Naviguer "Militaire"

Afficher 101-120 de 351 résultats
Article

Corps expéditionnaire canadien

Le Corps expéditionnaire canadien est la force d’armée formée par le Canada pour servir outremer pendant la Première Guerre mondiale. Environ 630 000 Canadiens sont enrôlés (de façon volontaire, pour la plupart) entre 1914 et 1918 et deviennent soldats, infirmiers, docteurs ou membres du personnel forestier ou ferroviaire. Plus de 243 000 de ceux-ci seront tués ou blessés pendant la guerre.

Article

Crête de Frezenberg

Le Princess Patricia's Canadian Light Infantry, formé principalement d'anciens soldats de carrière britanniques, fait partie de la 27e Division britannique envoyée dans les Flandres en décembre 1914, en avant-garde de la Première division canadienne.

Article

Crise des missiles cubains

La crise des missiles cubains a duré du 16 au 28 octobre 1962. L’Union soviétique en effet stationne des missiles nucléaires à Cuba, menaçant ainsi les États-Unis et le Canada et plongeant toute la planète à l’orée d’une guerre nucléaire. Même si le premier ministreJohn Diefenbaker finit par mettre les forces armées canadiennes en état d’alerte, son hésitation à agir envenime les relations déjà tendues entre le Canada et les États et mène à la chute de son gouvernement en 1963.

Article

Croix de Georges

Le bombardement de la population civile en Grande-Bretagne au début de la Deuxième Guerre mondiale a donné lieu à de nombreux actes de la bravoure la plus insigne.

Article

Croix de Victoria

La Croix de Victoria (CV), instituée en1856 par la reine Victoria , est la première décoration militaire du Commonwealth récompensant des actes de bravoure. Elle est accordée en reconnaissance d’actes de courage exceptionnels face à l’ennemi. Cependant, elle a également été remise, dans de rares circonstances, pour récompenser d’autres actions courageuses. Au total, il y a eu99récipiendaires canadiens de la Croix de Victoria. En1993, le Canada adopte sa propre version nationale de la Croix de Victoria. La CV canadienne n’a, cependant, pas encore été attribuée à ce jour.

Article

Crown Point

Grande péninsule commandant stratégiquement le passage étroit de la partie sud-ouest du lac CHAMPLAIN, dans le Nord de l'État de New York. En 1731, les Français y construisent le fort Saint-Frédéric pour défendre leur position territoriale de l'invasion des colonies britanniques d'Amérique.

Article

Deuxième Guerre mondiale

La Deuxième Guerre mondiale a été un événement déterminant dans l’histoire canadienne, transformant un pays tranquille en marge des affaires globales en un acteur crucial dans les luttes les plus importantes du XXe siècle. Le Canada a joué un rôle indispensable dans la bataille de l’Atlantique et a fourni des effectifs à la campagne de l’Europe de l’Ouest au-delà de ce qui pouvait être attendu d’une petite nation qui ne comptait que 11 millions d’habitants à l'époque. Entre 1939 et 1945, plus d’un million d’hommes et de femmes originaires du Canada ont servi à temps plein au sein des forces armées. Plus de 42 000 y ont laissé la vie. Malgré le carnage, la guerre contre l’Allemagne et ses alliés de l’Axe a révolutionné la structure industrielle du Canada, élargi le rôle de la femme dans l’économie, ouvert la voie de l’adhésion du pays à l’Otan, et laissé en héritage aux Canadiennes et aux Canadiens la fierté du sacrifice consenti et du service rendu, reconnus grâce à des noms emblématiques, tels que Dieppe, Ortona et Juno Beach.

Article

Dieppe : Les plages de l'enfer

On avait promis aux Canadiens que la ville serait peu défendue. Au contraire, les combattants découvrent que Dieppe est une forteresse intacte et que les Allemands les attendent de pied ferme. La rampe bascule, et Whitaker et ses hommes s'élancent sur la plage de galets, sous un déluge de balles et de bombes

Article

Documentation de la Deuxième Guerre mondiale

Lorsque le Canada déclare la guerre à l’Allemagne le 10 septembre 1939, des dizaines de milliers de Canadiens s’enrôlent pour servir dans l’armée de terre, dans la marine, dans l’aviation et dans les services de soutien. Alors que l’armée s’évertue à acheter des équipements, à former les recrues et à se préparer au combat, elle ne pense pas vraiment à documenter l’effort de guerre. Toutefois, en 1940, elle entreprend de recruter des historiens, notamment Charles Stacey, pour rassembler des documents sur la guerre et rédiger des comptes‑rendus sur les opérations militaires canadiennes. Dans les années qui suivent, des artistes, des photographes et des cinéastes servent dans les différentes branches des Forces armées canadiennes. Grâce à eux et au travail acharné qu’ils ont accompli, on dispose aujourd’hui de riches archives visuelles et écrites documentant l’histoire de la participation du Canada à la Deuxième Guerre mondiale.

Article

Documentation de la Première Guerre mondiale

La Première Guerre mondiale a changé le Canada pour toujours. Durant un peu plus de quatre ans, quelque 630 000 Canadiens, sur une population totale qui n’atteint pas encore 8 millions de personnes, partent au combat. Plus de 66 000 d’entre eux sont tués. Alors que les victimes se multiplient sur le front de l’Ouest, c’est à un expatrié canadien, sir Max Aitken (Lord Beaverbrook), qu’il incombe de documenter l’effort de guerre du Canada dans le cadre d’un programme d’art, de photographies et de films de guerre. Par ailleurs, la collection d’œuvres de guerre, créée à titre officiel ou officieusement par les soldats eux-mêmes, constitue un autre moyen de maintenir vivant le témoignage de l’effort de guerre du Canada dans le conflit.

Article

Doric Club

Fondé à Montréal en mars 1836, le Doric Club est un groupe paramilitaire radical formé en opposition au Parti patriote. Mis sur pied par Adam Thom, un francophobe d’origine écossaise, le groupe fait appel à la population du Bas-Canada restée loyale à la Couronne pour qu’elle s’unisse et défende les intérêts britanniques face à la menace que représentent les patriotes, et ce, par tous les moyens nécessaires. Le Doric Club se heurte à un groupe paramilitaire semblable affilié aux patriotes : la Société des Fils de la Liberté. Les deux organisations s’affrontent violemment dans les rues de Montréal le 6 novembre 1837. Le Doric Club se dissout après le début des rébellions canadiennes, alors que plusieurs de ses membres se joignent aux milices de volontaires recrutés par sir John Colborne.

Article

En souvenir du jour J : La création d’une Minute du patrimoine

Le 6 juin 1944, l’armée canadienne débarquait sur la plage Juno. Le Jour J représente la plus grande invasion amphibie de l’histoire et marque le début de la fin de la Deuxième Guerre mondiale. En 2019, Historica Canada a lancé une Minute du patrimoine basée sur l’histoire du major Archie MacNaughton, le chef de la Compagnie A du North Shore Regiment, âgé de 47 ans et ancien combattant de la Première Guerre mondiale. Dans cet article, Anthony Wilson-Smith, président d’Historica Canada, revient sur la réalisation de la Minute consacrée au Jour J.

Article

Femmes dans les forces armées

En 1885, au cours de la Rébellion du Nord-Ouest, des femmes répondent à l'appel du service militaire pour la première fois. La première des douze femmes affectée dans les hôpitaux militaires, Loretta Miller, arrive à l'hôpital de campagne de Saskatoon le 12 mai 1885. Selon le major-général John W.