Naviguer "Canadiens asiatiques"

Afficher 21-32 de 32 résultats
Article

Loi de l’immigration chinoise

La Loi de l’immigration chinoise de 1923, connue aussi comme la loi sur l’exclusion des Chinois, interdit pendant 24 ans l’arrivée de pratiquement tous les immigrants chinois. Bien que l’immigration provenant de la plupart des pays soit alors contrôlée ou limitée d’une façon ou d’une autre, seuls les Chinois sont totalement interdits d’entrée selon des critères raciaux. Seules quatre exceptions à l’exclusion sont prévues : les étudiants, les commerçants (hormis ceux travaillant dans les blanchisseries, les restaurants et les commerces de vente au détail), les diplomates et les Chinois nés au Canada qui reviennent après avoir étudié en Chine. Les Canadiens d’origine chinoise ne peuvent pas s’absenter du Canada pendant plus de deux ans, sans quoi ils peuvent se voir interdits d’entrée. En outre, toute personne d’origine chinoise, qu’elle soit née au Canada ou naturalisée, doit s’enregistrer et obtenir une carte d’identité dans les 12 mois. Ceux qui omettent de le faire sont passibles d’emprisonnement ou d’une amende pouvant atteindre 500 $. Bien que la loi soit abrogée en 1947, les restrictions en matière d’immigration basées sur la race et l’origine nationale ne sont entièrement levées qu’en 1967.

Article

Marina Nemat

Marina Nemat, écrivaine, militante des droits de la personne (né le 22 avril 1965 à Téhéran, Iran). Emprisonnée et torturée en Iran, cette iranienne immigre au Canada en 1991. Dans ses écrits, elle témoigne de son expérience et dénonce la dureté du régime iranien. Conférencière recherchée, cette Canadienne d’adoption est gagnante de plusieurs prix internationaux soulignant son engagement en matière de défense des droits de la personne.

Article

Masumi Mitsui

Masumi Mitsui, Médaille militaire, agriculteur, soldat, dirigeant de la Légion royale canadienne (né le 7 octobre 1887 à Tokyo, au Japon; décédé le 22 avril 1987 à Hamilton, en Ontario). Après avoir immigré au Canada en 1908, Masumi Mitsui a servi au sein du Corps expéditionnaire canadien durant la Première Guerre mondiale et a obtenu plusieurs médailles. En 1931, avec ses camarades, il a persuadé le gouvernement de la Colombie‑Britannique d’accorder aux anciens combattants canadiens d’origine japonaise le droit de vote. Cette victoire a constitué une percée importante pour les Canadiens d’origine japonaise et pour d’autres Canadiens dépourvus du droit de vote. Néanmoins, comme plus de 22 000 autres Canadiens d’origine japonaise, il sera déplacé, détenu et dépossédé de ses biens par le gouvernement fédéral pendant la Deuxième Guerre mondiale (voir Internement des Canadiens d’origine japonaise).

Article

Musique chinoise au Canada

Chine. La migration de Chinois au Canada commença en 1858 lors de la ruée vers l'or au fleuve Fraser en Colombie-Britannique. La plupart des immigrants du XIXe siècle, notamment les engagés du CP de 1882 à 1885, vinrent de la province de Kouangtoung (Canton), et certains via les États-Unis.

Article

Musique coréenne au Canada

Corée. En 1986, le recensement fit apparaître que sur 29 705 Canadiens d'origine coréenne, la moitié vivait dans la région métropolitaine de Toronto. Près de 7000 étaient nés au Canada et 22 800 avaient immigré - 7000 de 1978 à 1986, 15 000 entre 1967 et 1977, et les quelques autres avant 1967.

Article

Musique et danse coréennes

La première vague d'immigrants coréens commence à arriver au Canada vers 1970. À cette époque, les églises et les temples bouddhistes coréens, les cours de langue et les associations communautaires sont au cœur des activités culturelles.

Article

Nouvel An chinois au Canada

Le Nouvel An chinois, aussi nommé le Festival du printemps ou la Nouvelle Année lunaire, est célébré au Canada et dans plusieurs autres pays. Cette fête des plus animées pour la population chinoise du Canada (qui regroupe plus de 1,3 million de personnes établies principalement à Toronto, Vancouver et Montréal) est aussi célébrée par les Canadiens originaires du Viêt Nam, de la Corée et de l’Asie du Sud-Est. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un jour férié au Canada, plusieurs lieux d’affaires chinois ferment leurs portes ou réduisent leurs heures de travail pour l’occasion. Depuis le 1er juin 2016, cette célébration est reconnue comme fête officielle du Canada.

Article

Sandra Oh

Sandra Miju Oh, actrice, productrice (née le 20 juillet 1971 à Nepean, en Ontario). Sandra Oh est une actrice polyvalente dont les interprétations, aussi bien au cinéma qu’à la télévision, lui ont valu un immense succès auprès du public et de la critique. Elle a remporté des prix Génie pour ses rôles dans Double Happiness (v.f. Bonheur aigre-doux) en 1994 et dans Last Night en 1998, avant d’obtenir une reconnaissance internationale pour son interprétation dans la série dramatique médicale à succès, Grey’s Anatomy (v.f. Dre Grey, leçons d’anatomie) diffusée sur ABC entre 2005 et 2014. Elle a joué un rôle de pionnière, sa carrière cinématographique et télévisuelle en Amérique du Nord ayant ouvert de nouveaux horizons aux interprètes asiatiques en leur offrant une visibilité inédite. Pour son rôle principal dans la série télévisée dramatique Killing Eve (2018-) sur la chaîne BBC America, Sandra Oh devient la première actrice d’origine asiatique à être sélectionnée pour un prix Primetime Emmy pour meilleure actrice et la première à se voir décerner une Golden Globe dans la même catégorie depuis 1981. Elle a été intronisée dans l’Allée des célébrités canadiennes en 2011 et a remporté le Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle en 2019. .

Article

Sino-Canadiens

Les Canadiens d'origine chinoise constituent l’une des plus grands groupes ethniques au pays. Lors du recensement de 2016, 1,8 millions de personnes ont déclaré une ascendance ethnique chinoise.  Malgré le rôle important des Sino-Canadiens dans l’économie canadienne, notamment dans la construction du chemin de fer du Canadien Pacifique, beaucoup de Canadiens d’origine européenne ont été traditionnellement hostiles à l’immigration chinoise. De 1885 à 1923, l’immigration chinoise au Canada a été limitée par une taxe d’entrée prohibitive et, entre 1923 et 1947, elle est tout à fait interdite.

Depuis 1900, les Sino-Canadiens se sont essentiellement installés dans les zones urbaines, en particulier à Vancouver et Toronto (voir aussi Quartier chinois de Montréal). Ils ont apporté une contribution à chacun des domaines de la société canadienne, de la littérature à la religion, en passant par les sports, la politique, les droits civiques, la musique, le cinéma, l’économie, la philanthropie et l’éducation.