone diplômé en chirurgie au Québec. En 1996, il reçoit le prix du Programme national des modèles autochtones du gouverneur général du Canada. En 2010, il entreprend l’Innu Meshkenu, une marche de 6000 km, pour promouvoir les enseignements des Premières Nations et encourager les jeunes Autochtones à poursuivre leurs rêves. En 2016, il fonde l’organisme à but non lucratif Puamun Meshkenu dans le but d’inspirer les peuples autochtones et d’appuyer leur santé mentale et physique.

    "https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/0c872404-cf12-4e13-b427-27effb4c6ee5.jpg" // resources/views/front/categories/view.blade.php
    
    https://d3d0lqu00lnqvz.cloudfront.net/media/media/0c872404-cf12-4e13-b427-27effb4c6ee5.jpg Stanley Vollant